La devise américaine n’en représente plus, fin 2010, que 61,4 % contre 62 % un an plus tôt. L’euro et la livre sterling suivent également ce mouvement, la part de la monnaie européenne s’étant contractée, d’un trimestre à l’autre, de 22,6 à 22,4 %.

La suite est réservée aux abonnés - Déjà abonné ?   Se connecter   Pas encore abonné ?    Abonnez-vous pour lire la suite