Catégories
Tourisme

Carton rouge pour l’aviation civile thaïlandaise

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’aviation civile thaïlandaise (DCA), qui se retrouve désormais sur la liste rouge de l’OACI,

nomadays thailande

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’aviation civile thaïlandaise (DCA), qui se retrouve désormais sur la liste rouge de l’OACI, à cause de son incapacité à appliquer dans les délais certaines normes de sécurité.

Apparemment il s’agit d’un problème de lenteur bureaucratique de la part la Thaïlande, qui n’a pas respecté les délais demandés par l’OACI pour certaines mises en conformité aux normes de sécurité internationales de l’OACI.

L’image de l’aviation civile thaïlandaise est cependant sérieusement malmenée, car elle se retrouve au niveau d’autres pays réputés vraiment dangereux comme la Sierra Leone, Haïti, Djibouti ou la Géorgie.

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), a donc appliqué un « drapeau rouge »  à la Thaïlande pour ne pas avoir réussi à résoudre des problèmes de sécurité importants sur les normes de l’aviation dans le pays, en respectant un délai de 90 jours après avoir reçu un avertissement.

Un drapeau rouge qui fait tache

Toujours est-il que c’est assez humiliant pour les compagnies aériennes thaïlandaises, car la Thaïlande se retrouve ainsi parmi les 12 autres Etats avec des drapeaux rouges sur une liste des 187 pays membres de l’OACI.

La liste des autres pays est assez éloquente : il s’agit de l’Angola, Botswana, Djibouti, l’Erythrée, la Géorgie, Haïti, Kazakhstan, Liban, Malawi, au Népal, la Sierra Leone et l’Uruguay.

thailandredflag

En mars dernier, l’OACI avait mis en garde les autorités thaïlandaises l’aviation civile sur la certification aux normes et avait donné au département thaïlandais de l’aviation civile 90 jours pour répondre à ses demandes.

L’OACI a également pointé un conflit d’intérêts du fait que le département de l’aviation civile est à la fois le régulateur et l’opérateur des aéroports provinciaux dans le pays.

Autrement dit la DCA thaïlandaise est à la fois juge et partie pour l’appréciation des normes de sécurité dans les aéroports.

Pas de conséquences pour les vols vers l’Europe

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) devrait faire une annonce sur la question le 25 juin, mais une interdiction des vols des compagnies aériennes thaïlandaises vers l’Europe est très peu probable car l’AESA a ses propres systèmes de vérification des normes de sécurité.

Thai Airways International (THAI) est la seule compagnie aérienne Thai enregistré à l’AESA et desservant l’Europe, et l’AESA a déjà vérifié par elle même le respect des normes de sécurité par Thai Airways.

Le prrésident de THAI, Charamporn Jotikasthira a déclaré que le drapeau rouge de l’OACI indique simplement que

«Le Département de l’aviation civile sur la sécurité aérienne n’est pas aux normes de l’OACI, mais cela ne veut pas dire que les compagnies aériennes thaïlandaises sont dangereuses.»

THAI maintient toujours un haut niveau de sécurité et de certification obtenue par les organisations internationales en matière de sécurité de l’aviation, y compris l’AESA, la Federal Aviation Administration des États-Unis, l’Autorité de sûreté de l’aviation civile de l’Australie, et l’Association du transport aérien international (IATA), a t-il dit.

Récemment, le Centre d’Intelligence Economique de la Siam Commercial Bank avait averti des conséquences possibles qu’un drapeau rouge pourrait avoir sur les installations de l’aviation thaïlandaises.

«Si la cote de la sécurité aérienne de la Thaïlande est dégradée par les agences internationales de l’aviation, les compagnies aériennes thaïlandaises devront faire face à des coûts d’exploitation plus élevés, et à une concurrence croissante des transporteurs étrangers»,

a notamment écrit le centre.

Au mois de mars dernier le Japon avait décidé de limiter le nombre de vols opérés par des compagnies aériennes enregistrées en Thaïlande.

Un geste considéré comme une réaction aux préoccupations de l’OACI (l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale) exprimées sur les normes de sécurité insuffisantes de la DCA (Department of Civil Aviation) thaïlandaise.

Les compagnies thaïlandaises avaient pourtant été prévenues depuis un certain temps. Récemment, l’OACI avait réalisé un audit de sécurité, et si les résultats de cet audit n’ont pas été rendus publics, le gouvernement avait été mis au courant.

Des normes de sécurité insuffisantes

Si le Japon a décidé de ne pas autoriser de nouveaux vols affrétés par des compagnies immatriculées en Thaïlande, c’est parce que les normes de sécurité insuffisantes de la DCA thaïlandaise sont pointées du doigt par l’aviation civile internationale.

Dans son rapport l’OACI fait état « de problèmes de sécurité importants» lors d’une récente vérification des normes de fonctionnement de la DCA.

 

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire