Catégories
Bourse Économie

Nouveau défi pour les investisseurs étrangers

Le gouvernement thaïlandais a donné son feu vert à une réglementation restreignant la participation des étrangers à 49% au sein des entreprises basées en Thaïlande, venant ainsi renforcer les inquiétudes des investisseurs non résidents.

Le gouvernement thaïlandais a donné son feu vert à une réglementation restreignant la participation des étrangers à 49% au sein des entreprises basées en Thaïlande, venant ainsi renforcer les inquiétudes des investisseurs non résidents.

La nouvelle réglementation interdira à des étrangers de détenir plus de 50% des actions ou des droits de vote dans une société, sauf certaines exemptions. Les entreprises concernées devront modifier la structure de leur actionnariat dans un délai maximal de deux ans.

Les changements visent à empêcher des étrangers de contrôler de fait des industries qualifiées de stratégiques comme les télécommunications ou les médias, par le biais de prête-noms thaïlandais.

Au total, 2.428 entreprises étrangères opèrent (en Thaïlande) et seules 1.337 d’entre elles devraient être affectées. La Bourse de Bangkok a fini en baisse de 2,69% après l’annonce par le ministre des Finances, Pridiyathorn Devakula, de la mise en place de cette mesure, qui laisse aux groupes étrangers implantés dans le pays deux ans pour réduire à moins de 50% leurs droits de vote dans les entreprises thaïlandaises.

Désormais, les entreprises étrangères concernées par la nouvelle mesure ne pourront plus utiliser de prête-noms, comme l’avait fait Temasek, pour diriger par procuration une entreprise nationale.

Tout actionnaire, quel qu’il soit, sera tenu d’expliquer d’où viennent les fonds qu’il a investis. « Ce n’est ni une surprise, ni une bonne nouvelle », résume un économiste occidental sur place.

En décembre, la Bourse de Bangkok avait enregistré une chute de 15% en une séance en réaction à l’annonce par les autorités de l’introduction de restrictions sur les investissements en baht réalisés par les étrangers. Le gouvernement, arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat militaire le 19 septembre, souhaite revenir sur les mesures prises par l’ancien Premier ministre, Thaksin Shinawatra, en matière économique.

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire