La Thaïlande est un pays très majoritairement bouddhiste (95 % de la population) mais les Thaïlandais ne sont pas avares de croyances et de superstitions.

Ils vénèrent aussi de nombreuses divinités hindoues, et conservent diverses croyances animistes, dont les fameux esprits.

Lors de ma première visite à Bangkok, j’ai eu la surprise de voir mon chauffeur de taxi lâcher les deux mains du volant pour faire un waï: nous venions de passer à coté du temple d’Erawan, situé à l’angle d’un des carrefours les plus fréquentés de Bangkok.

J’ai compris ce jour là que la Thaïlande n’était pas un pays tout à fait comme les autres.

Un touriste en promenade à Bangkok ne peut pas manquer l’aspect « spirituel » des Thaïlandais, même s’il relève parfois plus de la superstition que d’une croyance véritable.

Même s’il n’a pas l’intention de visiter un des hauts lieux du bouddhisme comme Wat Phra Kheo, un voyageur pourra difficilement manquer le sanctuaire d’Erawan, noyé en permanence dans les fumées d’encens et croulant sous les offrandes.

Le sanctuaire d’Erawan (San Phra Phrom) est en fait dédié au dieu hindouiste Bhrama, représenté par une statue à quatre visages.

maison des esprits Bangkok
La Thaïlande est un pays très majoritairement bouddhiste (95 % de la population) mais les Thaïlandais ne sont pas avares de croyances et de superstitions. Ils vénèrent aussi de nombreuses divinités hindoues, et conservent diverses croyances animistes, dont les fameux esprits.

Les esprits sont partout en Thaïlande, à commencer par les maisons des esprits (san phra phum), complément indispensable de chaque habitation.

Ces maisons se présentent sous forme de maisons thaïes traditionnelles miniatures, destinées à abriter les Seigneurs des lieux, les pra phum (langue formelle) ou chao thi (langue populaire) chargés d’éloigner les mauvais esprits.

Ils sont symbolisés par de petites figurines dont on prend soin en leur offrant quotidiennement de la nourriture, des boissons, de l’encens et des fleurs.

La Maison des Esprits doit être installée avant le début des travaux de construction. Elle doit être placée en hauteur, à l’extérieur du bâtiment, près de la porte principale, orientée au Nord, en dehors de la zone d’ombre projetée par la maison.

Il existe aussi des esprits diaboliques (phii) qui entrent en possession de personnes. Ceux que les Thaïs redoutent le plus sont les fantômes issus d’ une mort violente (phii thai hong), avec une mention spéciale pour celui d’une femme enceinte (phii tai hong tong klom) morte avec son foetus.

Pour se protéger des mauvais esprits et pour avoir de la chance, les Thaïs portent des amulettes (phra kreuang), ou se font tatouer des symboles protecteurs.

Il peuvent aussi demander à un moine de dessiner ces symboles sur les murs de leur maison ou sur le plafond de leur voiture. Pour certains, la participation des moines à ses rites animistes n’entre pas vraiment dans le cadre du bouddhisme traditionnel.

0/5 (0 Reviews)

Laisser un commentaire