Alors que la deuxième vague de Covid-19 était partie des foyers de travailleurs migrants clandestins, la troisième vague qui dure maintenant depuis une dizaine de jours présente une configuration très différente.

C’est dans le quartier de boîtes de nuits VVIP de Thonglor, très loin des faubourgs sordides de Bangkok où s’entassent les travailleurs migrants, que réside l’épicentre de la troisième vague de Covid-19 qui touche maintenant 62 des 77 provinces de Thaïlande.

Les images diffusées sur les médias sociaux démontrent que les convives qui se retrouvent dans les soirées du Krystal ont visiblement d’autres priorités que le port du masque et le respect des distanciations sociales.

Un peu embarrassant pour le gouvernement, car c’est au Krystal que plusieurs membres de cabinets ministériels, dont celui du ministre des transports, ont leurs habitudes.

L’ancien député et magnat des salons de massage Chuvit Kamolvisit a surnommé le Krystal Club «Club Thai Ku Fah» (Club Government House) car l’établissement est réputé pour accueillir régulièrement plusieurs politiciens de haut niveau proches du gouvernement.

«Il n’y a pas de distanciation sociale dans ces endroits. La corruption a supprimé tous les contrôles et l’application de la loi », a commenté Chuvit.

Mais la plaisanterie n’a pas vraiment été du gout du Premier ministre qui a menacé de poursuites ceux qui reprendraient cette expression à leur compte

Entretemps la page Facebook du Krystal a opportunément été effacée, sans doute pour couper court aux rumeurs désobligeantes qui faisaient état de la présence du ministre des transports lui même dans cet établissement.

Le Krystal, un des établissements de Thonglor où l’addition se situe couramment au delà des 20 000 baths.

Le ministre des Transports Saksayam Chidchob, et secrétaire général du parti Bhumjaithai (BJT), est en effet actuellement soigné dans un hôpital de Buri Ram après avoir été testé positif à la Covid-19 quelques jours plus tôt.

Un ministre super propagateur de la Covid

Il est le premier membre du gouvernement à être touché par le virus et est considéré comme un super-propagateur. Trois personnes en contact étroit avec lui ont déjà contracté le virus.

L’un des trois est Kittichai Ruangsawat, député de Chachoengsao du BJT, qui a admis avoir accompagné M. Saksayam dans un club de Thong Lor à la mi-mars. Il est ensuite revenu sur ses propos affirmant que les médias avaient mal compris.

Inutile de dire que le fait d’attraper le virus dans l’un des clubs qui a conduit à cette troisième vague est un crime grave étant donné que ces personnes ont violé le décret d’urgence et d’autres réglementations visant à réduire les infections. S’il s’avère que le ministre a effectivement contracté ce virus dans ce club – ce qu’il a nié – ce serait inacceptable, car le ministre et ses collègues sont censés être des modèles pour la société.

Chairith Yonpiam rédacteur en chef adjoint du Bangkok Post.

M. Saksayam est un membre clé du parti BJT, le parti qui supervise les questions de santé publique au gouvernement.

Le président du BJT n’est autre qu’Anutin Charnvirakul, qui est ministre de la Santé publique et également vice-Premier ministre et qui conseille souvent aux Thaïlandais de ne pas baisser la garde face à la propagation de la Covid-19.

Auparavant, M. Anutin avait même critiqué un médecin qui avait contracté le virus lors d’une fête, affirmant que les responsables de la santé publique devaient donner le bon exemple à tout le monde.

Avec le Krystal Club (Thonglor25), plusieurs autres bars situés dans ce quartier favoris des riches Thaïlandais (Bar Bar Bar, Ekamai Beer House, Emerald Thonglor13, Dirty Bar, Bottoms up Thonglor, AINU Hokkaido lzakaya & Bar, le Cassette Music Bar Ekamai et 63 Music House Ekamai) ont accueilli des clients qui ont ensuite été testés positifs au coronavirus.

Les personnes qui ont visité l’un de ces bars au cours des dernières semaines ont été invitées à passer des tests COVID-19, provoquant une saturation des hôpitaux de Bangkok.

Olivier Languepin

Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Join the Conversation

1 Comment

  1. Il est amusant de constater que les politiques se paient la tête du citoyen, que ce soit en France lors de dîners clandestins ou en Thaïlande dans des boîtes de nuit.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.