Catégories
Société

Sécurité routière : la Thaïlande 3e pays le plus dangereux au monde

En fait la Thaïlande mérite plutôt la première place dans ce classement où les gagnant sont les perdants : seuls l’ Érythrée et la Libye font moins bien que le royaume, mais il s’agit de pays qui ne sont pas du tout dans la même catégorie que la Thaïlande en terme de développement.

En fait la Thaïlande mérite plutôt la première place dans ce classement où les gagnant sont les perdants : seuls l’ Érythrée et la Libye font moins bien que le royaume, mais il s’agit de pays qui ne sont pas du tout dans la même catégorie que la Thaïlande en terme de développement.

D’ailleurs qui aurait l’idée de partir en vacances et de faire de la route en Érythrée ou en Libye ? C’est pourtant ce qu’acceptent de faire  les millions de touristes qui visitent la Thaïlande à chaque fois qu’ils prennent le bus ou montent dans un taxi.

La réalité commence d’ailleurs à se savoir, souvent à travers des récits et des photos publiés sur les média sociaux: plusieurs agences de voyages ont déjà menacé de retirer la Thaïlande de leur catalogue, si un véritable effort n’était pas entrepris pour améliorer la sécurité routière.

La Thaïlande championne mondiale de l’insécurité routière

A peu de chose près, la Thaïlande occupe la place peu enviable de championne du monde de l’insécurité routière, au troisième rang dans la liste des pays ayant les taux les plus élevés de décès dus à la circulation dans le monde avec 38 décès sur la route par 100 000 habitants  selon les dernières statistiques de l’OMS.

OMS accidents de la route
Avec 38 tués pour 100.000 habitants, la Thaïlande se situe très au dessus de la moyenne des pays d’Asie du Sud Est (18,5)

Les taux les plus élevés de tués sur la route se trouvent  cependant en Érythrée (48,4) et en Libye (40,5), des pays inexistants en terme de tourisme. En d’autres termes, le niveau de développement en matière de sécurité routière de la Thaïlande est proche de celui de l’Afrique subsaharienne, c’est à dire de la région la plus arriérée du monde.

Selon une enquête réalisée à partir des données recueillies par la police, 8% des automobilistes thaïlandais conduisent sans permis, et 36% utilisent leur téléphone portable en conduisant

Plus de 90% des décès sur les routes surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et, parmi ces pays, c’est dans la Région africaine et dans la Région de la Méditerranée orientale que les taux de mortalité sont les plus élevés. La Thaïlande représente une exception notable dans ce classement.

La Thaïlande affiche un taux de 38,1 décès sur la route par 100 000 habitants par an, et 118,8 décès sur la route pour 100 000 véhicules à moteur. Sont particulièrement concernés : les motocyclistes qui roulent sans casque.

Un facteur majeur d’accidents : la distraction au volant

Une enquête effectuée par Nielsen démontre que la distraction est une cause majeure des accidents survenus :  30% des automobilistes impliqués dans des accidents en Thaïlande ont été distraits en faisant autre chose.

De nombreuses distractions peuvent altérer la conduite mais l’essor récent, au niveau mondial, de l’utilisation du téléphone portable au volant pose de plus en plus de problèmes de sécurité. Le téléphone portable altère la conduite de plusieurs façons: il allonge le temps de réaction (notamment pour le freinage mais aussi pour la lecture de la signalisation routière) et amène le conducteur à ne pas rester dans sa voie de circulation ou encore à ne pas respecter la distance de sécurité.

L’envoi et la réception de SMS distraient aussi considérablement le conducteur, sachant que les jeunes sont particulièrement exposés à ce risque. Les conducteurs qui font usage de leur téléphone portable au volant courent quatre fois plus de risques que les autres d’être impliqués dans un accident. Les kits mains-libres n’offrent pas beaucoup plus de sécurité.

En savoir plus sur https://www.thailande-fr.com/actu/27031-pres-de-8-des-thailandais-conduisent-sans-permis#v3x4PTVa1JEbHT1p.99

Casque pour motocyclistes

thaitransport
Le casque pour motocyclistes, s’il est porté correctement, peut réduire de près de 40% le risque de décès et de plus de 70% le risque de traumatisme grave.

Lorsqu’une législation appropriée est appliquée, le taux de port du casque peut dépasser 90%. Pour réduire effectivement la gravité des traumatismes crâniens en cas de choc, les casques doivent être conformes à une norme de sécurité reconnue.

Ceinture de sécurité et dispositifs de sécurité pour enfant

Le port de la ceinture de sécurité réduit le risque de décès de 40% à 50% pour les passagers assis à l’avant et de 25% à 75% pour les passagers assis à l’arrière. On a constaté que, sous l’influence d’une législation le rendant obligatoire, le port de la ceinture de sécurité augmentait sensiblement. S’ils sont correctement installés et utilisés, les dispositifs de sécurité pour enfants réduisent de 70% environ les décès des nourrissons et de 54% à 80% les décès des jeunes enfants.

La moitié des tués sur les routes sont des «usagers vulnérables» (piétons, cyclistes et motocyclistes).

Seuls 28 pays, comptant 416 millions d’habitants au total (soit 7% de la population mondiale), disposent d’une législation adéquate concernant les cinq facteurs de risque d’accident de la route (la vitesse, la conduite en état d’ébriété, le non-port du casque ou de la ceinture de sécurité et la non-utilisation de dispositifs de sécurité pour enfants). Chaque année, près de 1,14 million de personnes décèdent dans un accident de la route et 20 à 50 millions d’autres sont blessées, parfois même handicapées.

Les accidents de la route entraînent des pertes économiques considérables pour ceux qui en sont victimes, leur famille et les pays dans leur ensemble. En effet, ils nécessitent des traitements coûteux (y compris pour la réadaptation) et des enquêtes, et entraînent une perte de productivité (et de revenu) pour la victime et les membres sa famille qui doivent interrompre leur travail (ou s’absenter de l’école) pour la prendre en charge.

Qui est exposé?

Plus des trois quarts (77%) des tués sur les routes sont des hommes. Chez les jeunes conducteurs, les jeunes hommes de moins de 25 ans encourent près de 3 fois plus de risques d’être tués dans un accident de voiture que les jeunes femmes.  Il existe un lien direct entre l’augmentation de la vitesse moyenne et la probabilité et la gravité d’un accident. En outre: les chances de survie d’un piéton heurté par une voiture sont plus grandes si celle-ci roule à 30 km/h ou à une vitesse inférieure; l’aménagement de zones où la vitesse est limitée à 30 km/h réduit le risque d’accident et est recommandé là où il y a beaucoup d’usagers vulnérables (p. ex. zones résidentielles, abords d’écoles);

Les lois qui interdisent la conduite à partir d’un taux d’alcoolémie de 0,05 g/dl, voire inférieur, permettent de faire baisser le nombre d’accidents liés à la prise d’alcool. Les contrôles aléatoires d’alcoolémie sur la route, qui peuvent faire baisser d’environ 20% le nombre d’accidents liés à l’alcool, se sont avérés très rentables.

Pour plus d’info voir le rapport complet de l’OMS ou la Fiche pays Thaïlande

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

18 réponses sur « Sécurité routière : la Thaïlande 3e pays le plus dangereux au monde »

Est-ce la proximité de la province de Chonburi (Pattaya) qui rend l’endroit mal famé?
Personnellement je conduis souvent dans la province de Chiang Mai, je n’ai jamais entendu parlé de ce genre d’attaque…
Pour le reste du sujet, c’est vrai que les accidents sont fréquents, surtout les motocyclettes.

Laisser un commentaire