Que le parti pro-junte Palang Pracharath réussisse à former un gouvernement de coalition et à conserver son emprise sur le parlement, ou que l’opposition réussisse à s’unir contre l’armée, la continuité des grands projets d’infrastructures fait partie des priorités de la Thaïlande.

Avec les tensions Chine – Etats-Unis et les dangers potentiels de futures mesures commerciales protectionnistes, et une dette élevée des ménages qui est un un frein à la consommation intérieure, la Thaïlande devra compter davantage qu’auparavant sur les investissements publics pour relancer sa croissance économique.

« Nous devons sortir du piège des revenus moyens, mais notre main-d’œuvre n’est pas prête à alimenter les industries de haute technologie et à valeur ajoutée. Nous devons donc relancer le développement des infrastructures, en particulier dans le Corridor économique de l’Est (CEE). « 

Burin Adulwattana, économiste en chef à la Bangkok Bank

Le CEE (Eastern Economic Corridor) est considéré comme le programme économique phare du gouvernement dirigé par l’armée, couvrant les provinces orientales de Chon Buri, Rayong et Chachoengsao.

Avec des industries cibles telles que l’automobile, l’aviation et les services médicaux de haute technologie, le gouvernement espère que le CEE fera avancer la Thaïlande vers une économie numérique et les nouvelles technologies du projet Thailand 4.0, tout en attirant les investissements étrangers.

Le gouvernement espère développer suffisamment le CEE d’ici 2021 afin de transformer les trois provinces au sud-est de Bangkok en une plaque tournante de transport et de services reliés aux pays voisins de l’ASEAN par voie terrestre, maritime et aérienne

L’avenir du CEE est-il en suspens?

Le Corridor économique de l’Est (CEE) est en grande partie le projet économique le plus important du gouvernement du Premier ministre sortant Prayut Chan-o-cha.

Par conséquent, certains se sont demandé ce qu’il adviendrait du CEE si le nouveau gouvernement issu des élections du 24 mars devenait une coalition opposée à l’armée susceptible de s’attaquer à l’héritage du gouvernement Prayut.

«Tous les partis politiques ont déclaré qu’ils poursuivraient le projet de la CEE, mais parfois en adoptant certaines variations. Un parti a déclaré qu’il se concentrerait sur les trois provinces d’origine, un autre sur le développement de la CEE dans tout le pays. Mais tout le monde s’accorde pour dire que la CEE profitera à l’économie du pays »

Suphan Mongkolsuthree, président de la Fédération des industries thaïlandaises

En même temps, le parti Future Future envisage de réorganiser les investissements prévus dans le cadre du CEE, arguant que les nouveaux flux d’investissements sont concentrés dans un groupe de provinces trop restreint, et que la concession d’une ligne à grande vitesse reliant les trois aéroports proches de la capitale n’a pas été transparente.

Un projet de développement des infrastructures de grande envergure pour la Thaïlande

Trois projets de grande envergure pour la Thaïlande

Le premier projet concerne le développement de l’aéroport U-Tapao, qui nécessite un investissement de 290 milliards de Bt. Dans l’état actuel des choses, la Marine royale thaïlandaise étudie les propositions de trois consortiums qui ont soumis des offres pour développer le projet le 21 mars. L’offre gagnante sera annoncée au mois d’avril.

Le deuxième projet concerne le train à grande vitesse (Bt180 milliards) qui doit relier les trois aéroports autour de Bangkok, à savoir Suvarnabhumi, Don Mueang et U-Tapao. Le gouverneur par intérim des chemins de fer thaïlandais, Worawut Mala, a déclaré qu’un consortium dirigé par le groupe Charoen Pokphand (groupe CP) avait présenté l’offre la plus intéressante. Cependant, le groupe a demandé à la SRT de suspendre les discussions de fin mars au 4 avril afin de finaliser les problèmes financiers avec son partenaire chinois.

Les trois autres projets comprennent le développement du port Ma Ta Phut de 60 milliards de bahts, le développement du port de Laem Chabang, et le projet de 10 milliards de bahts pour construire un centre de maintenance, de réparation et de révision à coté de l’aéroport d’ U-Tapao destiné à servir le secteur de l’aviation.

Mais Obboon Thirachit, directeur de Fitch Ratings, a déclaré au Bangkok Post que l’élection pourrait retarder certains projets de la CEE et que le potentiel d’instabilité politique constituait un risque majeur pour la croissance économique et les investissements.


3.5/5 (2 Reviews)

Laisser un commentaire