Catégories
Économie Immobilier

Les économies suffisantes du roi de Thailande

Un universitaire thaï réévalue sensiblement le patrimoine du CPB (crown property bureau) le bureau de la propriété de la couronne, qui gère les affaires de la famille royale de Thailande. Selon ces nouvelles estimations, la famille royale pourrait être la plus riche du monde.

Un universitaire thaï réévalue sensiblement le patrimoine du CPB (crown property bureau) le bureau de la propriété de la couronne, qui gère les affaires de la famille royale de Thailande. Selon ces nouvelles estimations, la famille royale pourrait être la plus riche du monde.

Au fil des années, les journalistes et les universitaires ont essayé d’évaluer la fortune du roi, c’est à dire du « bureau de propriété de couronne » (CPB), qui gère les avoirs de la famille royale de la Thaïlande. Un sujet délicat, pour ne pas dire tabou, car tout ce qui touche aux affaires du roi est traité avec une extrême retenue dans le royaume de Thailande.

Habituellement sa richesse a été estimée quelque part entre les $2 milliards de dollars cités par le magazine Forbes en 1997 et les $8 milliards du livre de Michael Backman paru en 1999 :  » le côté sombre des affaires en Asie ». En août 2007, Bloomberg a évalué les actions du CPB’s à 5 milliards de dollars, un chiffre reprit par Forbes un mois plus tard classant le Roi Bhumibol Adulyadej comme le cinquième monarque le plus riche du monde.

Maintenant un nouvel article dans une édition spéciale du « journal de l’Asie contemporaine » indique que ces chiffres sous-estiment de manière significative la richesse du palais. Porphant Ouyyanont, un économiste à l’université de Sukhothai Thammathirat près de Bangkok, calcule la valeur du CPB’ en 2005 à 1.123 trillion de bath, soit environ $33 milliards de dollars aux taux de change d’aujourd’hui.

Dans l’analyse de Porphant, cette énorme marge d’erreur s’explique par l’évaluation des propriétés foncières du CPB. Porphant écrit. « tandis que la surface totale possédée par le CPB à Bangkok est connue pour être de 552.18 hectares, il n’y a aucune information disponible pour savoir exactement où cette terre est localisée. »

L’évidence historique suggère que la terre soit fortement concentrée dans la zone centrale d’affaires et d’autres secteurs à haut rendement de ville. Porphant a employé les prix fonciers de Bangkok publiés par une agence privée de biens immobiliers pour estimer grossièrement les prix des terres du CPB. Avec une valeur au moins de $30 milliards , la famille royale de la Thaïlande surpasserait facilement d’autres riches monarques du monde.

Selon Forbes, le Sultan de Brunei est actuellement le monarque le plus riche du monde avec une valeur de biens estimée à $22 milliards. Concernant la Thailande, une ambiguïté pourrait subsister sur le régime légal du CPB : certains prétendent qu’une partie des biens du CPB appartiennent en fait à l’Etat. Comme le remarque de Porphant, c’était le cas en particulier après 1932, lorsque la révolution qui a renversé la monarchie absolue a installé une commission pour diviser les propriétés royales entre celles appartenant au roi personnellement, et celles considérées d’Etat, telles que les palais.

Cela a changé avec l’acte de propriété de la couronne de 1948, qui a donné la direction du CPB de nouveau au Palais et a permis à l’établissement de fonctionner indépendamment du gouvernement. Porphant écrit que la loi indique que l’utilisation des ressources et du revenu du bureau « dépend totalement de la décision royale. » D’ailleurs, il indique que les capitaux du bureau ne peuvent pas être saisis, ses revenus ne peuvent pas être imposé et l’institution elle même ne peut pas être définie clairement dans loi thaïe.

Thai Property Group

Avatar

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire