Catégories
Tourisme

Plusieurs pays déconseillent la Thaïlande

La menace des “chemises rouges” est-elle exagérée par les médias ? Pour le moment les fait d’armes des partisans de Thaksin sont pour le moins assez modestes : une brève occupation de rue en face du siège de la police dans Sukhumvit, et la fermeture du siège central de la Bangkok Bank sur Silom Road.

Quant à la grande manifestation qui doit réunir un million de personnes à Bangkok, sa date est sans arrêt repoussée, et elle pourrait maintenant avoir lieu le 1er mars, après le verdict de la Cour Suprême du 26 février. Mais vu de l’étranger toute cette agitation est prise très au sérieux : la semaine dernière la Thaïlande est tombé dans la catégorie de risque extrême pour la première fois dans le classement du risque terroriste du Maplecroft’s Index (TRI), aux cotés de pays comme l’Irak et le Pakistan.

Les États-Unis, Grande-Bretagne et l’Australie ont émis des avis d’alerte sur la Thaïlande, déconseillant à leurs citoyens de s’y rendre en raison des risques de troubles que le verdict du 26 février sur les 76 milliards de baht de M. Thaksin pourrait provoquer. Les avertissements ont suivi la tenue d’un rassemblement par le Front uni de la démocratie contre la dictature (UDD)  devant le siège de la Bangkok Bank sur Silom Road, qui a contraint la plus importante banque du pays à fermer à partir de midi.

La menace des "chemises rouges" a t-elle été éxagérée par les medias ?

Les tensions politiques sont de plus en plus apparentes dans la perspective de ce qu’on appelle maintenant  le “jour du jugement” (judgment day) le 26 février, quand la division criminelle de la Cour suprême rendra son verdict sur l’opportunité de saisir les 76 milliards de bahts d’actifs ayant appartenu au premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

M. Thaksin est accusé d’acquisition de «richesse inhabituelle» par abus de pouvoir quand il était Premier ministre. Il est probable que les manifestations politiques auront lieu le 26 février, ou après selon l’ambassade américaine.

Le parti d’opposition pro-Thaksin Puea Thai, a déclaré récemment. “Nous pouvons mobiliser 1 million de personnes dans les rues de BangkokS’il y a des élections, nous les remporterons” . En attendant les regards restent tournés vers la date butoir du 26 février : les chemises rouges ont annoncé la tenue d’une manifestation massive à Bangkok à la veille du ­verdict.

«Nous tenons à rappeler aux citoyens américains que des manifestations, même destinées à être pacifiques peuvent tourner à la confrontation et, éventuellement, provoquer une escalade dans la violence,”

a mis en garde le State Department . Les citoyens américains sont invités à éviter les manifestations et à faire preuve de prudence à proximité de tout rassemblement.

La situation politique en Thaïlande est susceptible de connaître quelques tensions en marge d’une décision de justice qui doit être rendue le vendredi 26 février. L’ambassade recommande aux ressortissants français résidents ou de passage à Bangkok de se tenir informés des risques de manifestations pendant la semaine du 22 au 28 février et d’éviter les rassemblements à caractère politique, en particulier dans le voisinage de la Cour suprême (Thanon Ratchadamnoen Nai) et des services du Premier ministre (Government House, Thanon Phitsanulok, quartier Dusit).

estime l’ambassade de France.

L’ambassade britannique avertit que la situation politique en Thaïlande est tendue et incertaine. Les citoyens britanniques devraient faire preuve de grande prudence dans toute la Thaïlande et éviter les manifestations ou les grands rassemblements qui pourraient devenir violents.

“La décision du tribunal est une poudrière potentielle. Si, comme c’est  tout à fait possible, les manifestations anti-gouvernementales tournent à la violence, les citoyens britanniques devraient éviter de sortir.”

L’ambassade d’Australie a informé ses citoyens d’exercer un «haut degré» de prudence en raison de l’instabilité politique actuelle et des manifestations prévues.

Le ministère russe des Affaires étrangères a aussi déconseillé aux ressortissants russes de se rendre en février à Bangkok en raison d’une aggravation éventuelle de la situation politique dans la capitale thaïlandaise, a déclaré vendredi le porte-parole de la diplomatie russe Andreï Nesterenko. “Le ministère des Affaires étrangères recommande aux citoyens russes qui envisagent de visiter la Thaïlande en février de ne pas se rendre à Bangkok. Nous conseillons aux personnes qui tiennent absolument à séjourner cette ville de faire preuve de prudence et d’éviter les lieux de rassemblements massifs”, a-t-il affirmé.

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.