Catégories
A la Une Économie

Trop cher et trop dangereux pour la Thaïlande?

Il est facile avec le recul de voir que la centrale nucléaire de Daiichi Fukushima comportait des défauts importants: centre de commande électroniques situé dans une salle sous le bâtiment du réacteur qui a été inondé lorsque le tsunami a frappé. Même réflexion pour les générateurs diesel de secours pour l’approvisionnement en électricité des pompes de refroidissement qui ont été incapable de fonctionner en cas de besoin, parce que installées dans un sous sol qui a également été inondé.

Il est facile avec le recul de voir que la centrale nucléaire de Daiichi Fukushima comportait des défauts importants: centre de commande électronique situé dans une salle sous le bâtiment du réacteur qui a été facilement inondé lorsque le tsunami a frappé.  Même réflexion pour les générateurs diesel de secours pour l’approvisionnement en électricité des pompes de refroidissement qui ont été incapables de fonctionner en cas de besoin, parce que installées dans un sous sol qui a également été inondé.

Depuis quarante ans, les autorités du Japon avaient assuré que les centrales japonaises seraient “sûres” dans toutes les circonstances prévisibles. Et puis l’imprévisible s’est produit sous la forme d’un fort séisme suivi d’un tsunami. Selon les premières estimations, la contamination de l’iode radioactif I-131 et radioactifs du césium-137 dans les quatre premiers jours de Fukushima Daiichi représentent déjà entre 20 et 50% des émissions de Tchernobyl.

Le «prévisible» arrive en général, aussi. Il n’est pas trop difficile de prédire qu’ une centrale nucléaire construite en Thaïlande coûtant des milliers de milliards de baht, serait susceptible d’engendrer une certaine corruption. Cela s’est déjà produit pour l’aéroport de Suvarnabhumi et le réacteur de recherche nucléaire Ongkarak.

Le réacteur nucléaire français Superphénix abandonné en 1997: trop dangereux et trop cher...Photo: Yann Forget

Si la Thaïlande décide de construire des centrales nucléaires, il n’est pas difficile de prévoir qu’une certaine partie des fonds ira remplir indument certaines poches, et ce au détriment des normes de qualité de la construction et de sécurité.

Le problème majeur avec l’énergie nucléaire est qu’elle est particulièrement impitoyable. L’énergie nucléaire ne serait pas si dangereuse, si les gens étaient parfaits et si la nature était prévisible.

Mais les gens sont corruptibles (surtout quand les montants sont importants en Thaïlande). Et les gens font parfois des erreurs.

Sur le long terme, lorsque l’imprévisible survient, tout d’un coup l’énorme pouvoir de la radioactivité et de l’atome est libéré de manière destructrice. Les estimations dans les médias japonais ont déjà estimé le coût des fuites de rayonnement en milliers de milliards de yens (centaines de milliards de baht), non compris le coût des impacts sur la santé. Selon la loi japonaise, les sociétés sont responsables du coût de tous les accidents de réacteurs nucléaires, sauf lorsque les accidents sont le résultat d’une «catastrophe naturelle grave de caractère exceptionnel ou d’une insurrection».

Par conséquent il semble assez probable que les Japonais après avoir supporté les risques d’exposition aux rayonnements, et des semaines de pannes d’électricité, soient également obligé de finir par payer les frais engendrés par la catastrophe nucléaire en prélevant sur leur propre portefeuille.

Y at-il des possibilités pour la Thaïlande pour économiser l’énergie à un coût moindre que l’énergie nucléaire? Tout à fait.

Construire de nouvelles centrales nucléaires est plus coûteux que réduire les frais de consommation énergétique. Une étude menée par des analystes internationaux sur l’efficacité énergétique de la Thailande a estimé que 29% de la consommation résidentielle d’électricité peuvent être économisés avec des programmes d’amélioration de l’efficacité énergétique au cours des 20 prochaines années.

Pour plus d’informations, voir le site de Chuenchom et Chris Greacen, chercheurs indépendants dans le domaine de l’énergie. Leurs articles et des présentations sur le secteur de l’électricité thaïlandaise sont sur www.palangthai.org

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

  • Il est typique de constater partout que le terrible et cruel accident du Japon arrive comme du pain béni pour les adeptes de l’ECOLO TERRORISME!
    Le nucléaire est ce qu’il y a de plus sûr, de plus performant et de moins polluant. Tout le reste, c’est du bavardage à la sauce verte ! Avec le niveau élevé et croissant de consommation énergétique des pays développés comme la Thaïlande, il est IMPOSSIBLE de se passer du nucléaire. Les ECOLOS n’ont aucune source d’énergie alternative, performante et plausible, ce sont des vendeurs de vent! Il faut cesser de faire de la Thaïlande le lieu privilégié de la corruption, ELLE EXISTE PARTOUT DANS LE MONDE lorsque de gros marchés ou de grands travaux sont en cause… !

  • Il serait intéressant de faire un comparatif entre le nombre des décès “par irradiation” (incluant Tchernobyl) et ceux dûs à l’exposition aux produits chimiques et pétroliers !

    Comparaison sur 50 ans …