La dette des ménages thaïlandais a atteint en 2019 des montants préoccupants : son niveau le plus élevé en onze ans.

Un gonflement qui s’explique en grande partie par une augmentation du coût de la vie, et un accès plus facile au crédit.

Une enquête de la Chambre de commerce thaïlandaise (UTCC) effectuée sur un échantillon de 1200 personnes dont le revenu est inférieur ou égal à 15 000 bahts par mois, a permis d’estimer que la dette se situe en moyenne à 158 855 bahts par ménage.

Une augmentation de 15%

L’enquête a permis d’estimer que la dette moyenne des foyers thaïlandais à faibles revenus se situe à son plus haut niveau en 11 ans, en hausse de près de 15% par rapport à 2018.

86% des répondants ont déclaré n’avoir aucune épargne, principalement en raison d’une dette toujours plus élevée entraînant une augmentation des dépenses, ainsi que de prêts au logement et automobile en hausse.

Tanachart Bank
Plus de crédits, plus facilement accessibles.

La majorité a cependant déclaré avoir fait preuve de beaucoup de prudence dans ses dépenses.

Thanavath Phonvichai, vice-président de l’unité de recherche à l’UTCC, a déclaré que la plupart des travailleurs étaient préoccupés par le ralentissement économique intérieur et leur sentiment général est resté faiblement optimiste malgré les élections législatives.

« Quelque 80,3% des personnes interrogées ont échoué au moins une fois dans le remboursement de leur dette au cours des 12 derniers mois, car elles ont dépensé plus que ce qu’elles ont gagné », a déclaré M. Thanavath.

« Ils veulent que le salaire minimum quotidien augmente parallèlement à la hausse des coûts des services publics, des frais de déplacement et des prix des produits alimentaires. »

Il a attribué cette hausse au ralentissement économique du pays. « Si l’économie nationale reste faible, nous nous attendons à ce que les travailleurs obtiennent davantage de prêts non organisés. , « a déclaré M. Thanavath.

Plus de 41% d’emprunts hors du secteur bancaires

L’enquête a révélé que les emprunts auprès des usuriers ou « loan sharks » représentaient 41,8% de la dette des ménages de travailleurs cette année, en hausse par rapport à 34,6% en 2018.

L’UTCC prévoit que la croissance de l’économie thaïlandaise au premier semestre restera dans la fourchette de 3,2 à 3,3%, pour atteindre 4% au deuxième semestre.

La prévision pour l’année est de 3,5 à 3,8% pour l’année.

 » 3,5% reste un objectif réaliste pour l’année si la formation d’un nouveau gouvernement ne tarde pas trop « , a déclaré M. Thanavath.

3.6/5 (5 Reviews)

Laisser un commentaire