Catégories
Société

Bonnet d’âne pour les écoles thaïlandaises

Le système éducatif de la Thaïlande a été classé 37ème sur quarante pays développés dans le classement mondial des systèmes éducatifs effectué par la maison d’édition Pearson.

Il ne fait pas bon effectuer sa scolarité dans une école thaïlandaise, selon les résultats d’une récente étude qui assimile le royaume à une véritable machine à fabriquer des cancres. Le système éducatif de la Thaïlande a été classé 37ème sur quarante pays développés dans le classement mondial des systèmes éducatifs publié par la maison d’édition Pearson.

Le système éducatif thaïlandais, qui a bien fonctionné pour l’alphabétisation de base dans les années 1950, 1960 et 1970, et pour former des travailleurs peu qualifiés pour les usines,  la construction et  l’agriculture, a du mal à suivre le rythme de l’économie mondiale.

La Thaïlande classée 37ème sur quarante pays

La Thaïlande échappe de peu au zéro pointé avec un score de 1,46, et seulement trois pays situés plus bas qu’elle dans le classement (le Mexique, le Brésil et l’Indonésie, pour info la France n’est que 25e).

Etudiants Thailande
la Thaïlande a été classé 37ème sur quarante pays développés dans le classement mondial des systèmes éducatifs effectué par la maison d’édition Pearson.

 

La Thaïlande se classe derrière la plupart de ses concurrents régionaux (sauf l’Indonésie), comme le Vietnam pour la formation de travailleurs qualifiés,  l’anglais et en ce qui concerne les compétences en ICT (informatique et technologies de la communication).

Avec le retour du Myanmar dans l’économie mondiale, un pays dont les universités avaient été essentiellement fermées pendant des décennies, la Thaïlande devra faire face à une concurrence encore accrue dans les années à venir.

Un système inadapté aux enjeux de l’économie mondialisée

Le système éducatif thaïlandais continue de privilégier l’apprentissage par cœur, avec pour conséquence un  faible niveau en langues vivantes (anglais en particulier), et un souffre aussi d’un statut social insuffisamment reconnu pour les enseignants. En outre, dans le Sud, où une insurrection islamiste fait rage, de nombreuses écoles sont souvent fermées car le gouvernement n’a pas encore trouvé un moyen efficace pour protéger les enseignants. 150 d’entre eux ont déjà été assassinés depuis le début de l’insurrection en 2004, et 140 autres grièvement blessés, les écoles et leur personnel étant la principales cibles des terroristes islamistes.

Les enseignants thaïlandais des écoles secondaires ont dû passer des examens dans leurs disciplines pour la première fois, avec des résultats alarmants, rendus publics dans un article du Bangkok Post. La plupart des enseignants de niveau secondaire supérieur, ont échoué aux tests proposés à leurs élèves, selon  le Bureau de la Commission d’éducation de base (Office of the Basic Education Commission, OBEC).

Lire aussi Les défis qui attendent la Thaïlande – économie, société – thailande-fr

La domination des pays d’Asie

Dans les dix premiers au classement des meilleures écoles, on remarque qu’il y a 4 pays d’Asie (Hong Kong, Corée du Sud, Singapour et Japon). La Finlande a pris la première place de ce classement avec un score de 1,26 points, suivi par la Corée du Sud et Hong-Kong et deux autres pays d’Asie: le Japon et Singapour. Le Royaume Uni et les Pays Bas sont les deux pays européens les mieux notés (6eme et 7eme respectivement) et la France arrive seulement en 25e position.

L’étude note que le financement est un facteur important dans la qualité des systèmes éducatifs, mais que les facteurs culturels sont encore plus importants comme en témoignent les pays les mieux classés, notamment en Asie, où l’enseignement est très valorisé socialement. Alors que la Finlande et la Corée du Sud sont très différentes dans leurs méthodes d’enseignement et d’apprentissage, ils détiennent les premières places en raison d’une croyance sociale partagée sur l’importance de l’éducation et de son «but moral sous-jacent.”

Le classement est établi principalement sur la base de divers critères, comme les résultats des tests internationaux, les taux d’obtention de diplôme d’éducation supérieure entre 2006 et 2010. D’autres plus généraux entrent en ligne de compte comme le montant des dépenses publiques en matière d’éducation, l’âge entrée à l’école, les salaires des enseignants et les résultats socio-économiques tels que les taux de chômage nationaux, le PIB, l’espérance de vie et de la population carcérale.

Lire les résultats complets de l’étude (en anglais).

 

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

  • Je n’ai pas les capacités de remettre en cause ces études … mais je suis quand même un peu dubitatif au taux de chômage qui est à 1%.Je pense effectivement qu’il y a des grandes lacunes dans l’enseignement mais j’espère que les chiffres utilisés sont plus adaptés que celui-ci.:-)

  • C’est tout a fait logique. Tant que les élèves ne pourront pas poser des questions embarrassantes aux professeurs afin que ces derniers ne perdent pas la face. La Thaïlande doit mieux former leurs enseignants afin que les élèves se haussent au niveau des pays voisins.