Catégories
Environnement Société Tourisme

Faut-il interdire le tourisme en Thaïlande?

Zoos insalubres, éléphants enchaînés, tigres drogués pour servir d’usines à selfies dominent le paysage lugubre du tourisme animalier en Thaïlande.

Mardi 12 février, la chaîne de télévision française TMC (groupe TF1) diffusait son émission “Faut-il interdire le tourisme?”.

Un reportage signé par le journaliste Martin Weill, mettant en exergue les conséquences du tourisme de masse sur la planète.

Toute une partie était consacrée au tourisme animalier et aux conséquences de sa prolifération en Thaïlande, où le tourisme est devenu un véritable fléau pour le bien-être animal.

La Thaïlande est une destination touristique majeure, où les animaux sont souvent exploités dans le cadre d’attraction touristiques: balade à dos d’éléphant, selfie avec des animaux dangereux, nage avec les dauphins, spectacle de feu, combats d’animaux et autres mises en scène douteuses.

Autant d’activités spectaculaires et en apparence innocentes, qui sont en fait synonymes de dressage et de souffrances extrêmes pour les animaux.

Le même jour, le photographe animalier Aaron Gekoski recevait une distinction honorifique aux Lumix People Choice Awards pour sa photo “Losing The Fight”.

Le cliché montrait un orang-outan d’un parc animalier de Bangkok, en tenue de boxe thaïlandaise et prêt au combat. 

Un orang-outan déguisé en boxeur, capturé par le photographe animalier Aaron Gekoski

Niché au Nord Ouest de Bangkok, le zoo Safari World propose quotidiennement aux touristes d’assister à ses spectacles animaliers.

Au programme, show aquatiques d’otaries ou de dauphins, selfies avec des tigres en captivité ou encore combats de boxe thaïlandaise non pas entre humains mais bien entre orang-outans. 

Sur le site du Safari World, les organisateurs se targuent de proposer le premier et seul combat d’orang outans au monde. « Vos cousins les plus proches vous chatouilleront avec leur sens de l’humour aigu » peut-on aussi lire sur la page.

Déjà ciblé auparavant par les ONG de protection du droit des animaux, le zoo avait dû en 2005 suspendre cette activité.

Des tests ADN avaient prouvé que les animaux avaient été obtenus illégalement de Malaisie et d’Indonésie, et non pas élevés dans ces pays comme le zoo le prétendait. 

Mais depuis les représentations ont repris et attirent des touristes curieux et amusés par une attraction que ne l’est pas vraiment. 

4 000 éléphants domestiqués recensés en Thaïlande

En 2019, ce sont environ 220 parcs et 4 000 éléphants domestiqués qui ont été recensés en Thaïlande. Selon l’ONG Wild Animal Protection, seulement douze d’entre eux assuraient des conditions de vie satisfaisantes aux animaux

Enchaînés, affamés, frappés : en Thaïlande, des éléphants continuent d’être maltraités pour divertir les touristes.

Attraction phare de la Thaïlande, les touristes étrangers se ruent chaque année au pays du sourire pour monter sur le dos d’un éléphant, le nourrir ou assister à l’une de ses acrobaties.

Dans son reportage, Martin Weill précise que près de 40% des touristes visitant le pays souhaiteraient effectuer une balade à dos d’éléphant. 

Une pratique que le reporter qualifie de « plaisir coupable », puisque dans la grande partie des cas les touristes sont au fait des traitements  violents infligés aux animaux.

Selon une enquête canadienne publiée en 2007, 64% des éléphants utilisés pour des balades souffriraient de problèmes de dos et de genoux.

Il ne faut pas se fier à leur carrure impressionnante, puisqu’en réalité un éléphant de taille moyenne ne peut pas supporter plus de 150 kg. En additionnant le mahout (le dresseur d’éléphant), la nacelle de 100 kg et un ou deux touristes, la charge est rapidement doublée.

Les pachydermes contractent alors rapidement des douleurs au niveau du dos et des genoux. 

Le phajaan, un rituel de domestication par l’anéantissement

Le phajaan, un rituel de domestication par la torture et l’anéantissement

Pour domestiquer les éléphants, les mahouts apprennent le rituel du Phajaan. Une chorégraphie violente et impressionnante où les dompteurs piquent les animaux avec leurs crochets pour soumettre l’animal.

Les jeunes éléphants sont alors retenus dans des cages en bois, privés de nourriture, d’eau et de sommeil. 

Des vidéos d’ONG de défense animalière ont filmé ce rituel où parfois les bêtes vont jusqu’à être électrocutées ou étouffées. Durant le Phajaan, environ la moitié des éléphanteaux meurent. 

Le métier de mahout se transmet de génération en génération depuis des années. Pourtant depuis quelques années les choses semblent bouger. 

Déjà au Laos, au Cambodge et au Sri Lanka la profession a été interdite et les gouvernements ont récupéré les animaux maltraités. 

En Thaïlande, la situation est plus ambiguë notamment au niveau de la loi. La législation a inscrit les éléphants comme des moyens de transports au même titre que les voitures. Seul une modification de la loi pourrait apporter gain de cause aux défenseurs des animaux. 

Des agences européennes tel que Tripadvisor ou Nouvelles Frontières ont de leur côté supprimé les balades à dos d’éléphant de leur catalogue d’activités.

31 réponses sur « Faut-il interdire le tourisme en Thaïlande? »

Supprimes toutes attractions avec les animaux c est une honte ces bêtes sont torturée on ne va pas là pour aller à dos d éléphant au cirques avec les animaux on va pour visiter vois la beauté du pays acheter des souvenir faire vivre les commerçants pas faire travailler les animaux enfin torturer ceux ci 🦋👎🏿👎🏿👎🏿👎🏿👎🏿👎🏿👎🏿👎🏿

Ça fait des années que je vais en Thaïlande !! Il y a tellement de choses a faire là bas que je ne comprends pas ces imbéciles, ces sauvages qui veulent faire des photos avec des animaux maltraités…Bande de cons!!

Bonjour à tous je suis en Thaïlande en vacances mais surtout pas pour voir ça si jamais je voyais ça je deviendrai méchant. Il faut arrêter les personnes qui maltraitent les animaux

Laisser un commentaire