Catégories
élection Politique

Thaïlande: questions sur un scrutin

C’est finalement le candidat de l’opposition du Parti Démocrate Abhisit Vejjajiva, qui l’a emporté au finish lors du vote d’intronisation au poste de premier ministre en Thaïlande. M. Abhisit, a obtenu le soutien de 235 députés lors d’un vote à la chambre basse, soit 15 de plus que le seuil nécessaire pour être désigné chef du gouvernement.

Le scrutin qui s’annonçait très serré a fait l’objet de tractations entre les partis jusqu’ au dernier moment. En effet l’élection de M. Abhisit Vejjajiva repose sur la défection d’une partie des députés qui formaient auparavant le groupe majoritaire du PPP au parlement avant sa dissolution par la Cour constitutionnelle. Cette faction dissidente du PPP est dirigé par le politicien Newin Chidchob (originaire de Buri Ram) et quatre anciens partis de la coalition gouvernementale.

M.Abhisit Vejjajiva, premier ministre de Thailande
M.Abhisit Vejjajiva, premier ministre de Thaïlande

La veille du scrutin, le parti démocrate avait conduit ses députés “dans des lieux sûrs”, pour s’assurer qu’ils ne soient pas attirés par des propositions en provenance du camp adverse, le camp dirigé par le Puea thaï, le parti formé pour succéder au PPP dissout. Selon le Bangkok Post, ils ont été tous hébergés dans un même hôtel de la capitale avec interdiction d’utiliser leur téléphone portable et de communiquer avec l’extérieur. De quelles propositions s’agissait-il ? Il semble que le camp Thaksin ait cherché, dans une manœuvre de dernière minute, à dépenser d’importantes sommes d’argent  pour empêcher l’élection d’ Abhisit Vejjajiva.

Cet épisode éclaire de façon assez crue la vie politique en Thaïlande, puisque les “défecteurs” du clan Thaksin semblent avoir dès le départ été convaincus de changer de camp par des arguments étrangers aux différences de programmes entre les deux partis

Le journal de langue thaïlandaise Matichon a indiqué que d’importantes sommes d’argent ont été offertes aux candidats à la défection de l’ex PPP pro Thaksin pour soutenir le Parti Démocrate. Le prix pour les parlementaires aurait été de “40 millions de bahts (900.000 euros) par personne” pour se joindre à la coalition démocrate, a révélé le quotidien “Matichon”.


Mais l’ancien parti au pouvoir, maintenant sous le nom de Puea Thai (Pour les Thais), avait visiblement décidé de faire monter les enchères. Selon “The Nation”, un des deux principaux quotidiens en anglais de Thailande, jusqu’à 50 millions de bahts (1,1 millions d’euros) ont été offerts à la défection”pour changer d’avis” ou pour se faire porter pale le jour du vote. Bien sur il ne s’agit que de rumeurs, mais pour le moment personne n’a pris la peine de les démentir de façon explicite.

M.Abhisit Vejjajiva est agé de 44 ans, et né à Newcastle, en Angleterre. Il est diplomé de l’unviersité d’Oxford et succède à Somchai Wongsawat, issu du Parti du pouvoir du peuple (PPP), contraint à la démission après une condamnation pour fraude électorale lors des législatives de décembre 2007 qui l’ont conduit à la tête du gouvernement.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

  • Très bon article. Et dire que Newin a été ministre dans les gouvernements Thaksin et taxé de corrompu par les démocrates.!…Retourner sa veste pour 40.000.000 de bath, suffit pour le blanchir ! Premier travail de ce gouvernement : changer la constitution avec 70% des parlementaires cooptés ..par qui ? devinez ! et seulement 30% issus d’élection directe , une vraie farce électorale ou toute opposition sera supprimée..

  • Je pense que vous confondez le programme du PAD avec celui du Parti Démocrate, qui sont deux choses différentes. La réforme de la Constitution dans le sens que vous évoquez n’est pas au programme du nouveau gouvernement.