Catégories
Santé

Comment la Thaïlande tente d’endiguer l’épidémie de coronavirus

En tant que première destination des touristes chinois à l’étranger (11 millions en 2019), la Thaïlande se retrouve en première ligne pour lutter contre la propagation de l’épidémie en dehors de la Chine.

Destination prisée des touristes chinois, la Thaïlande présente un risque important de propagation du nouveau coronavirus.

A ce jour, 80% des touristes chinois ont déjà été rapatriés depuis la Thaïlande, et la Chine interdit les voyages organisés à l’étranger depuis le 27 janvier.

Une situation lourde de conséquences car elle risque d’amputer le secteur du tourisme d’un quart de ses recettes annuelles.

Les touristes chinois dépenseraient annuellement près de 19 milliards de dollars lors de leur séjour en Thaïlande. 

Selon les dernières estimations il resterait environ 1000 touristes chinois en provenance de Wuhan en Thaïlande, sur les 20 000 qui sont arrivés depuis le début de l’épidémie.

Le Coronavirus en Thaïlande

25 cas détectés dont 8 guéris et 17 hospitalisés 

3 chauffeurs de taxis contaminés par des touristes chinois 

373 patients sous observation

0 décès 

Afin de répondre aux questions de la presse, le Foreign Correspondents Club de Bangkok a tenu une conférence le 4 février dernier réunissant des membres du corps médical thaïlandais et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Rappel sur le Coronavirus

Le nouveau coronavirus est apparu dans la région de Wuhan en Chine sur un marché d’animaux sauvages.

Vingt-quatre pays sont actuellement touchés par cette épidémie qui se transmet via un contact entre individus.

Sa propagation a été extrêmement rapide depuis son apparition , notamment en raison de la forte affluence de touristes chinois dans le monde et des festivités du nouvel an chinois célébré au mois de janvier.

La période d’incubation a été estimée à 14 jours et le nombre de patients infectés en Chine double chaque semaine. La Thaïlande pourrait connaître une situation similaire si la situation venait à s’aggraver dans un cas extrême.

En ce qui concerne le bilan humain, même si le taux de mortalité du coronavirus est plus faible qui celui du SARS (il est tombé sous les 2 %, contre 9,6 % en moyenne pour le SRAS), l’épidémie a déjà fait plus de 500 morts, et se rapproche du bilan de 2003.

Les trois phases de l’épidémie

Le gouvernement thaïlandais a défini trois phases afin de traiter au mieux le virus 

Phase 1 : Contenir la maladie en surveillant les voyageurs internationaux. 450 patients sont actuellement surveillés en Thaïlande.

Phase 2 : Endiguer la transmission locale. Un suivi est effectué afin d’identifier les potentiels cas de contaminations (personnes ayant été en contact avec des touristes chinois, chauffeurs de bus, de taxi …). 

Phase 3 : Soigner les patients une fois l’épidémie déclarée, réagir le plus rapidement possible après la déclaration de symptômes (fièvre, froid, éternuements). Cette dernière phase est la plus redoutée car difficilement contrôlable. 

“Les cas de transmission locale en Thaïlande pourraient maintenant se poursuivre pendant un à deux mois. Nous pourrions maintenant voir des infections quotidiennes à un rythme croissant. (…)

Le pire reste sans doute à venir, mais compte tenu des mesures préventives que nous avons mises en place, nous avons de bonne chances d’éviter de rentrer dans la phase 3 qui est la situation de la Chine en ce moment”

Dr Thanarak Plipat, Directeur adjoint du bureau d’épidémiologie du département de contrôle des maladies du ministère de la santé publique.

La Thaïlande bien préparée pour l’épidémie de coronavirus

Selon l’indice mondial de sécurité sanitaire du John Hopkins Center for Health Security, la Thaïlande est l’un des pays les mieux équipés pour faire face à une pandémie mondiale.

La Thaïlande se classe au sixième rang mondial sur l’indice derrière des pays comme les États-Unis et le Canada et au-dessus de la Suède et du Danemark.

La Thaïlande est aussi le premier pays d’Asie à figurer dans le classement du GSH (6e), et le seul pays en développement à figurer dans le Top 10 mondial.

RangPaysScoreRégionPopulationRevenu
1États Unis83,5Amérique du Nord100m +Revenu élevé
2Royaume-Uni77,9Europe50-100mRevenu élevé
3Pays-Bas75,6Europe10-50mRevenu élevé
4Australie75,5Océanie10-50mRevenu élevé
5Canada75,3Amérique du Nord10-50mRevenu élevé
6Thaïlande73,2Asie du sud-est50-100mRevenu moyen supérieur
7Suède72,1Europe1-10mRevenu élevé
8Danemark70,4Europe1-10mRevenu élevé
9Corée du Sud70,2Asie de l’Est50-100mRevenu élevé

Selon le Dr Thanarak Plipat bien qu’aucun traitement ni vaccin n’ait encore été trouvé, le corps médical fait preuve d’une grande efficacité en Thaïlande. Seuls 25 cas ont été détectés alors que la Thaïlande constitue la première destination touristique chinoise.

Une patiente hospitalisée en Thaïlande a pu être guérie du coronavirus grâce à un traitement antiviral adéquat efficace en 48 heures

Une coopération internationale impérative

Face à l’internationalisation de l’épidémie, il est devenu plus que nécessaire de collaborer entre chaque pays. Une conduite cependant pas toujours adoptée par certaines nations en témoigne une récente déclaration du chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus : 

“Sur les 176 cas signalés en dehors de la Chine jusqu’à présent, l’OMS n’a reçu des formulaires de déclaration de cas complets que pour 38 % d’entre eux”.

Lors de la conférence le manque de données en provenance de la Chine a également été souligné bien que le pays ait affirmé avoir pris des mesures drastiques pour endiguer le virus ( habitants du Zhejiang retenus à leur domicile, confinement de plus de 50 millions de personnes dans la province de Hubei, constructions d’hôpitaux).

Ces décisions pourraient bien ouvrir une “fenêtre d’opportunité” pour combattre plus efficacement le virus a annoncé l’OMS. Mais la coopération chinoise est indispensable. 

Certaines actions internationales ont quant à elles été remises en questions : par exemple la prise d’empreintes digitales dans divers services d’immigration représente un risque de transmission.

Si la pratique est internationalisée elle  n’enlève rien au danger qu’elle représente puisque les aéroports sont un des principaux foyers de transmission du nouveau virus. 

  • Le dernier bilan de l’épidémie s’élève à plus de 630 morts, en espérant que les chiffres communiqués par la Chine soient les bons…

  • Arrêtez- moi si je me tromper : à ce jour, la Thaïlande laisse sa frontière ouverte aux touristes individuels chinois, contrairement au Vietnam par exemple.

    • En effet, seuls les voyages en groupe sont maintenant interdits…. mais pas par la Thaïlande, par la Chine.

  • Cela fait très peur ,pourqoi laisse t’on encore renter les chinois acroire que l’rgent est plus impotznt que les vies humaines.
    Je dois partir en Thaïlande ce 20 fevrier et cela me fait très peur.