Mardi , 2 septembre 2014
Accueil > Société > Environnement > Déforestation illégale: un terrain de foot toutes les deux secondes

Déforestation illégale: un terrain de foot toutes les deux secondes

 Toutes  les  deux  secondes,  une  surface  forestière comparable à la superficie d’un terrain de football est rasée dans le monde par des exploitants opérant de manière illégale. Comme beaucoup d’autres pays de la région, la Thaïlande est très affectée par la déforestation: le royaume perd en moyenne 5 000 km² de zones forestières par an. Entre 1961 et 1998 les surfaces boisées ont diminué de moitié passant de 53% à 26% du territoire thaïlandais

Un nouveau rapport de la Banque mondiale, publié  aujourd’hui,  montre  comment  les   pays  peuvent  lutter  efficacement  contre l’exploitation illégale des forêts avec l’aide des systèmes de justice pénale, réprimer les activités  criminelles  organisées  et  dépister  et  confisquer  les  gains  illicites  tirés  de l’abattage des arbres.

aerial documentation of Tanjumg National Park degradation

Picture: Greenpeace/Natalie Behring Chisolm

Le roi de Thaïlande lui même s’est emparé du sujet, demandant des sanctions plus sévères pour les fonctionnaires corrompus qui ferment les yeux sur la déforestation illégale.

Le problème vient de ceux qui sont avides d’argent. Les forêts de bois durs qui sont détruites mettent longtemps à se reconstituer. La responsabilité est celle des fonctionnaires cupides et avides d’argent. Le gouvernement doit protéger les forêts et sévèrement punir ceux qui sont impliqués dans la déforestation.

a t-il déclaré au cours d’une réunion consacrée à la prévention des inondations.

En Thaïlande le laxisme des autorités envers les responsables de la déforestation illégale est notoire. Les militants défenseurs de l’environnement sont aussi fréquemment victimes d’agressions et de tentatives d’intimidation.

Selon la Banque mondiale, il est possible de dépister et de confisquer l’« argent sale » des exploitations forestières illégales

Intitulé « Justice pour les forêts : renforcer la lutte des systèmes de justice pénale contre les exploitations  forestières illégales », le rapport souligne que, pour mener une action efficace, les services de répression de la criminalité doivent enquêter au-delà des petits criminels et s’efforcer d’identifier les destinataires des profits tirés de l’abattage illégal.

Carte de la déforestation en Asie.

Carte de la déforestation en Asie. Illustration: Philippe Rekacewicz, UNEP/GRID-Arendal

En suivant la piste de l’argent et en utilisant les outils mis au point dans quelque 170 pays pour chercher l’« argent sale », les appareils de justice pénale peuvent  pourchasser les organisations  criminelles  qui  se  livrent  à  des  opérations  d’abattage  illicite  à  grande échelle et confisquer les gains mal acquis.

Selon les estimations de la Banque mondiale, les coupes illégales représentent jusqu’à 90 % de l’ensemble des activités d’exploitation forestière dans certains pays et produisent entre 10 et 15  milliards de dollars de revenus illicites par an.

Ces capitaux, contrôlés principalement par la criminalité organisée, échappent à l’impôt et servent à verser des pots-de-vin aux fonctionnaires corrompus à tous  les échelons de l’administration. Le rapport  publié  aujourd’hui  contient  des  conseils  sur  l’action  à  mener  ainsi  que  des recommandations opérationnelles à l’intention des responsables de l’action  publique  et des responsables de la gestion des forêts et de l’application de la loi.

L’objectif est de les aider  à intégrer la question de l’exploitation illégale des forêts dans les stratégies de justice  pénale,  de  promouvoir  la  coopération  internationale  et  nationale  parmi  les décideurs publics, les organismes  chargés de l’exécution de la loi et d’autres parties prenantes importantes, et de mieux exploiter les renseignements financiers disponibles.

« Nous devons lutter contre la criminalité organisée dans le domaine de l’exploitation illégale des forêts de la même façon que nous combattons les malfaiteurs qui vendent de la drogue ou se livrent à des extorsions de fonds »,

déclare Jean Pesme, chef de l’unité de promotion de  l’intégrité des marchés financiers à la Banque mondiale, dont la mission consiste à aider les pays à mettre en place des cadres juridiques et opérationnels efficaces de lutte contre les flux financiers illégaux.

Des délits qui passent inaperçus, malgré des preuves accablantes

Malgré  l’existence  de  preuves  accablantes  montrant  que  l’abattage  illégal  est  une épidémie d’ampleur mondiale, la plupart des délits forestiers passent inaperçus, ne sont pas signalés ou sont  ignorés.

Les réseaux de criminalité organisée qui se trouvent derrière les opérations d’abattage illégal à grande échelle participent à la corruption des plus hauts échelons de l’État.

Par ailleurs, l’évaluation des bénéfices illicites engendrés par ces délits ne rend pas compte de  l’énorme coût environnemental, économique et social de ceux-ci : menaces sur la diversité biologique, accroissement des émissions de carbone, répercussions négatives sur les moyens de subsistance des populations rurales et enrichissement des criminels aux dépens des pauvres.

« Il est essentiel de prendre des mesures préventives contre l’exploitation illégale des forêts, mais nous  savons aussi que cela n’est pas suffisant », commente Magda Lovei, chef sectoriel à la Banque mondiale. « Une fois mises en œuvre, les recommandations de ce rapport peuvent avoir le puissant effet de dissuasion qui fait défaut à de nombreuses mesures prises contre les exploitants forestiers opérant de manière illégale ».

Les réseaux de criminalité organisée qui se trouvent derrière les opérations d’abattage illégal à grande échelle participent à la corruption des plus hauts échelons de l’État. Les enquêtes sur les délits forestiers sont compliquées aussi par la dimension internationale de ces opérations. Conscients de ces difficultés, les auteurs du rapport recommandent de concentrer les actions de répression sur les  « cerveaux » qui  se  cachent derrière ces réseaux ainsi que sur les fonctionnaires corrompus qui les protègent et leur permettent de mener leurs activités.

Lire aussi La forêt thaïlandaise, une espèce en voie de disparition ? – thailande-fr.com

Le texte intégral du rapport est disponible sur le site www.worldbank.org/amlcft.

A propos de Redaction

La rédaction de thailande-fr est intallée à Bangkok depuis 2007. Elle comprend un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires en provenance d'écoles de journalisme et de communication.