Catégories
Économie

Banque mondiale : croissance à 5,4 % pour les pays en développement

Les pays en développement doivent se préparer à de nouveaux risques de détérioration alors que la crise de la dette dans la zone euro et l’affaiblissement de la croissance dans plusieurs grandes économies émergentes assombrissent les prévisions de croissance dans le monde.

Les pays en développement doivent se préparer à de nouveaux risques de détérioration alors que la crise de la dette dans la zone euro et l’affaiblissement de la croissance dans plusieurs grandes économies émergentes assombrissent les prévisions de croissance dans le monde.

Alors que la région Asie de l’Est et Pacifique s’est rapidement redressée après la catastrophe survenue à Tohoku, au Japon, en mars 2011, les inondations en Thaïlande et les turbulences en Europe ont commencé de peser sur la croissance régionale.

Après une progression de 9,7 % en 2010, la croissance du PIB Asie de l’Est et Pacifique est estimée à 8,2 % en 2011

En Chine, pays qui contribue à hauteur d’environ 80 % au PIB régional, la croissance a ralenti, tombant selon les estimations de 10,4 % en 2010 à 9,1 % en 2011 ; elle devrait descendre à 8,4 % en 2012 suite aux efforts des autorités à freiner une croissance jugée « trop rapide » sur certains segments de l’économie.

Pour 2012 l’importance des investissements nécessaires à la restauration du pays devraient entraîner un rattrapage avec une croissance supérieure aux prévisions et atteindre jusqu’à 7% selon le Vice-Premier Ministre et Ministre du commerce Kittirat Na Ranong.

La Banque a revu à la baisse ses prévisions pour 2012 et escompte désormais une croissance de 5,4 % pour les pays en développement et de 1,4 % pour les pays à revenu élev
La Banque a revu à la baisse ses prévisions pour 2012 et escompte désormais une croissance de 5,4 % pour les pays en développement et de 1,4 % pour les pays à revenu élev

Tel est le message qui ressort de l’édition 2012 des Perspectives pour l’économie mondiale que vient de rendre publique la Banque mondiale.

La Banque a revu à la baisse ses prévisions pour 2012 et escompte désormais une croissance de 5,4 % pour les pays en développement et de 1,4 % pour les pays à revenu élevé (-0,3 % pour ceux de la zone euro), contre respectivement 6,2 % et 2,7 % (1,8 % pour la zone euro) selon ses estimations du mois de juin. La croissance mondiale devrait s’établir à 2,5 % en 2012 et 3,1[1] % en 2013.

La Banque escompte désormais une croissance de 5,4 % en 2012 pour les pays en développement et de 1,4 % pour les pays à revenu élevé

Le ralentissement de la croissance est d’ores et déjà perceptible dans le fléchissement des échanges mondiaux et la diminution des prix des produits de base.

Bien que les exportations mondiales de biens et de services aient connu un essor estimé à 6,6 % en 2011 (contre 12,4 % en 2010), elles ne devraient augmenter que de 4,7 % en 2012.

Les cours mondiaux de l’énergie, des métaux et minéraux, et des produits agricoles accusent quant à eux une baisse respective de 10, 25 et 19 % par rapport aux pics enregistrés au début de 2011. Ce déclin des prix des produits de base a contribué à une détente de l’inflation globale dans la plupart des pays en développement.

Cependant, même si les cours mondiaux des produits alimentaires étaient orientés à la baisse ces derniers mois, avec une diminution de 14 % par rapport à leur niveau record de février 2011, la question de la sécurité alimentaire pour les populations les plus pauvres, notamment dans la Corne de l’Afrique, demeure au cœur des préoccupations.

« Les pays en développement doivent évaluer leurs vulnérabilités et se préparer à la possibilité d’autres chocs, tant qu’il est encore temps », a alerté Justin Yifu Lin, économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale pour l’économie du développement

La marge de manœuvre budgétaire et monétaire dont les pays en développement disposent pour l’adoption de mesures correctives s’est réduite par rapport à ce qu’elle était en 2008/09. Aussi risquent-ils de voir leur capacité de réponse entravée en cas de tarissement des financements internationaux et de dégradation aiguë de la conjoncture mondiale.

 Afin de parer à cette éventualité,

« les pays en développement devraient refinancer à l’avance leurs déficits budgétaires, donner la priorité aux dépenses de protection sociale et d’infrastructure et soumettre leurs banques à des tests de résistance »

selon Hans Timmer, directeur du Groupe des perspectives de développement de la Banque mondiale.

Alors que les perspectives restent favorables dans la plupart des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, les répercussions de la crise des pays à revenu élevé se font déjà sentir à l’échelle mondiale. Les spreads sur la dette souveraine des pays en développement ont augmenté de 45 points de base en moyenne, tandis que les apports bruts de capitaux aux économies en développement sont tombés à 170 milliards de dollars dans la seconde moitié de 2011, contre les 309 milliards de dollars enregistrés au deuxième semestre de 2010.

« Si la crise s’intensifie, personne ne sera épargné. Les taux de croissance des pays développés comme ceux des pays en développement pourraient connaître une chute égale voire même supérieure à celle de 2008/09 », avertit Andrew Burns, directeur du service chargé des questions de macroéconomie internationale et auteur principal du rapport. « On ne saurait trop insister sur l’importance de disposer de plans d’urgence dans ces circonstances. »

L’intégralité du rapport ainsi que les données qui l’accompagnent sont disponibles sur www.worldbank.org/globaloutlook.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.