Catégories
Économie

L’économie thaïlandaise devrait fortement rebondir en 2012

En 2012 l’importance des investissements nécessaires à la restauration du pays devraient entraîner un rattrapage avec une croissance supérieure aux prévisions et atteindre jusqu’à 7%

L’année 2011 vient de se terminer et elle restera en Thaïlande comme celle de la catastrophe majeure des inondations, faisant plus de 800 morts et amputant la croissance économique de plus de moitié. En 2011 la croissance thaïlandaise devrait se situer entre 1,1 et 1,5%, un chiffre très inférieur aux prévisions de 3,5 à 4%.

Mais pour 2012 l’importance des investissements nécessaires à la restauration du pays devraient paradoxalement entraîner un rattrapage avec une croissance supérieure aux prévisions et atteindre jusqu’à 7% selon le Vice-Premier Ministre et Ministre du commerce Kittirat Na Ranong.

Ce dernier a affirmé au cours d’une conférence de presse que l’économie de la Thaïlande reste solide, en dépit de la crise massive des inondations, et qu’il prévoyait que le produit intérieur brut (PIB) pourrait augmenter de plus de 7 % cette année.

Les Investissements et les Exportations seront les principaux moteurs de la croissance en 2012.

M. Kittirat a déclaré que 2012 pourrait être une année de croissance exceptionnelle pour la Thaïlande, malgré la crise des inondations de 2011 en raison des investissement nécessaires pour la reconstruction des infrastructures endommagées en 2011.

Les Investissements et les Exportations seront les principaux moteurs de la croissance en 2012.
Les Investissements et les Exportations seront les principaux moteurs de la croissance en 2012.

Selon le Conseil national du développement économique et social (NESDB) les investissements et les exportations seront les moteurs économiques clés en 2012.

La croissance des investissements selon le NESDB devrait atteindre plus de 10 %, soit plus du double que les 4% en 2011. La consommation des ménages est également appelée à augmenter, en raison des achats de remplacements dus aux inondations et des politiques populistes d’augmentation du pouvoir d’achat.

Les investissements étrangers toujours dynamiques

Le Conseil thaïlandais de l’investissement (Board of Investment ou BOI) a révélé que les projets d’investissement en Thaïlande pour la période de janvier au 23 décembre de l’année 2011 ont atteint 663 milliards de baht en valeur, dépassant la valeur d’investissement cible de 32 %.

Ce chiffre reflète un fait important: la confiance des investisseurs étrangers n’a pas été significativement impactée par l’importance des inondations. Le Japon reste classé à la première place en tant que pays investisseur majeur, avec une augmentation de 90 % de ses investissements, profitant d’un effet de rattrapage après les effets du tsunami en 2010.

Dr Wannarat Channukul, le ministre de l’Industrie, a révélé que 1 847 projets d’investissement d’une valeur totale de 663 milliards de baht (16,3 milliards d’euros) ont sollicité les incitations du BOI en 2011. En termes de nombre de projets, le montant total de cette année représente une croissance de 21 % sur la même période l’année dernière. La valeur des investissements prévus a sensiblement augmenté par rapport à l’année dernière (412 milliards de THB), représentant une augmentation de 61%.

Bien que les investissements peuvent avoir été affectés par les récentes inondations, les investisseurs sont toujours attirés par la Thaïlande. La situation globale des investissements en Thaïlande reste donc solide. La valeur des investissement a maintenant dépassé de 32% la cible des 500 milliards de baht. Il est prévu que au cours de l’année 2012 les investissements continuent à croître.

Les économistes de l’ONU avertissent cependant que les économies dépendantes des exportations comme la Chine, la Malaisie, les Philippines, la Corée, Singapour, Taiwan, la Thaïlande et Hong Kong, feront face à la menace d’un ralentissement des exportations en raison des incertitudes économiques sur les marchés européens.

Mais la Commission économique des Nations Unies et sociale pour l’Asie et le Pacifique, dans un rapport de décembre, explique que le commerce dans la région Asie-Pacifique devrait partiellement compenser les effets de la crise de la dette européenne en donnant une impulsion importante à l’économie thaïlandaise.

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.