Catégories
A la Une Actu armée Edito

Un nouveau coup dur pour la Thaïlande

Une tête galonnée a remplacé un gouvernement moribond : au fond ça ne change par grand chose pour la grande majorité des Thaïlandais

En apparence rien n’a changé à Bangkok : la vie continue comme si de rien n’était avec une circulation un peu plus fluide que d’habitude, car toutes les écoles sont fermées ce matin.

Une tête galonnée a remplacé un gouvernement moribond, dépourvu de tout pouvoir et totalement inactif depuis plus de six mois. Au fond ça ne change pas grand chose pour la grande majorité des Thaïlandais, pour qui la crise politique commencait à avoir des conséquences négatives en terme d’emploi et de pouvoir d’achat.

Les Thaïlandais avaient d’ailleurs déjà approuvé à 75% l’application de la loi martiale, une sorte de pré coup d’Etat. Quant à savoir ce qu’ils pensent du coup d’Etat lui même : il faudra attendre un peu pour le savoir, car les médias ont été priés de s’auto censurer par l’armée.

Prayuth, le général impatient

Il faut dire que général Prayuth n’a pas fait preuve de beaucoup de patience dans son rôle d’arbitre chargé d’organiser les négociations entre les partis opposés, que sont le PDRC (anti-gouvernement) et l’UDD (pro Thaksin).

Mais compte tenu de l’intransigeance des deux opposants, et du climat délétère qui s’est installé depuis quelques mois (entretenu par des attentats qui ont fait 28 morts et une centaine de blessés), ces négociations avaient-elles la moindre chance d’aboutir ?

A l’issue de la deuxième journée de négociation, la réunion s’est transformée en guet-apens pour les participants, qui ont été presque tous arrêtés faute d’avoir trouvé suffisamment rapidement un terrain d’entente.

A court terme la population semble soulagée de ce retour à la normale : habitués aux bruits de bottes depuis longtemps (c’est le 18e coup, ou tentative de coup d’Etat depuis 1932), les habitants de Bangkok ont appris la nouvelle avec leur flegme habituel.

La Thaïlande détient le record des coup d'Etat dans les pays de l'Asean.
La Thaïlande détient le record des coup d’Etat dans les pays de l’Asean.

D’autant plus que tous les sites occupés par les manifestants ont été évacués, et – cette fois – fort heureusement sans faire de victimes.

Contrairement à ce qui c’était passé en 2010, les militaires n’ont pas été accueillis par les « chemises rouges » avec des tirs de grenades et de kalachnikov. Cette fois l’armée avait pris la précaution depuis plusieurs jours  de perquisitionner les planques de l’UDD, saisissant un important stock d’armes de munitions.

La fin de l’économie téflon ?

Il est maintenant avéré que non seulement la croissance, mais les investissements directs en Thaïlande seront affectés après que l’armée a déclaré un coup d’Etat, seulement après deux jours de négociations et d’application de la loi martiale.

Les réactions de la communauté internationale ont été immédiates, et sans surprises, elles vont dans le sens d’une condamnation unanime.

« Les investisseurs étrangers sont peu susceptibles d’être rassurés par le coup d’Etat, car il n’y a aucun signe de solution politique durable à long terme. En effet, le coup pourrait encore approfondir les clivages politiques dans la société thaïlandaise « 

estime Rajiv Biswas, économiste en chef du groupe de recherche mondial IHS Global Insight dans un courriel cité par le Bangkok Post ce matin.

« Les investisseurs étrangers sont susceptibles de devenir de plus en plus préoccupés par le risque politique en Thaïlande, et risquent de mettre leurs investissements en attente, ou de rechercher d’autres lieux d’investissement dans les pays émergents d’Asie « .

Une baisse de 44% des investissements étrangers

Le BOI a publié hier des chiffres démontrant que 399 projets ont été soumis pour approbation à l’investissement dans les quatre premiers mois de cette année, une baisse de 42% d’année en année, avec une valeur de l’investissement total en baisse de 44,8% à 270 milliards de baht.

Les investissements en provenance du Japon, premier investisseur étranger en Thaïlande, ont chuté de 41%, avec une valeur d’investissement en baisse de 55%, soit 150 milliards de baht.

Les conséquences de cette baisse ne tarderont pas à se faire sentir sur l’économie de la Thaïlande, pénalisant l’emploi et la croissance.

Une situation d’autant plus préoccupante que la multiplication des plans populistes par le gouvernement Shinawatra (subventions des prix du riz, exonération d’impot pour l’achat d’une première voiture) a déjà crée des pertes financières colossales pour le gouvernement.

Thai Property Group

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

1 réponse sur « Un nouveau coup dur pour la Thaïlande »

Quand OL fait du OL !!!
Je le savais partial, souvent de mauvaise foi, pas toujours convaincant, mais il aime bien le sujet. Et puis c’est son boulot !! une pige de temps à autre.
les journalistes engagés ne me déplaisent pas, certains même évoluent, ou peaufinent leur jugement en fonction des événements . OL lui ne change jamais d’idée !!!!
Il n’a toujours pas vue la forêt malade derrière l’arbre qu’il accuse de tous les maux.
Ce qui me gène un peu plus c’est son l’oubli total ou partiel d’information pour détourner le jugement des lecteurs dont je suis.
– Par exemple le sondage .Si nous parlons du même, la question complète est importante !!
Etes vous favorable à la loi martiale – pour rétablir l’ordre et la paix ?
Bien sur 75% des personnes interrogées répondent oui. Les thais dans leur grande majorité sont pour la paix civile et le retour des fauteurs de troubles chez eux.
Et à la vue des dernières nouvelles, je ne pense pas que 75 % de la population thailandaise soit favorable à un push militaire surtout aprés les résultats de 2006 .
– Contrairement à 2010, il n’y a pas pour l’instant de nouveaux affrontements, il est vrai que les responsables politiques de l’époque étaient de l’autre coté des baillonettes, mais vous avez omis OL – surement par oubli ou parce que vos sources ne sont pas trés fiables – l’autre saisie (armes et explosifs) dans le parc Lumpini lors du départ des milices du PDRC .
– il faut rajouter aux pertes colossales du précédent gouvernement, celles causées par les manifestants depuis plus de 6 mois dans le seul but inavouable était ( est toujours) de modifier le mode de scrutin afin de protéger une oligarchie arc boutée sur ses privilèges.
Par contre vous avez raison de vous inquiéter sur l’avenir économique de ce pays, de la fuite des investisseurs et la chape de plomb qui viens de s’abattre sur le pays n’est surement pas faite pour rassurer les marchés, le tourisme, et un résident père de famille.
PS .Je ne suis pas journaliste et cette réflexion n’engage que moi en réponse uniquement à l’article de OL . je n’utilise pas cet espace comme un blog. merci à tous par avance.

Laisser un commentaire