Catégories
Entreprises

ICBC lance une OPA sur les actions de la Banque thaïlandaise ACL

Industrial & Commercial Bank of China Ltd a soumis une offre d’achat pour toutes les actions de la Banque de Thaïlande ACL Pcl pour 11,5 baht chacune, selon un communiqué de la banque déjà implantée à Bangkok et publié par le SET.

Il s’agit bien entendu d’une OPA « amicale » car cette opération était attendue depuis plusieurs mois. L’ offre d’ICBC vient terminer un accord conclu l’année dernière entre Industrial and Commercial Bank of China Limited ( «ICBC») et la Bangkok Bank Public Company Limited ( «BBL»), qui avaient annoncé conjointement au mois d’octobre dernier que les deux banques avaient conclu un accord sur la vente et l’achat d’actions dans ACL Bank Public Company Limited ( «ACL» ), une banque dont le principal actionnaire est la Bangkok Bank.

La période d’offre publique d’achat se déroulera du 9 Mars à Avril 16, selon le communiqué. ICBC a reçu l’approbation du gouvernement thaïlandais le 22 février pour acheter une participation majoritaire dans ACL.

Pour la première fois une banque thaïlandaise passe sous contrôle d’une entité étrangère, alors qu’en principe la loi plafonne à 49% la participation du capital étranger dans les entreprises thaïlandaises.

Depuis 2007, ICBC menait des négociations avec la Bangkok Bank,  pour acheter les actions que celle-ci détenait dans la banque ACL.  Mais la vente des actions, qui aurait du avoir lieu à la fin de 2007, a été ajournée  dans l’attente de la promulgation d’une nouvelle loi commerciale, laquelle a augmenté la part que les entreprises aux capitaux étrangers peuvent détenir dans des banques de Thaïlande, jusqu’à 49%, contre 25% auparavant.

ICBC est la plus importante des “Big Four” des banques chinoises par le volume de ses actifs et de son exploitation. Elle est aussi la plus grande banque du monde par la capitalisation boursière avec 252,85 milliards de dollars (Bt8.6 billion).

Cette opération très inhabituelle en Thaïlande, où le secteur bancaire est protégé de la concurrence par des lois très protectrices, a nécessité une autorisation exceptionnelle du gouvernement. Le président de l’ICBC Jiang Jianqing avait fait la proposition lors d’une réunion à Pékin pendant le premier voyage officiel du Premier Ministre thaïlandais en Chine en juin dernier.

Avec cette prise de controle, les relations entre le Chine et la Thailande franchissent une nouvelle étape dans le domaine bancaire. La Chine a accordé le mois dernier à la Bangkok Bank, la plus grande banque commerciale de Thaïlande, une licence exclusive pour autoriser des opérations en yuans dans le royaume. Alors que les autorités chinoises contrôlent très strictement le cours de leur monnaie, cette opération fait partie d’une initiative de la Chine pour élargir progressivement le rôle de sa monnaie (le renminbi, plus connu comme yuan) en Asie.

La Bangkok Bank, la plus grande banque commerciale de Thaïlande en termes d’actifs, dispose déjà de quatre succursales en Chine continentale et d’un réseau de succursales dans tout le Sud-Est asiatique. De son coté la Thaïlande a fait une exception pour la Chine en autorisant le rachat de la banque thaïlandaise ACL. Pour la première fois une banque thaïlandaise passe sous contrôle d’une entité étrangère, alors qu’en principe la loi plafonne à 49% la participation du capital étranger dans les entreprises thaïlandaises.

ICBC a été créée en tant que société à responsabilité limitée le 1er janvier 1984. Depuis une offre publique de vente, les titres sont cotés simultanément aux bourses de Hong Kong et Shanghai le 27 octobre 2006. En République populaire de Chine, elle est la plus grande des quatre principales banques, devant la Banque de Chine, la Banque agricole de Chine, et la Banque de construction de Chine. Suite à l’IPO de 2006, 22.14% des titres sont en libre circulation. Le reste est détenu par l’Etat.
ICBC compte environ 2,5 millions de clients entreprises et 150 millions de clients particuliers.

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire