Catégories
Politique

Les attentats de Bangkok liés à l’insurrection dans le sud de la Thaïlande

Si cette piste devait se confirmer ce serait un changement radical dans le conflit qui déchire le sud de la Thaïlande depuis 2004

La police thaïlandaise privilégie la piste d’un lien entre les attentats de Bangkok et l’insurrection séparatiste dans le sud de la Thaïlande.

Les deux derniers suspects ont été arrêtés dans la province de Narathiwat, alors qu’ils tentaient de quitter la Thaïlande pour se rendre en Malaisie.

Si cette piste devait se confirmer, ce serait un changement important dans le conflit qui déchire le sud de la Thaïlande depuis 2004, car jusqu’à présent les attentats à la bombe n’avait touché que des cibles locales, épargnant Bangkok et le reste de la Thaïlande.

Depuis 2004, des groupes armés séparatistes au sud du pays s’opposent au gouvernement thaïlandais : les attaques et attentats à la bombe répétés ont déjà fait 6 800 victimes. Mais à de très rares exceptions le conflit est resté localisé dans le sud, et sans grandes conséquences pour le reste de la Thaïlande.

Bien qu’étant un pays à majorité bouddhiste, la Thaïlande souffre de l’une des insurrections séparatistes les plus anciennes et les plus meurtrières d’Asie.

A la frontière malaise, trois provinces, Pattani, Yala et Narathiwat, regroupent la majorité des 5% de musulmans de Thaïlande et les 4/5e d’entre eux parlent malais.

Elles appartenaient anciennement au sultanat de Patani, haut lieu de l’islam en Asie du Sud-Est au XVIIe et XVIIIe siècles.

Les sécessionnistes poseurs de bombes se décrivant comme des rebelles malais opposé à la domination de l’Etat thaïlandais ont frappé le sud de la Thaïlande depuis plusieurs décennies avec une régularité rarement vue à l’extérieur du Moyen-Orient.

Selon le chercheur Rohan Gunaratna, qui dirige le Centre international de recherche sur la violence politique et le terrorisme.

« Malgré la rhétorique sur le » djihad mondial « , le conflit dans le sud de la Thaïlande reste  essentiellement local. Il pourrait être mieux considéré comme une lutte ethno-nationaliste à l’ancienne, bien que superposée à la religion car elle implique les musulmans du sud de la Thaïlande qui luttent pour leur identité. »

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire