Catégories
Edito Politique

Les 100 jours du docteur Prayuth

La Thaïlande n’a signalé aucun cas de Covid-19 transmis localement pendant 100 jours consécutifs, mais le prix à payer pour l’économie devient exorbitant.

La Thaïlande a aligné hier 100 jours consécutifs sans aucune transmission locale de la Covid-19, remportant ainsi une victoire décisive sur l’épidémie, mais à quel prix ?

À l’instar de Taiwan et de la Nouvelle-Zélande, un autre pays qui a dépassé les 100 jours sans infections locales, le succès de la Thaïlande repose sur un strict contrôle des frontières et une fermeture presque totale aux étrangers depuis plus de cinq mois.

De nombreuses voies s’élèvent en ce moment en Thaïlande estimant que le remède contre la Covid-19 risque d’être pire que le mal, et plaident en faveur de restrictions moins strictes aux frontières du pays.

“Si les voyageurs étrangers ne peuvent toujours pas visiter le pays, cela aura un impact encore plus sévère sur la croissance économique de la Thaïlande l’année prochaine. Le gouvernement devrait trouver un équilibre entre les mesures touristiques et l’endiguement de l’épidémie”

M. Don Nakornthab Directeur du Département de la politique macroéconomique et monétaire de la Banque de Thaïlande.

Mais la Thaïlande reste prudente en raison des craintes que provoquent la perspective d’une seconde vague, dont ont déjà fait l’expérience d’autres pays “modèles”.

La Nouvelle-Zélande, qui est restée sans cas de transmission pendant 102 jours, a dû réimposer un verrouillage à Auckland le mois dernier pour contenir une nouvelle vague d’épidémie dans sa capitale, tandis que le Vietnam a vu les décès passer de zéro à 30 en un mois après une résurgence dans la zone côtière de Danang.

Le succès remporté dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19 est aussi un enjeu politique crucial pour le Premier ministre Prayuth Chan-ocha.

Il s’agit de l’un des rares problèmes auxquels l’actuel gouvernement a apporté une réponse entièrement satisfaisante depuis son élection controversée en mars 2019, alors qu’il fait face en ce moment à une vague de contestation.

«La Thaïlande est désormais dirigée par des médecins trop prudents. C’est comme si le ministère des Transports décidait de réduire la vitesse sur les autoroutes à zéro pour que nous puissions avoir zéro accident.» 

Luzi Matzig, président d’Asian Trails Group cié par AsiaTimes

Un risque d’effondrement du secteur touristique

Le dilemme de la Thaïlande illustre la difficile recherche d’un équilibre entre les exigences de la santé publique et celles de l’économie asphyxiée par les restrictions et les fermetures.

La Thaïlande n’a enregistré aucune arrivée de touristes étrangers pour le cinquième mois consécutif en août, les restrictions de voyage internationales restant en place pour se prémunir contre une deuxième vague d’épidémie de Covid-19.

«Nous avons contenu le virus, et il est maintenant vraiment temps de se concentrer sur l’économie. Plus nous fermons les frontières longtemps, plus les dégâts seront importants»

Somprawin Manprasert, économiste en chef à la Bank of Ayudhya Plc au Bangkok Post.

L’industrie touristique thaïlandaise risque de s’effondrer l’année prochaine si le gouvernement continue de restreindre l’entrée des voyageurs étrangers dans le pays, a déclaré la Banque de Thaïlande.

Le ministère du Tourisme et des Sports et le Conseil national de développement économique et social ont déjà réduit leurs prévisions d’arrivées de touristes étrangers de cette année à 6,7 millions et l’année prochaine à 12 millions.

Le PIB de la Thaïlande devrait se contracter de 8 à 10% cette année, avant de retrouver une croissance de 4 à 5% en 2021. Mais le PIB réel pourrit ne pas retrouver son niveau d’avant Covid avant 2023, selon le Thailand Development Research Institute (TDRI), un groupe de réflexion indépendant basé à Bangkok. 

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

  • Il n’y a quasiment plus aucun mort à cause du Covid19 dans le monde depuis le mois de mai 2020, plus de pandémie, plus d’épidémies mortelles = So what is the problem ?

    Je suis ok avec la maladie de grippe où l’a diarrhée du voyageur, appelée également TOURISTA en Thaïlande, c’est une gastro-entérite aiguë qui se manifeste par une diarrhée associée à des symptômes tels que fatigue, douleurs et crampes abdominales, nausées, vomissements ou malaises, survenant chez le voyageur à destination d’un pays à faible niveau d’hygiène alimentaire ou hydrique. La turista peut se chroniciser si elle est due à une bactérie capable de coloniser durablement le colon comme Brachyspira spp.

    Mais le masque ne sert strictement à rien encore une fois contre le virus Covid19, comme tous les virus, il mesure 20 nanomètres de diamètre et les masque FFP chirurgicale ne mesure pas moins de 3 000 nanomètres pour que l’on puisse très simplement respirer !!!
    So wath, quel est le problème avec vos restrictions en Thaïlande, supères politisés pour appauvrir le peuple Thailandais, ainsi que ses investisseurs étrangers ???
    Quel est le problème ?

    • le virus est porté par des goutelettes de salive ou autre qui font bien plus de 20 nanometre, alors bien sur que le masque est efficace .

  • Pour être en adéquation avec leur volonté d’avoir 0 morts, qu’ils retirent le permis de conduire a tout les Thaï, car avec 24000 morts par an ils n’ont bouclé personne.

  • Je suis entièrement d’accord avec Pascal ! Ne vous laissez pas influencer par les fausses informations qui circulent en France !
    Laissez nous revenir en Thaïlande ! Il faut sur l’économie reprenne rapidement le bas !

  • il faut interdire tout véhicule sur les routes
    4 jours de congé , ça va saigner ….
    Même les moteurs bridés à 10 km/h , ils trouveraient encore le moyen de se planter ( Drogue , alcool ,inconscience , etc …)

  • ceux qui conseil Prayut sont les meme qui ont des part dans les hôpitaux prive ils ont tous intérêt a ce que cela reste comme cela alors que vous les vous qu il fasse ?

    • Pas très logique ce que vous écrivez. En effet l’intérêt pour les hôpitaux c’est d’avoir un maximum de malades locaux ou étrangers donc ouvrir les frontières et “laissez venir à moi les petits contaminés”.

  • Le virus ne se promène pas en liberté. Il est contenu dans les gouttelettes buccales ou nasales. Ce sont ces gouttelettes que le masque arrête. On réfléchit avant d’écrire SVP

  • Je sais que c’est votre grand plaisir de taper sur ce gouvernement mais il il faut raison garder: les mesures prises en Thaïlande ne sont pas plus contraignantes pour l’économie et parfois moins (pas de confinement) que celles prises par beaucoup d’autres pays avec nettement moins de succès. Seulement les Thais sont plus responsables que les Français dont une grande partie se conduit comme des abrutis.
    RR