Catégories
élection Politique

Thaïlande : Samak doit rendre son tablier

Lors d’une audience ouverte au public, la Cour constitutionnelle a annoncé que tous les neuf juges sont tombés d’accord sur le fait que M. Samak a violé l’article 182 de la Constitution qui interdit au Premier ministre ou à tout membre du gouvernement de toucher une rémunération d’une société privée

C’est une décision aux petits oignons que vient de rendre la Cour constitutionnelle du royaume de Thaïlande en renvoyant le premier ministre à ses fourneaux, pour avoir enfreint la Constitution en touchant des honoraires d’une maison de production privée qui réalisait pour la télévision deux émissions culinaires (“Dégustation et Ronchonnement” et “Tous à table à 6 heures”).

Lors d’une audience ouverte au public, la Cour constitutionnelle a annoncé que tous les neuf juges sont tombés d’accord sur le fait que M. Samak a violé l’article 182 de la Constitution qui interdit au Premier ministre ou à tout membre du gouvernement de toucher une rémunération d’une société privée. M. Samak est le premier Premier ministre dont le pouvoir est révoqué par une décision de justice dans l’histoire de la Thaïlande.

Samak Sundaravej

Fragilisé depuis la démission de son ministre des affaires étrangères, l’actuel gouvernement était déjà très affaibli, et s’est révélé surtout incapable de gérer la crise provoquée par les manifestations de rue de l’opposition.

Après avoir déclaré l’état d’urgence , provoquant ainsi une chute spectaculaires des entrées touristiques, M.Samak a été obligé de reconnaître son échec au bout de 48 heures devant le refus de l’armée d’évacuer les manifestants par la force. La décision de la Cour constitutionnelle de Thaïlande tombe donc à point nommé pour sortir Samak et son parti (le PPP) d’une impasse politique.

Le vice-Premier ministre, Somchai Wongsawat, va prendre le poste du Premier ministre par intérim dans le cabinet de transition en attendant la nomination du successeur de M Samak. Sur le fond, cette décision ne change pas grand chose à la situation, car le PPP reste majoritaire à la chambre qui devra nommer un autre premier ministre issu de la même formation. M. Samak pourrait d’ailleurs très bien se succéder à lui même, car curieusement la décision de la Cour qui l’oblige à démissionner ne le prive pas de son éligibilité.

Le roi de Thaïlande avait approuvé le 30 janvier dernier la nomination de Samak Sundaravej, 72 ans, chef du Parti du pouvoir du peuple (PPP), comme 25e Premier ministre de Thaïlande, officialisant ainsi la victoire des partisans de M.Thaksin aux premières élections depuis le putsch de septembre 2006.

Avatar

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

3 réponses sur « Thaïlande : Samak doit rendre son tablier »

Bonjour Thibaut,

je suis dans la province de Loei dans un petit village plein de charme qui s’appelle Ban Phoem.
Je suis ici pour le travail. Stage de 4 mois dans une coopérative agricole bio et equitable et parallelement dans l’entreprise Esan qui exporte et conditionne les produits de la cooperative (riz noir gluant, miel de longanier, riz rouge, thai hommali…).

Je vais tout de meme m’accorder quelques jours pour voir un peu de pays.

Je vous confirme Thibaut, la region Nord Est est passionnante et je pense beaucoup plus authentique que le reste de la thailande. Issan appartenait avant au Laos donc la culture lao est encore tres presente. La gastronomie egalement. Pour plus d’infos sur cette region : un blog interessant (http://voyageurasie.canalblog.com/)

pierrick

c’est clair toujours intéressant ce blog,

Je pars vivre en Thailande en Octobre, sans indiscrétion, tu fais quoi en Thailande depuis 3 mois Pierrick, vacances? Travail?

et les auteurs du blog sont dans quel coins?

Le nord est , semble intéressant à découvrir, je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller, je connais plus bangok , chiang mai ou le sud

au plaisir de vous lire
Thibaut

Quelle reactivité !
J’en ai entendu parlé cet apres midi et hop un article sur thailande-fr.com.

Le pretexte de sa destitution est pour ainsi dire completement bidon. Ok il a peut etre enfreind la constitution mais bon…
Le probleme reste entier. Et la crise n’est toujours pas debloqué. Cela va t-il changer qqch? pas sur !

Laisser un commentaire