Catégories
Économie

L’économie de la Thaïlande : bilan et perspectives

Le modèle thaïlandais basé sur le tourisme et les exportations donne des signes d’essoufflement tandis que la crise du coronavirus risque d’amputer sérieusement la croissance en 2020.

Pendant longtemps la Thaïlande a fait figure de modèle en matière de performances économiques et de réduction de la pauvreté.

Au cours des quatre dernières décennies, la Thaïlande a accompli des progrès remarquables dans le développement social et économique, passant d’un pays à faible revenu à un pays à revenu élevé en moins d’une génération.

La Thaïlande est souvent citée par la Banque Mondiale comme un exemple de réussite de développement, avec une forte croissance soutenue et une réduction impressionnante de la pauvreté.

Mais la région asiatique tout entière connaît en ce moment un ralentissement économique et selon la Banque mondiale, les pays en développement du Pacifique Est asiatique hors Chine devraient croître de 4,9% en moyenne tandis que la croissance de la Chine devrait ralentir à 5,9%.

L’économie de la Thaïlande a progressé à un taux annuel moyen de 7,5% au cours des années de boom de 1960 à 1996 et de 5% après la crise financière asiatique pendant 1999-2005, créant des millions d’emplois qui ont aidé à sortir des millions de personnes de la pauvreté.

Mais aujourd’hui le modèle est en panne, avec une croissance plus faible que celle des autres pays de la région Asean, un système éducatif dépassé, un endettement excessif des ménages et des inégalités croissantes.

Une réduction remarquable de la pauvreté sur le long terme

La pauvreté en Thaïlande a considérablement diminué au cours des 30 dernières années, passant de 67% en 1986 à 7,8% en 2017 (tel que mesuré par le seuil de pauvreté de 5,5 dollars par jour).

Mais par rapport à la décennie précédente, la période de 2015 à 2017 a connu une croissance plus lente. La baisse des prix agricoles et ses effets négatifs sur les agriculteurs ont contribué à la détérioration du pouvoir d’achat des ménage les plus pauvres.

La période a également été marquée par une baisse de l’emploi dans les secteurs agricole et manufacturier et une faible croissance des salaires.

Au niveau national, il y a eu 478 000 personnes de plus pauvres en 2017 qu’en 2015 selon les estimations officielles. De grandes disparités régionales subsistent et, dans la région du Nord-Est, le nombre de pauvres a récemment augmenté.

Inégalités en hausse

L’inégalité – mesurée par le coefficient de Gini – a augmenté entre 2015 et 2017 et la qualité inégale de l’éducation reste un grand défi. pour la Thaïlande.

Un enfant thaïlandais né aujourd’hui peut espérer 12,4 années de scolarité avant l’âge de 18 ans. Cependant, une fois ajusté en fonction de la qualité de l’éducation, cela ne représente que 8,6 années de scolarité, ce qui indique un déficit de 3,8 années.

Une croissance inférieure à 3%

L’économie de la Thaïlande devrait enregistrer une croissance d’environ 2,7 à 3,0% en 2020, selon les prévisions de plusieurs institutions économiques.

Cette expansion limitée est le résultat de l’effet négatif de la faible performance de l’ économique mondiale, et de la hausse de l’endettement des ménages en Thaïlande.

La Banque mondiale a projeté la croissance de la Thaïlande en 2020 à 2,9% contre 2,7% cette année. Le service d’intelligence économique (EIS) du Thailand Development Research Institute (TDRI) a prévu une croissance de la Thaïlande pour 2020 comprise entre 2,5 et 3% et la Siam Commercial Bank Economic Intelligence Center s’attendait à ce que le PIB de la Thaïlande augmente de 2,7% l’année prochaine.

Mais ces chiffres résultent tous d’estimations antérieures au début de la crise du coronavirus COVID-19 qui selon les estimations pourrait amputer la croissance thaïlandaises de 0,5 à 0,7%.

Les exportations en baisse

Le secteur des exportations, qui a été un des principaux moteurs de la croissance de la Thaïlande avec le tourisme, a été touché par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Au cours des 10 premiers mois de cette année, les exportations se sont contractées de 2,4% en glissement annuel, la plus forte contraction en quatre ans.

Les exportations en baisse sont le riz, les produits pétroliers, les produits chimiques, les pièces d’ordinateur, les produits en caoutchouc et les circuits et pièces intégrés.

Les exportations en hausse sont les fruits, les articles de toilette et les cosmétiques, les climatiseurs, les pièces d’appareils électriques, les camionnettes et les produits alimentaires.

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire