Catégories
Commerce Économie

Nette reprise des exportations de riz thaïlandais

La Thaïlande a exporté au total 10,8 millions de tonnes de riz  en 2014, d’une valeur de 5,37 milliards de dollars selon les chiffres communiqués par le ministre du Commerce Chatchai Sarigalaya.

Les exportations de riz thaïlandais en 2014 ont enregistré une augmentation de 64% en terme de quantité et de 22 % en valeur par rapport aux 6,6 millions de tonnes exportées en 2013 pour une valeur de 4,42 milliards de dollars.

Pour 2015 le ministre prévoit pour les exportations de riz un chiffre compris entre 10 et 11.000.000 de tonnes.

La production mondiale de riz cette année a été estimée à 475,2 millions de tonnes, soit une diminution de 0,3 % par rapport aux 476,9 millions de tonnes de l’année dernière en raison de la baisse de la production de riz en Thaïlande, Inde, Japon, Pakistan, Egypte, Sri Lanka et Nigeria.

La consommation de riz pour cette année a été estimé à 482,9 millions de tonnes, soit 7,7 millions de tonnes de plus que la production. Par conséquent, le volume des exportations cette année, estimé à 41,92 millions de tonnes, sera le plus élevée dans l’histoire.

Plusieurs pays importateurs de riz comme la Chine, l’Iran, le Nigeria et les Philippines devraient augmenter leurs importations de riz cette année, a déclaré le général Chatchai.

Selon les dernière estimations publiées par le TDRI ( Thailand Development Research Institute), les pertes du précédent gouvernement thaïlandais dans le cadre des achats de riz à prix subventionné, pourraient s’élever à un trillion de baht (environ 24,4 milliards d’euros).

Le ministère des Finances prévoit d’émettre un emprunt obligataire  de 30 ans destiné à rembourser la dette contractée par le gouvernement précédent pour financer les achats de riz subventionnés.

Lire aussi Riz thaïlandais : les pertes pourraient atteindre 1 trillion de baht – Économie – thailande-fr

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.