La mystérieuse et séduisante Nanno (แนนโน๊ะ) vous rendra facilement accro à Netflix, mais attention elle peut aussi se révéler beaucoup plus dangereuse, surtout si vous avez quelque chose de secret à vous reprocher.

La série lancée sur Netflix le 7 mai est actuellement en tête des classements d’audience dans de nombreux pays d’Asie, dont la Thaïlande évidemment, sur la plate-forme mondiale de streaming.

Depuis plus de deux semaines il s’agit de la série Netflix la plus regardée en Thaïlande, aux Philippines et au Vietnam et parmi les 5 meilleures audiences à Taiwan, Hong Kong, Malaisie et Singapour.

Une recherche de แนนโน๊ะ (Nanno) sur Google renvoie à plus de trois millions de références: pas mal pour une série crée il y a à peine un mois.

La « Nannomania » sévit jusqu’au Brésil ou « La fille de nulle part » est classée 9e émission la plus regardée sur Netflix Brésil, le deuxième plus grand marché Netflix au monde.

La mise en scène s’ appuie sur le talent de Chicha «Kitty» Amatayakul (déjà repérée pour son second rôle dans « The Serpent« ) qui dissimule sa soif de vengeance derrière un sourire faussement ingénu et un uniforme d’écolière toujours impeccablement ajusté.

Nanno, au secours des victimes délaissées par la justice

Inspiré par des histoires vraies de faits divers où des écolières ont été agressées ou victimisées en Thaïlande, « Girl From Nowhere » utilise les pouvoirs secrets de Nanno pour dénoncer les hypocrisies et les lâchetés de la société thaïlandaise, où tout repose souvent sur le respect des apparences et la loi du silence qui contribue à culpabiliser les victimes.

Ainsi le séduisant M.Win, jeune professeur adulé de l’école modèle où atterrit Nanno dans le premier épisode, est en réalité un redoutable prédateur sexuel qui abuse de ses élèves et les réduit au silence en les menaçant de rendre public les vidéos de ses agressions.

Mais Nanno réussira a piéger Khun Win, et il sera à son tour pris dans un engrenage diabolique qui aboutira à sa déchéance et à son humiliation.

Bien que se définissant comme une fiction, « La fille de nulle part » aborde des problèmes qui existent réellement dans la société thaïlandaise. L’année dernière, cinq professeurs et deux élèves ont été accusés de viols répétés sur deux filles de 14 et 16 ans, dans une école publique dans la province de Mukdahan.

Dans la deuxième saison de Girl From Nowhere , le troisième épisode retrace l’histoire de Minnie, une jeune fille appartenant à une riche famille thaïlandaise qui tue plusieurs personnes dans un accident de voiture.

L’impunité des riches et des puissants

Minnie provoque la mort de quatre élèves de son école (dont celle de Nanno) et elle sera seulement condamnée à 300 heures de travaux d’intérêt général.

Son sort illustre les errances de la justice thaïlandaise lorsqu’il s’agit de sanctionner les riches et les puissants ou des membres de leur famille.

Le scénario est librement inspiré de l’histoire de la jeune Orachorn «Praewa» Thephasadin Na Ayudhya, qui a tué neuf personnes dans un accident de voiture en 2010.

Orachorn «Praewa» Thephasadin Na Ayudhya n’avait que 16 ans lorsque conduisant sa voiture sans permis elle a percuté un minibus de l’Université de Thammasat le 27 décembre 2010, provoquant la mort de neuf personnes.

Depuis lors, elle est devenue un symbole l’impunité des riches et des puissants en Thaïlande qui réussissent toujours à éviter la prison, même après avoir commis des crimes graves.

C’est le cas d’Orachorn «Praewa» Thephasadin Na Ayudhya qui a finalement été condamnée à effectuer 138 heures de travaux d’intérêt général, qui n’ont été effectués qu’en 2016 après de multiples atermoiements.

Mais dans la série de Netflix, Minnie n’échappe pas à son karma et les fantômes (très répandus dans les fictions thaïlandaises) de ses victimes ne cessent de la hanter jusqu’à provoquer sa mort.

Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.