Catégories
Bangkok Tourisme

Les fantômes de Bangkok : la Ghost Tower Sathorn Unique

La Ghost Tower Sathorn Unique est un véritable monument de la crise financière qui a frappé la Thaïlande en 1997, située en plein centre de Bangkok.

Située à proximité de la station de BTS Saphan Taksin, la Sathorn Unique tower est facilement repérable avec ses 49 étages de fer et de béton décatis qui surplombent la rivière.

Initialement Sathorn Unique était censé être l’un des complexes résidentiels les plus luxueux de Bangkok. Mais sa construction débutée au début des années 90 s’est brutalement interrompue en 1997.

En juillet 1997, le baht décroche brutalement de son cours fixe par rapport au dollar, et déclenche une crise économique sans précèdent qui s’étend rapidement à l’ensemble de l’Asie du Sud-Est.

De nombreux investisseurs se retrouvent endettés auprès des banques, et incapables de faire face à leurs échéances. Les constructions s’arrêtent, laissant dans Bangkok nombre de tours vides à moitié construites que les Thaïlandais surnomment tours fantômes (ghost tower).

Sathorn Unique est assurément un lieu mémorable de Bangkok. Mais si la tour est le reflet d’un échec financier, elle est une aussi source de légendes pour certains thaïs, persuadés que les immeubles abandonnés sont hantés par des fantômes (Phi). Et le fait qu’un touriste suisse s’y soit suicidé en décembre dernier, n’a fait qu’accentuer la rumeur.

Trop endommagée pour être achevée et trop coûteuse pour être détruite, Sathorn Unique est restée là, à l’abandon.

Avec ses piliers de béton déchiquetés et ses tags par centaines, elle offre un étrange paysage apocalyptique qui attire les curieux.

Interdit au public, mais…

Même si la tour est officiellement fermée, il est néanmoins très facile de s’y introduire. Les taules sensées masquer son entrée sont grandes ouvertes. A l’intérieur, un gardien fait mine de dire aux visiteurs qu’il est interdit d’entrer.

En réalité, il suffit de débourser quelques billets pour passer. Lors de notre visite, les touristes ont payé leur passage pour 150 baht et les thaïs pour 100. Une fois cette étape passée, direction les escaliers. Dans cet immeuble abandonné, inutile d’imaginer prendre l’ascenseur…

Les 49 étages sont à gravir à la force des mollets. Un petit détour par les appartements est de rigueur. L’avancement de la construction permet de distinguer les différents appartement et leurs salles d’eau. A certains étages, on peut même y trouver des baignoires ou des toilettes.

Mais la véritable “attraction” de la Ghost Tower se trouve à son sommet. Les explorateurs peuvent y découvrir le rooftop le plus économique de tout Bangkok. Du haut du building, il est possible d’admirer une vue à couper le souffle.

Ainsi, ne vous étonnez pas si vous y croisez de nombreux jeunes, touristes et locaux.

Une attraction de plus en plus risquée

Beaucoup déconseillent aux touristes de visiter la Ghost Tower, de plus en plus dangereuse avec le temps. A certains endroits se trouvent des trous de plusieurs dizaines de mètres de profondeur, camouflés par un simple bout de bois ou même de carton.

Des tubes de métal dépassent du sol, et la poussière et les gravats sont partout. Il est clair qu’il faut redoubler de prudence pour gravir la Ghost Tower. Mais cette tour mythique ne pouvait pas ne pas être prise d’assaut par les amateurs d’urbex.

Ce loisir, contraction d’urbain et d’exploration, regroupe tous les amateurs de découvertes en villes. S’il est possible de découvrir des constructions inhabitées, abandonnées ou accidentées dans le monde entier, la Ghost Tower est assurément le “spot” d’urbex de Bangkok.

Par Lise Famelart

Étudiante en première année de master nouvelles pratiques journalistiques, je suis en stage à Bangkok après un passage à Phnom Penh au Petit Journal Cambodge.