Catégories
Économie

COVID-19 pourrait coûter 253 milliards de dollars à l’Asie du Sud-Est

Le coût de la pandémie de coronavirus pourrait atteindre les 253 milliards de dollars, soit près de 7,2% du PIB en Asie du Sud-Est.

Le coût de la pandémie de coronavirus pourrait atteindre les 253 milliards de dollars, soit près de 7,2% du PIB en Asie du Sud-Est, et entre 158 millions et 242 millions d’emplois pourraient être perdus dans le monde, dont 70% en Asie et dans le Pacifique, selon la BAD (Asian Development Bank).

Le rapport,  Évaluation actualisée de l’impact économique potentiel de COVID-19 , constate que les pertes économiques en Asie et dans le Pacifique pourraient varier de 1,7 trillions de dollars dans un scénario de confinement court de 3 mois à 2,5 trillions de dollars dans un scénario de confinement long de 6 mois, avec la région représentant environ 30% de la baisse globale de la production mondiale. 

De 158 millions à 242 millions d’emplois perdus

Le déclin mondial de l’emploi se situera entre 158 millions et 242 millions d’emplois, l’Asie et le Pacifique représentant 70% des pertes d’emploi totales.

Les pertes économiques en Asie du Sud-Est pourraient osciller entre 163,2 et 252,9 milliards de dollars selon la durée scénario de confinement.

Dans les scénarios de confinement court et long, le rapport note que les fermetures de frontières, les restrictions de voyage et les verrouillages que les économies touchées par les épidémies ont mises en œuvre pour arrêter la propagation de COVID-19 réduiront probablement le commerce mondial de 1,7 milliard à 2,6 milliards de dollars.

Le coût de la pandémie de coronavirus pourrait atteindre les 253 milliards de dollars, soit près de 7,2% du PIB en Asie du Sud-Est.

Les revenus du travail dans le monde diminueront de 1,2 trillion de dollars à 1,8 trillion de dollars, dont 30% seront ressentis par les économies de la région Asie Pacifique, soit entre 359 et 550 milliards de dollars.

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire