Plus de 1,1 milliard de personnes n’ont pas eu accès à une nourriture adéquate en Asie l’année dernière alors que la pandémie, la guerre et le changement climatique ont alimenté une crise croissante dans la région la plus peuplée du monde, selon une nouvelle étude de l’ONU.

Le dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde (SOFI) illustre les effets considérables de la guerre et du changement climatique sur les approvisionnements agricoles et met à nu les risques à long terme pour la sécurité alimentaire qui menacent la population croissante de la région.

La faim se répand à nouveau à travers l’Asie alors que les menaces simultanées et imbriquées de ces dernières années ont inversé des années de progrès au cours desquelles l’accès à la nourriture s’était généralement amélioré.

L’aggravation de la sous-alimentation fait partie d’une tendance mondiale qui, selon le Programme alimentaire mondial de l’ONU, a laissé de grandes parties du monde confrontées à une « urgence alimentaire sans précédent » cette année.

Plus de 424 millions de personnes confrontées à la faim

Plus de 424 millions de personnes ont été confrontées à la faim en Asie en 2021, selon le rapport SOFI, publié conjointement par cinq agences des Nations Unies. Il s’agit d’une hausse par rapport aux 398,2 millions en 2020 et aux 339,9 millions en 2019.

Alors que la faim augmentait, la prévalence de l’insécurité alimentaire grave augmentait également, ce qui signifiait qu’à un moment donné, les gens étaient à court de provisions. Plus de 489 millions de personnes en Asie étaient en situation d’insécurité alimentaire grave l’année dernière. Il s’agit d’une augmentation de 112,3 millions de personnes en seulement deux ans – dans cette seule région.

Les prix internationaux des denrées alimentaires devraient encore grimper en flèche cette année, en raison de nouvelles perturbations de l’approvisionnement, de la hausse des coûts des intrants agricoles et des restrictions politiques sur les exportations et les droits de douane.

La pandémie de COVID-19, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les changements climatiques extrêmes ont fait grimper les prix des produits de base, y compris les huiles végétales et les céréales, à des niveaux record, selon l’indice annuel des prix des denrées alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

L’indice, qui suit les variations mensuelles des prix internationaux d’un panier de produits alimentaires couramment échangés, a grimpé de 23% au cours des 12 derniers mois seulement.

La pandémie de Covid-19 qui a débuté à la fin de 2019 a déclenché des hausses de prix car elle a perturbé la chaîne d’approvisionnement, de la plantation et de la récolte à la distribution.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 a porté un autre coup à la chaîne alimentaire mondiale. Ensemble, les deux pays fournissent environ 30% des exportations mondiales de blé et environ un cinquième du maïs mondial.

Suite à une vague de chaleur soudaine qui a frappé les rendements en Inde, le deuxième producteur mondial de blé a interdit les exportations après s’être dit prêt à combler une partie du vide laissé par l’Ukraine.

Sécheresses et inflation mondiale

Les prix du sucre sont également à la hausse, car les usines de canne à sucre brésiliennes détournent leur production vers l’éthanol pour tirer profit des prix élevés de l’énergie. Cela fait suite à des sécheresses record qui ont raccourci la saison des récoltes au Brésil, le plus grand exportateur de sucre au monde.

Les prix de la volaille grimpent en raison de la perturbation des exportations en provenance d’Ukraine, de l’augmentation des épidémies de grippe aviaire dans l’hémisphère Nord et, plus récemment, des restrictions imposées aux exportations de poulet par la Malaisie.

Les coûts des produits laitiers augmentent également, avec des records pour le beurre à cause de la baisse des troupeaux de vaches, des pénuries de main-d’œuvre, des coûts plus élevés des matériaux d’emballage et d’une pénurie d’huiles de cuisson.

Le riz, bien qu’il soit stocké, pourrait être le prochain si les pays dépendants du blé commençaient à se tourner vers des alternatives moins chères, a déclaré le groupe de services financiers Nomura Holdings dans un rapport publié le mois dernier.

« L’Indice des prix des denrées alimentaires est toujours supérieur de 22,8% à sa valeur du mois correspondant de l’année dernière », a déclaré Jose Rosero Moncayo, Directeur de la Division des statistiques de la FAO.

« La guerre pose un défi supplémentaire pour mettre fin à la faim et jette une ombre sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition pour de nombreux pays, en particulier ceux qui sont déjà confrontés à la faim et à des situations de crise alimentaire. »

Rosero Moncayo

En Asie, les consommateurs n’ont pas encore vu le pire. La région abrite plus de 320 millions de personnes qui vivent dans « l’extrême pauvreté » (avec moins de 1,90 dollar par jour), selon la Banque mondiale.

Avec 4,6 milliards d’habitants, c’est déjà le continent le plus peuplé par une marge massive et devrait croître de 700 millions au cours des trois prochaines décennies.

L’indice des prix des produits alimentaires de base de la Banque mondiale, qui a atteint un niveau record en termes nominaux en mars-avril 2022, est en hausse de plus de 80% par rapport à il y a deux ans.

Rédaction Bangkok

Rédaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est située à Bangkok et est constituée de journalistes pigistes et de stagiaires

One reply on “La faim gagne du terrain en Asie”

  1. Qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son…. (proverbe Francais)
    prévenir d’une forte hausse des prix est la meilleur méthode pour la faire accepter – phénomène psychologique classique

Comments are closed.