Catégories
Économie

La Thaïlande accueille avec prudence les investissements chinois

La Thaïlande est ouverte aux investissements chinois mais elle se montre assez prudente lorsqu’ils s’agit de recevoir des fonds de Beijing pour de grands projets d’infrastructure

La Thaïlande est ouverte aux investissements chinois dans sa zone économique spéciale mais elle se montre prudente lorsqu’ils s’agit de recevoir des fonds de Beijing pour de grands projets d’infrastructures.

« Nous sommes disposés à discuter de l’investissement privé chinois dans divers secteurs », a déclaré Uttama Savanayana à la Nikkei Asian Review, à l’issue de son discours à la 24ème Conférence internationale sur le futur de l’Asie à Tokyo, organisée par le groupe de presse japonais Nikkei.

« La Chine, comme le Japon, est connue pour ses technologies de pointe … il y a beaucoup à apprendre », a-t-il déclaré, évoquant la possibilité d’implication des entreprises chinoises dans la construction de « villes intelligentes » dans le EEC (Eastern Economic Corridor).

Le Couloir Economique de l’Est (EEC) est une zone de développement industriel qui s’étend sur plus de 13 000 kilomètres carrés le long de la côte est du golfe de Thaïlande.

L’ EEC vise à développer des industries de haute technologie telles que la biochimie, la pétrochimie, la robotique, l’aviation et les véhicules électriques.

Il reliera les trois principaux aéroports de la région de Bangkok et les principaux ports maritimes de Thaïlande avec des trains à grande vitesse qui le relieront également le sud de la Chine et à la région appelée CLMV, qui comprend le Cambodge, le Laos, le Myanmar et le Vietnam.

Ne pas tomber dans le piège de la dette

Mais la Thaïlande sera prudente en matière de financement, afin de ne pas tomber dans le piège de la dette comme le Pakistan .

« Nous faisons très attention non seulement à la Chine, mais à tout type d’investissement majeur en Thaïlande qui nécessitera un financement important », a déclaré Uttama.

En 2016, la Thaïlande a décidé de ne pas donner suite aux accords de prêt conclus avec la Chine sur un projet de réseau ferroviaire qui reliera la Chine et la Thaïlande via le Laos, décidant de le financer par ses propres moyens.

Le projet ferroviaire dans l’EEC adoptera un schéma de partenariat public-privé pour se financer afin que le gouvernement ne « crée pas de charges nationales ».

Le Japon a été de loin le plus grand investisseur étranger en Thaïlande au cours des dernières décennies, faisant de la Thaïlande un des principaux centre de production automobile et électronique en Asie du Sud-Est.

Cependant, poussé à la hausse par la gigantesque initiative « Belt and Road » ou  «ceinture et route» de la Chine, les investissements chinois  augmentent de plus en plus en Thaïlande .

M. Uttama a également déclaré que l’ EEC pourrait constituer un « point de départ » pour une coopération commerciale planifiée entre le Japon et la Chine avec des pays tiers, suite à un accord bilatéral entre Tokyo et Beijing.

À la fin du mois de mai, des représentants des trois pays se sont réunis pour une conférence de travail conjointe et des discussions ont déjà été entamées entre les secteurs public et privé sur une éventuelle collaboration.

« Je chercherai à faciliter davantage ces dialogues afin que la coopération avec les pays tiers puisse se concrétiser, le EEC devenant un bon exemple d’autres initiatives à suivre », a-t-il déclaré.

Un projet de ligne à grande vitesse de 225 milliards de bahts (7 milliards de dollars) entre Bangkok et les trois aéroports de la région, pour lequel des appels d’offres ouvriront bientôt, a des «opportunités» de collaboration, a t-il ajouté.

La Thaïlande a été gouvernée par une junte militaire depuis le coup d’État de 2014 et le pays devrait organiser des élections générales au début de l’année prochaine.

Cela suscite des inquiétudes quant à la poursuite de la politique économique actuelle après l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement civil.

Thai Property Group

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire