Catégories
Bangkok

Bang Kachao, un poumon vert au coeur de Bangkok

Surnommé “le poumon vert de Bangkok”, pour sa végétation mais aussi pour sa forme singulière, facilement repérable sur Google Map.

Situé le long du Chao Phraya , Bang Kachao est un véritable îlot de verdure au milieu du paysage urbain. Surnommé “le poumon vert de Bangkok”, pour sa végétation mais aussi pour sa forme singulière, facilement repérable sur Google Map.

Bang Kachao est assez facilement accessible, pour peu qu’on connaisse le chemin. Il suffit de prendre le bus 72 jusqu’à son terminus, ou le métro jusqu’à Klong Toey.nasamap

De là, il faudra vous renseigner auprès des passants ou prendre le moto taxi pour trouver l’embarcadère. Celui-ci est tout petit et caché au fin fond d’une ruelle.

La traversée en bateau ne dure que quelque minutes et coûte 10 bath. En fait, si venir à Bang Kachao est un peu long, le tout ne coûte pas très cher… surtout si vous prenez le bus !

A votre arrivée, on vous proposera de louer un vélo. Je ne peux que vous conseiller d’en prendre un : la location ne coûte que 100 bath la journée, et le parc est vraiment plus intéressant à vélo puisqu’il est très grand.

La jungle à quelques encablures des shopping malls

Dès les premiers tours de pédales, on se retrouve en pleine jungle. Ici, la végétation est luxuriante et peu écrasée par les constructions. les maisons des habitants de l’île, souvent surélevées à cause de l’humidité des sols, se fondent dans le décor.

Bangkok's Green Lung – Bang Kachao

ทริปครึ่งวันที่บางกะเจ้า เป็นอีกหนึ่งที่ ที่เราชอบไป แค่ข้ามแม่น้ำที่คลองเตยไปเราก็สัมผัสได้ถึงความเป็นชนบทและธรรมชาติ มีใครเคยไปบ้างมั้ยครับ?A half day trip to Bang Kachao is one of our favorite things to do in Bangkok. It’s just across the river from Khlong Toei but it feels like you’re out in the countryside. It's a great place to get your nature fix without leaving the city.

Posted by It's better in Thailand on Monday, February 27, 2017

Car Bang Krachao est loin d’être une simple attraction touristique. Près de 40 000 personnes vivent dans cet oasis de verdure.

Tom travaille à la location de vélos du parc. Il affirme que malgré son aspect tranquille et préservé, la péninsule reste un haut lieu touristique :

“En semaine, nous ne recevons pratiquement que des touristes. Et le parc est littéralement pris d’assaut durant le week-end.”

Après quelques minutes de pédalage, on tombe sur ce qui fait tout l’intérêt de l’île : une fine piste en béton qui s’enfonce dans la végétation. Bang Kachao est sillonné par ces petits chemins.

Souvent, ils ne comportent pas de garde corps, donc autant dire qu’il est nécessaire de rouler droit pour ne pas terminer dans le décor.

Sans compter qu’on croise de temps en temps des locaux en scooter : concentration et agilité sont alors de rigueur pour éviter de finir dans le fossé.

Mais ceux-ci doivent avoir l’habitude de croiser des touristes maladroits, puisqu’ils s’arrêtent pour laisser passer la plupart du temps.

En empruntant ces chemins, on a vite l’impression d’être perdus dans la campagne thaïlandaise. Il est facile de se retrouver seul au milieu des arbres et si vous avez de la chance, vous pourrez même voir des varans et des tortues. Les oiseaux sont nombreux et variés, et leurs chants totalement captivants.

Mais ces balades en pleine nature ne sont pas le seul intérêt de l’île. On y trouve plusieurs lieux à visiter. Ceux-ci sont facilement trouvables puisque ce sont les seuls indiqués en anglais sur le panneaux de signalisation.

La “Bangkok tree house” par exemple, est un hôtel éco responsable, accessoirement l’édifice le plus haut de l’île.

Au détour d’un chemin, on peut tomber sur des temples : il y en a plus d’une quinzaine, disséminés un peu partout dans le parc. Bang Kachao comporte aussi un grand marché très coloré et festif. En basse saison, il n’est fréquenté que par des thaïs.

Bang Kachao est l’endroit idéal pour prendre une dose de verdure en plein coeur de la capitale thaïlandaise. Mais il est plus intéressant si possible d’y aller en semaine, pour pouvoir profiter pleinement de son côté paisible.

Par Lise Famelart

Étudiante en première année de master nouvelles pratiques journalistiques, je suis en stage à Bangkok après un passage à Phnom Penh au Petit Journal Cambodge.