Le nombre de visiteurs en Thaïlande a atteint les 22,3 millions en 2012, en hausse de 16% sur l’année précédente, franchissant pour la première fois la barre des 22 millions, selon le ministère du Tourisme et des Sports.

L’Autorité du Tourisme de Thaïlande (TAT) s’attend à une hausse des arrivées à 24,5 millions en 2013, générant des recettes de Bt1.150 milliards de bahts (31 milliards d’euros).

Avec des arrivées à la hausse à partir des marchés bien établis, 2013 s’annonce comme une nouvelle année record pour l’industrie du tourisme de la Thaïlande. Cependant, alors que l’industrie du tourisme thaïlandais figure désormais sur la liste du top-20 mondial, les responsables estiment que le pays pourrait encore réduire l’écart avec ses rivaux en devenant plus compétitifs dans certains domaines clés.

Touristes au temple de Wat Po
Les plages, la culture, et les sites du patrimoine mondial de l’Unesco figurent parmi les principaux attraits de la Thaïlande

La Thaïlande attire les touristes à partir d’un large éventail de pays, ce qui reflète les efforts de la TAT pour exploiter les marchés asiatiques en pleine croissance.

La Thaïlande a attiré en 2012 six millions de touristes en provenance des autres pays de l’Asean. Le nombre de visiteurs dépasse les  deux millions en provenance de la Malaisie et de la Chine, tandis que les touristes en provenance de Corée, Japon, Inde et de la Russie  ont dépassé le million en 2012. Le nombre de visiteurs en provenance d’Australie en hausse de 12% a atteint 931.000.

Une contribution indirecte à hauteur de 16% du PIB

Les plages, la culture, et les sites du patrimoine mondial de l’Unesco figurent parmi les principaux attraits de la Thaïlande

Le secteur du tourisme et des voyages a contribué à hauteur de 28 milliards de dollars, soit 7,3%, du PIB de la Thaïlande en 2012, selon le World Travel & Tourism Council (WTTC). Une fois l’impact direct, indirect et induit sur l’économie pris en compte, la performance du secteur représente 16,7% du PIB. Le secteur du tourisme et des voyages emploie un peu plus de 2 millions de personnes directement en 2012, tout en générant environ 4,8 millions d’emplois sur une plus grande échelle. Le secteur s’est également avéré être un aimant pour les investissements, 7,7 milliards de dollar en 2012, soit 6,8% du total national pour l’année.

Le WTTC prévoit que la contribution directe du tourisme au PIB de la Thaïlande devrait croître en moyenne de 6,8% par an entre 2012 et 2022, plaçant le royaume au 13ème rang dans le monde en termes de perspectives de croissance à long terme. Les experts soulignent que la plupart des pays susceptibles de dépasser la Thaïlande en terme de croissance de marché sont ceux qui démarrent de nouveaux marchés touristiques, tandis que la Thaïlande est appelé à générer une croissance significative à partir d’une base déjà considérable.

La Thaïlande pourrait renforcer sa compétitivité

Alors que la Thaïlande a l’un des secteurs du tourisme les  plus développé du monde, selon un récent rapport du Forum économique mondial (WEF) le pays pourrait renforcer sa compétitivité. L’indice mondial de compétitivité du tourisme (TTCI), publié en mars, classés la Thaïlande neuvième dans la région Asie-Pacifique, une place derrière la Malaisie, et 43e dans le monde, contre 41 en 2011.

Alors que Singapour occupe la première place au niveau régional, la Thaïlande fait mieux que l’Indonésie, qui est 12e et le Vietnam, qui s’est classé 16e. En dehors de l’Asie du Sud-Est, la Thaïlande a dominé de justesse un certain nombre de destinations touristiques majeures, y compris la Turquie et le Mexique.

Parmi les questions qui ont probablement couté deux places à la baisse à la Thaïlande, figurent les récents troubles politiques et les catastrophes naturelles,  et d’autres comme la protection insuffisante de l’environnement, les droits de propriété incertains, et les tracasseries administratives sur la création d’entreprises.

La sécurité routière est maintenant devenu aussi une question primordiale et dans ce domaine la Thailande a clairement beaucoup de progrès à faire.

En Thaïlande, aller du point A au point B tient plus à un exercice de sagesse bouddhique que d’une science exacte. Oui, le passager en particulier devra puiser en sa foi, faire confiance au destin et à sa bonne étoile. Jetez-vous donc à corps perdu dans les bouchons de Bangkok à 17 h 30, n’importe quel jour de la semaine, ou testez un bus non climatisé en Isan au milieu du mois d’avril, vous serez fin prêts à intégrer un bon vieux précepte : la souffrance et le doute font partie de la vie.

0/5 (0 Reviews)

3 Commentaires

  1. Je ne savais pas que la Thaïlande était si visitée que ça. Donc, c’est l’une des destinations prisées dans le mode. Merci pour l’information.

Laisser un commentaire