Selon The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, la Banque centrale de Thaïlande devrait assouplir son contrôle sur le cours du baht cette année, notamment pour se défendre contre les accusations de manipulation de devise venant des États-Unis.

Si la Banque centrale de Thaïlande cherche à apaiser les inquiétudes des États-Unis – et éviter une gamme de sanctions possibles – cela entraînera probablement des gains pour le baht thaïlandais, réduisant potentiellement la compétitivité des produits thaïlandais à l’exportation.

Car malgré la politique monétaire de la Thaïlande adoptée l’an dernier, le baht s’est apprécié de près de 10% par rapport au dollar, la plus forte performance de la région après le Won coréen.

La Thaïlande a aussi enregistré les gains en pourcentage (+18%) les plus importants parmi les pays émergents asiatiques dans ses réserves de change l’année dernière, ce qui prouve que la banque de Thaïlande continue d’acheter des dollars pour tenter de freiner l’appréciation du baht.

La Thaïlande a enregistré la plus forte augmentation de ses réserves de changes
La Thaïlande a enregistré la plus forte augmentation de ses réserves de changes (en %) des pays asiatiques

La Chine, la Corée du Sud et Taïwan – qui ont déjà été citées par les États-Unis – ont enregistré les plus faibles augmentations.

La menace de procédures américaines pour manipulation de devises soutiendra encore l’appréciation des devises asiatiques en général cette année, estime Rajeev De Mello, responsable des titres à revenu fixe asiatiques chez Schroder Investment Management Ltd. à Singapour.

« La Thaïlande et l’Inde ont été deux exceptions, qui ont activement accumulé des réserves pour endiguer la pression sur leur monnaie », a déclaré Khoon Goh, directeur de la recherche à ANZ à Singapour.

La roupie et le baht ont bien commencé l’année, gagnant respectivement 0,6% et 1% par rapport au dollar.

La Thaïlande n’est pas l’un des 12 principaux partenaires commerciaux sur lesquels les États-Unis se concentrent normalement, mais cela pourrait changer si l’excédent commercial avec le US continue à se creuser, a indiqué M. Goh.

Selon l’Office national de statistiques de Thaïlande, fin octobre 2017, la Thaïlande a affiché un excédent commercial de 16,7 milliards de dollars avec les États-Unis et figure ainsi parmi les 16 pays ayant un excédent commercial élevé avec les États-Unis, proche de la limite fatidique des 20 milliards de dollars.

En effet le respect de deux des trois critères suivants risque de mettre la Thaïlande sur la liste de surveillance:

  • Un excédent commercial avec les États-Unis de 20 milliards de dollars ou plus
  • Un excédent du compte courant d’au moins 3% du produit intérieur brut
  • Achats nets de devises représentant au moins 2% du PIB sur une période de 12 mois

La Thaïlande est plus candidate que l’Inde à être ajoutée à la liste de surveillance, a déclaré Vishnu Varathan, responsable de l’économie et de la stratégie chez Mizuho Bank Ltd. à Singapour. « La Thaïlande a un très bon excédent de compte courant cette année, mais cette tendance va être surveillée d’ un peu plus près. »

« L’administration Trump continuera probablement à essayer de dénoncer les pays qui enregistrent d’importants excédents courants et à les accuser de manipulation de devises », a déclaré Guillermo Felices, gestionnaire de portefeuille basé à Londres chez BNP Paribas Asset Management.

Mais il est peu probable que cela conduise à des mesures protectionnistes, à moins qu’il n’y ait une hausse spectaculaire du dollar ou que Trump décide de le faire pour des raisons de politique intérieure, a-t-il dit.

Les opérations sur les marchés des changes de la BOT visent à garantir que les mouvements de devises ne perturbent pas la reprise économique naissante de la Thaïlande et ne visent pas à créer un avantage injuste à l’exportation, a déclaré la porte-parole de la banque centrale Chantavarn Sucharitakul.

Si la normalisation de la politique monétaire dans les économies avancées provoque des sorties brutales en 2018, les banques centrales des petites économies ouvertes comme la Thaïlande devront peut-être intervenir pour gérer la volatilité, a-t-elle déclaré.

 

0/5 (0 Reviews)

Laisser un commentaire