Catégories
Économie

L’économie thaïlandaise tourne au ralenti

La reprise de la consommation des ménages et du tourisme n’a pas suffi a compenser le recul des exportations

Malgré un rebond des arrivées de touristes étrangers et de la consommation des ménages, l’économie thaïlandaise a continué de ralentir au mois d’octobre, selon la dernière étude de la Banque de Thaïlande.

 Selon le dernier bilan de la Banque de Thaïlande, la valeur des exportations de marchandises a continué de se contracter au mois d’octobre, principalement en raison du ralentissement économique des partenaires commerciaux du royaume.

Les dépenses publiques se sont contractées, après l’augmentation du mois dernier, des dépenses en capital. Toutefois, les indicateurs de consommation privée ont progressé à un rythme plus rapide par rapport au mois précédent, après avoir bénéficié temporairement des mesures de relance économique prises par le gouvernement.

Le secteur du tourisme a également continué à bien se développer.

Sur le front de la stabilité, l’inflation a légèrement reculé sous l’effet de la chute des prix de l’énergie, tandis que l’inflation de base est restée stable. 

Le taux de chômage corrigé des variations saisonnières a légèrement diminué, parallèlement à la hausse du nombre de personnes occupées dans le secteur agricole. Le compte courant a enregistré un excédent moins important de la balance commerciale. Les comptes capital et financier ont affiché un déficit de la position de l’actif.

Un plan de relance

Le ministre thaïlandais des Finances, Uttama Savanayana, a approuvé la semaine dernière un nouveau plan de relance visant à soutenir la croissance économique.

Le gouvernement espère que ces mesures aideront à maintenir la croissance économique annuelle à 2,8%, contre 2,6% récemment annoncé par le Conseil économique et social. Conseil du développement social (NESDC).

Le Bureau du Conseil national du développement économique et social (NESDC) a récemment annoncé que la croissance du PIB de la Thaïlande pour le troisième trimestre de 2019 s’établissait à 2,4%, ajustant la croissance du PIB à 2,6% pour l’ensemble de cette année.

La croissance du PIB en Thaïlande
Infogram

Les détails des conditions économiques sont les suivants:

La valeur des exportations de marchandises a diminué de 5,0% par rapport à la même période de l’année dernière.

La contraction des exportations se confirme

La contraction des exportations dans plusieurs catégories est principalement imputable aux facteurs suivants :


1) le ralentissement économique des partenaires commerciaux de la Thaïlande,

2) la poursuite du ralentissement du cycle électronique sans signe clair de reprise; et

3) la contraction des prix mondiaux du pétrole brut, conjuguée à l’arrêt temporaire pour opérations de maintenance des raffineries de pétrole, entraînant une contraction des exportations de produits dérivés du pétrole, tant en valeur qu’en quantité.

Une reprise partielle dans certains secteurs

Néanmoins, la valeur des exportations dans certaines catégories, y compris les produits agro-industriels, les appareils électriques et les véhicules et pièces détachées, a continué de croître, en partie pour remplacer les produits chinois sur le marché américain

En outre, les exportations de disques durs ont augmenté pour la première fois en 12 mois, grâce au transfert de la base de production en Thaïlande. 

Conséquence de la contraction des exportations de marchandises, la production manufacturière a continué de baisser.

Dégradation de l’investissement privé

Les indicateurs de l’investissement privé ont continué de se dégrader par rapport à la même période l’an dernier, parallèlement à la faiblesse de la demande intérieure et extérieure.

Les investissements en machines et matériel ont continué de se contracter du fait de la baisse des importations de biens d’équipement, des ventes de machines sur le marché intérieur et du nombre de véhicules à moteur nouvellement immatriculés. 

Chute des importations de 9,2%

La valeur des importations de marchandises a diminué de 9,2% par rapport à la même période l’an dernier dans presque toutes les catégories, ce qui correspond au ralentissement des activités économiques. 

Cette contraction est imputable à la baisse des importations de matières premières et de biens intermédiaires, notamment dans

1) le pétrole brut, en raison de la fermeture pour maintenance des raffineries de pétrole; et

2) les composants électroniques, en partie en raison de l’effet de base élevé de l’année précédente ainsi que de la contraction des exportations de produits électroniques. En outre, après l’augmentation enregistrée le mois dernier, les importations de biens de consommation ont chuté en raison de l’importance des produits de la mer, principalement en raison de l’effet de base élevé de l’année précédente. 

Toutefois, les importations de certains biens d’équipement se sont accélérées du fait des importations d’aéronefs, de navires, de structures flottantes et de locomotives, bien que ce soit principalement sous forme de crédit-bail opérationnel. En excluant cette catégorie, les importations de biens d’équipement ont continué à se contracter.

Progression de la consommation privée

Les indicateurs de la consommation privée ont progressé à un rythme plus rapide par rapport au mois précédent, mais ont continué à décélérer. 

Au cours de ce mois, l’amélioration des indicateurs de la consommation privée a bénéficié temporairement des mesures de relance économique prises par le gouvernement, qui ont stimulé les dépenses en biens et services non durables.

 D’autre part, les dépenses en biens semi-durables et durables ont diminué, en particulier en véhicules, parallèlement à l’affaiblissement des facteurs de soutien à la consommation, à savoir la contraction continue des revenus non agricoles, le ralentissement de la croissance des revenus agricoles et la baisse de confiance des consommateurs, ainsi que des institutions financières avec le resserrement des normes de crédit pour les prêts auto-leasing suite à la dégradation de la qualité du crédit.

Reprise des arrivées de touristes étrangers

Le nombre d’arrivées de touristes étrangers a continué de progresser, à 12,5% par rapport à la même période de l’année dernière. Cela a été motivé par

1) le faible effet durable de l’accident de bateau à Phuket; et

2) l’exemption des frais de visa à l’arrivée, encourageant davantage de visiteurs en provenance de Chine, d’Inde et de Taiwan. En outre, le nombre de touristes d’autres pays asiatiques a continué de croître, notamment ceux de la Corée du Sud, du Japon et du Laos. Le nombre de visiteurs malaisiens a également rebondi temporairement alors que Deepavali Holiday était célébré à la fin du mois d’octobre de cette année.

Sur le front de la stabilité, l’ inflation globale s’est établie à 0,11%, soit un ralentissement par rapport au mois dernier, en raison de la contraction accrue des prix de l’énergie due à la baisse des prix du pétrole sur le marché intérieur, tandis que l’inflation de base est restée inchangée. 

Le taux de chômage corrigé des variations saisonnières a légèrement diminué, parallèlement à la hausse du nombre de personnes occupées dans le secteur agricole. L’excédent du compte courant s’est réduit de la balance commerciale en raison de la hausse de la valeur des importations de marchandises par rapport au mois précédent. 

Banque de Thaïlande
29 novembre 2019

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire