Catégories
Entreprises

La Thaïlande panse ses plaies, Bangkok renait de ses cendres

Après les violences de la semaine dernière suite à l’offensive de l’armée contre le campement fortifié des « Chemises Rouges », la Thaïlande commence à prendre la mesure des dégâts occasionnés. Le retour à la normale prendra du temps et le gouvernement s’attelle maintenant au nettoyage des rues du centre ville de Bangkok, où sont concentrés l’essentiel des dommages.

Vision hors du commun ce matin: de la station de BTS Sala Daeng, l’entrée du parc Lumpini est maintenant visible, chose qui n’était pas arrivée depuis plus d’un mois. Les « Rouges » y avait en effet installés un camp, fortifié par des barricades de pneus et de bambous, bloquant ainsi l’entrée au parc et la rue adjacente.

La petite place est maintenant propre et la statue du roi Rama IV retrouve sa majesté. Seules preuves des affrontements : les trottoirs défoncés lors de l’attaque du camp par les véhicules de l’armée mercredi dernier.

Les entreprises sans assurance spéciale contre les actes de terrorisme devront supporter elles mêmes toutes les pertes. Central Department Store Co a précisé que la société avait souscrit une couverture contre le terrorisme pour tous les magasins Central depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Photo : Melaine Brou

En longeant le parc en direction de Ratchaprasong, les choses sont bien différentes. Les amas de détritus accumulés par les « Rouges » lors de leur prise de position de la zone s’entassent, attirant des hordes de mouches. Le soleil tape, l’odeur est insupportable. Le long de la rue, des abris bus brulés et des arbres calcinés témoignent des incendies provoqués par les manifestants. De nombreuses personnes travaillent à déblayer les ordures, une tache peu facile au vu de la quantité, qui prendra surement plusieurs jours avant que le quartier ne redevienne comme avant.

La route menant à l’ancien camp des « Rouges » est souvent bloquée par des points de contrôle, gardés par des militaires qui ne laissent passer personne. Le chemin est donc long et épuisant. Les rues sont vides de monde et le trafic ne devrait reprendre que dans le courant de la semaine prochaine.

Le travail de nettoyage semble considérable, les ordures s’entassant le long des voies, sous les rails du BTS. Des camions équipé de canons à eau déblaient la saleté entassée au cours des deux mois d’occupation de la zone par les partisans de l’UDD.

Avant d’arriver enfin sur les lieux, arrêt au Macdonald du coin qui distribue gratuitement boissons et hamburgers aux piétons, journalistes et employés qui travaillent sur la chaussée.. Initiative plus que bienvenue après une heure de marche sous le soleil de Thaïlande.

A quelques mètres de distance apparaît la façade noircie de « Central World ». L’un des plus grands magasin d’Asie du Sud-Est a en effet fait les frais de la débauche de violence suite a l’arrêt des manifestations. Le bâtiment a brulé la majeure partie de la journée de mercredi avant que l’incendie ne soit maitrisé dans la nuit de jeudi. La carcasse encore fumante est aux mains des pompiers.

Beaucoup d'entreprises devront assumer directement, au moins en partie, les pertes provoquées par les attentats de la semaine dernière, car les dommages causés par les émeutes et le terrorisme ne sont en général pas couverts par les assurances, sauf contrat spécial. Photo : Melaine Brou

Ce bâtiment qui abrite magasins, entreprises et hôtel offre maintenant une plaie béante à la vue des passants. D’après la direction, Central Pattana, il faudrait plus de six mois de rénovation avant d’envisager la réouverture du lieu.

La scène, où se déroulait les interventions des leaders « Rouges » est toujours en place. Tout autour, vêtements et lits de fortunes abandonnés à la hâte sont encore là, la nourriture non consommée attire la vermine. Plusieurs dizaine de personnes s’activent à récupérer ce qui est recyclable, derrière eux camions et militaires nettoient le reste. Quelques pancartes et autocollants sont toujours sur place, témoins d’un mouvement dont l’avenir est bien incertain.

Il faudra surement plusieurs jours, voire une semaine, avant que le centre de Bangkok ne redevienne normal et puisse à nouveau accueillir les hordes de touristes. La vie va reprendre son cours, doucement.

Melaine Brou

Une réponse sur « La Thaïlande panse ses plaies, Bangkok renait de ses cendres »

Merveilleux pays dont il faut saluer le courage des habitants,
la ou il nous faudrait des années pour faire disparaitre le stigmates de ce drame, ils mettront quelques semaines pour que cela soit meme mieux qu’avant! Bonheur santé et prospérité a tous les thailandais et thailandaises, longue vie au roi!

Laisser un commentaire