Catégories
Économie

L’ascension du yuan: une bonne nouvelle pour la Thaïlande?

Un des effets secondaires de la récente crise financière, est qu’elle a accéléré les progrès du yuan (dont le nom officiel est le Renminbi, code CYN) pour devenir une grande monnaie mondiale, ce qui est une bonne nouvelle pour la Thaïlande, la Chine et ses partenaires commerciaux en Asie.

Un des effets secondaires de la récente crise financière, est qu’elle a accéléré les progrès du yuan (dont le nom officiel est le Renminbi, code CYN) pour devenir une grande monnaie mondiale, ce qui est une bonne nouvelle pour la Thaïlande, la Chine et ses partenaires commerciaux en Asie.

Les plans pour faire du yuan une monnaie convertible étaient déjà sur la bonne voie avant la crise, avec l’introduction de deux initiatives importantes en Chine l’année dernière: les obligations  “dim sum” et l’assouplissement progressif de la parité avec le dollar américain, ce qui permet à la monnaie chinoise de s’apprécier.

Les premières obligations libellées en yuans à Hong Kong

Les obligations “Dim sum”sont des obligations libellées en yuans qui sont émises par des sociétés étrangères à Hong Kong. Bien qu’offrant généralement moins d’intérêt que les dépôts bancaires, elles se sont révélées très populaires car considérées comme un moyen de miser sur la croissance de la Chine, et de profiter de l’appréciation du yuan.

Les progrès du yuan (dont le nom officiel est le Renminbi) pour devenir une grande monnaie mondiale, sont une bonne nouvelle pour la Thaïlande, la Chine.

Compte tenu des difficultés récentes à la fois avec le dollar et l’euro, la hausse du yuan est opportune, car elle répond aux exigences des banques centrales et des investisseurs privés, fournissant des alternatives qui leur permettront de diversifier leurs placements et le solde de leurs risques.

L’acceptation croissante du yuan comme monnaie de change

D’autres développements importants cette année  ont contribué à l’acceptation croissante du yuan comme monnaie de transaction comme l’établissement d’un marché secondaire des obligations en yuans, et une plus grande libéralisation du marché des obligations en yuans.

Des Exchange Traded Funds (ETF) d’actions cotés à Hong Kong  sont désormais vendus en Chine continentale et les options d’investissement plus internationales en yuan sont mis à la disposition des investisseurs chinois.

En Thaïlande, par exemple, il y a une attraction croissante des investisseurs pour les fonds étrangers. Les fonds qui investissent dans des obligations libellées en yuans seront bien accueillis par ces investisseurs car ils contribueront à diversifier et approfondir le marché.

Un commerce extérieur libellé en yuans

Le rôle croissant du yuan pourrait être bénéfique à la fois aux investisseurs et aux commerçants. Les avantages pourraient être encore plus importants pour les importateurs et les exportateurs  qui font du commerce avec la Chine, car ils seront capables de faire et recevoir des paiements sans avoir à utiliser le dollar comme monnaie intermédiaire.

Ils seront également en mesure de diversifier leurs placements en obligations libellées en yuans comme une alternative aux obligations en dollars et à titre de couverture contre le risque de change.

En suivant cette tendance, la Bangkok Bank a récemment introduit une gamme complète de services en yuans pour les entreprises faisant du commerce avec la Chine.

Une des trois principales devises mondiales aux côtés du dollar et l’euro?

Les économies du Sud-Est asiatique comme la Thaïlande devraient être parmi les plus grands bénéficiaires du renforcement de la devise chinoise, qui sera une conséquence naturelle de son utilisation croissante comme une monnaie d’échange.

Les échanges commerciaux entre la Chine et l’ASEAN sont en croissance de près de 20 % par an et atteignent déjà 100 milliards de dollars. Un yuan plus fort aidera à faire pencher la balance du commerce vers l’Asie du Sud, dont les monnaies des pays membres se sont appréciées lorsque le yuan a été arrimé au dollar.  Sans cette pression leurs exportations deviennent relativement moins chères.

Il existe déjà un intérêt croissant pour le commerce utilisant le yuan, dont certains s’attendent à ce qu’il devienne l’une des trois principales devises mondiales aux côtés du dollar et l’euro.

Suwatchai Songwanich est CEO de la Bangkok Bank en Chine