hanoi vietnam - thailande-fr

La Banque mondiale a revu à la baisse ses prévisions de croissance annuelle pour l’Asie-Pacifique, sur fond de ralentissement de l’économie chinoise alors que le Vietnam émerge comme le leader de la croissance régionale.

Dans ses dernières prévisions économiques la Banque mondiale a fortement abaissé la croissance de la Chine à 2,8% contre 5% en avril, tandis que le Viêtnam est crédité d’une croissance de 7,2% pour 2022.

La Chine paie le prix de la stricte politique de zéro Covid imposée par Xi Jinping et porte un coup dur à l’expansion de la région prévue à seulement 3,2 % pour cette année, en baisse par rapport à la croissance de 5 % prévue en avril.

Le rapport couvre l’Asie de l’Est, l’Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique, mais exclut le Japon et les deux Corées.

Le Vietnam en tête avec une croissance de 7,2%

Le Vietnam devrait dominer la région Asie de l’Est, l’Asie du Sud-Est, Chine et les îles du Pacifique avec une croissance annuelle de 7,2%, contre 5,3% dans les prévisions d’avril. Les perspectives pour l’Indonésie sont restées inchangées à 5,1%. Hors Chine, la région devrait connaître une croissance de 5,3% en 2022, avec des projections revues à la hausse pour la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande.

« La grande source de croissance dans la région aujourd’hui a été la libération des restrictions que les pays étaient obligés de maintenir, soit par des règles, soit par les restrictions spontanées que les gens ont exercées sur la consommation pendant la période COVID »

Aaditya Mattoo, économiste en chef pour l’Asie de l’Est et le Pacifique

Fin des restrictions Covid sauf en Chine

La majeure partie de la région a rouvert ses portes aux voyages et assoupli les restrictions liées à la pandémie, bien que la Chine maintienne sa politique zéro COVID et impose des confinements sporadiques dans les grandes villes.

Les Philippines, la Thaïlande et le Cambodge retrouveront leurs niveaux de production d’avant la pandémie d’ici la fin de l’année, a prédit la banque.

Les prévisions de croissance pour le Laos et la Mongolie ont été revues à la baisse, car l’inflation, la hausse des taux d’intérêt et la faiblesse des devises compriment le pouvoir d’achat et la capacité de service de la dette des pays.

Chine : une croissance inférieure à 3%

Leur croissance, et celle de la Chine, sera inférieure à 3% cette année, mais leurs économies devraient rebondir l’année prochaine avec une croissance de 5,5% prévue pour la Mongolie, 4,5% pour la Chine et 3,8% pour le Laos.

Mis à part le Laos et la Mongolie, la majeure partie de la région serait en mesure de supporter les hausses accélérées des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine « relativement bien », a déclaré Mattoo, car davantage de dettes sont nationales plutôt que libellées en devises étrangères.

La croissance dans les îles du Pacifique proviendra principalement des Fidji, qui devraient augmenter de 12%, tandis que les Îles Salomon, les Tonga, Samoa et la Micronésie devraient se contracter.

Mais les plafonds de prix, les subventions et les restrictions commerciales qui ont maintenu l’inflation médiane régionale à 4% – inférieure à la plupart des pays du monde – pourraient limiter la croissance à long terme en soutenant une production alimentaire économiquement inefficace et des sources d’énergie à haute teneur en carbone.

Inflation et contrôle des prix

Le rapport a révélé que l’Asie-Pacifique contrôle les prix sur plus de biens que toute autre région en développement, à l’exception du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Mais les mesures de soutien sont biaisées en faveur des producteurs de riz et d’autres céréaliers, bien que les consommateurs préfèrent de plus en plus les légumes, les fruits et la viande.

Les mesures actuelles renversent également des années de baisse des subventions aux combustibles fossiles. En Indonésie et en Malaisie, les subventions aux combustibles fossiles sont passées d’environ 1 % du PIB en 2020 à plus de 2 %. Ce renversement pourrait compromettre les objectifs de réduction des émissions de carbone et maintenir les pays dépendants des importations de combustibles fossiles, les rendant vulnérables à de futurs chocs de prix, a averti la banque.

La Banque mondiale a exhorté les gouvernements à trouver un équilibre entre la viabilité à long terme et le bien-être public à court terme et les prérogatives politiques, alors que l’Indonésie, la Thaïlande et la Malaisie doivent tenir des élections l’année prochaine.

Des transferts de revenus ciblés seraient plus rentables que des dons et des subventions générales, a déclaré la banque.

En Thaïlande, la banque a constaté que 2,2 milliards de bahts (58,2 millions de dollars) de transferts monétaires réduiraient la pauvreté de 1 point de pourcentage, un résultat qui nécessiterait 11,2 milliards de bahts de subventions aux carburants.

Des soutiens de prix prolongés vont gonfler les déficits budgétaires et détourner des fonds des infrastructures, de la santé et de l’éducation, a déclaré la banque.

La Thaïlande, les Philippines et la Malaisie termineront l’année avec des ratios dette publique/PIB plus élevés, qui devraient dépasser 60% dans les trois pays.

Des investissements pour soutenir la croissance à long terme seront nécessaires, car la demande pour les exportations de la région a montré des signes d’affaiblissement. La Banque mondiale a pris note des rapports trimestriels des détaillants américains indiquant un ralentissement de la demande d’électronique, dont beaucoup sont fabriqués et assemblés en Chine, au Vietnam et en Malaisie. Une récession dans les grandes économies cette année pourrait réduire de plus de 1 point de pourcentage la croissance dans la région Asie-Pacifique, la Malaisie enregistrant la plus forte perte, à 0,8 point de pourcentage.

Asian Development Outlook, September 2022: Economic Forecasts | Asian Development Bank (adb.org)

Rédaction Bangkok

Rédaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est située à Bangkok et est constituée de journalistes pigistes et de stagiaires