Catégories
Culture Tourisme

Khao Kho, ou les vacances à la montagne

Situé entre les villes de Lom Sak, Phitsanulok et Phetchabun, on peut accéder à Khao Kho depuis ces trois points, grâce à de belles routes vertigineuses gravissant la montagne.

Le district de Khao Kho (เขาค้อ), dans la province de Phetchabun, tire son nom du pic qui domine cette partie de la chaîne de montagne de Phetchabun.

Ancien lieu de batailles stratégiques entre les troupes Royales et les insurgés communistes jusqu’au début des années 80, Khao Kho est depuis devenu l’un de ces lieux de villégiature couru par la classe moyenne thaïlandaise qui vient s’y rafraîchir lors des longs weekends fériés.

Il faut dire qu’avec ses paysages bucoliques et son air pur, l’endroit a de quoi charmer les Bangkokiens les plus endurcis. Petite visite guidée.

Que c’est joli Khao Kho !

Situé entre les villes de Lom Sak, Phitsanulok et Phetchabun, on peut accéder à Khao Kho depuis ces trois points, grâce à de belles routes vertigineuses gravissant la montagne.

Ce qu’on dénomme Khao Kho à proprement parler est ainsi toute cette partie, mi-vallée/mi-plateau, entre 700 et 1100 mètres d’altitude, parsemée de collines et de petits monts, où se côtoient prairies verdoyantes, champs de fraises, et portions de jungles épaisses.

Fermes et lac ratanai dans le fond
Khao Kho est devenu l’un des bastions du tourisme visant les clients thaïlandais

La main de l’homme a fait son œuvre et l’agriculture a façonné les lieux. Avec ses fermes organiques, ses champs cultivés, ses fleurs et ses odeurs de campagne, il y flotte comme un air de printemps perpétuel.

Il n’en fallait pas plus pour attirer les appareils photos de la capitale, Khao Kho étant devenu l’un des bastions du tourisme visant les clients thaïlandais, à l’instar des montagnes de Chiang Mai ou du parc de Khao Yai.

Au menu : temples, éléphants et crocodiles

L’ouverture du Wat Phra Sorn Kaew (วัดพระธาตุผาแก้ว), l’un des temples les plus splendides du Royaume, et la construction très récente de Bouddhas géants à flanc de collines, ont encore amplifié l’aura touristique des lieux.

Wat Pha Sorn Kaew
L’ouverture du Wat Phra Sorn Kaew (วัดพระธาตุผาแก้ว), a encore amplifié l’aura touristique des lieux.

En bordure de Khao Kho se trouve par ailleurs le Thung Salaeng Luang National Park et sa jungle épaisse, avec ses éléphants qui aiment s’offrir la priorité sur la route.

Dans les assiettes, outre les recettes avec fruits et produits locaux, certains restaurants proposent du crocodile.

Par ailleurs, l’artisanat est très développé dans la région, que cela soit via les savoir-faire locaux ou bien grâce aux talents des Hmongs, du nom de cette ethnie qui se plait dans les montagnes.

Ajouté à plusieurs jolis temples dans les environs, dont le Wat Khaem Som, l’énorme Chedi de Kanchanapisek et le Wat Khao Kho Patanaram, vous obtenez la recette parfaite de l’idéal touristique des familles thaïlandaises, à savoir des temples, des produits frais, de l’artisanat et la nature.

Un tourisme en plein essor

L’industrie touristique locale est toujours en plein essor, les resorts poussent un peu partout de manière désordonnée, ce qui laisse craindre pour l’état des lieux dans les années à venir.

les resorts poussent un peu partout de manière désordonnée
Les hébergements pour touristes poussent un peu partout de manière désordonnée

Toutefois, les resorts sont le plus souvent de jolies petites constructions. En effet, bien que cela soit la moyenne montagne, cela reste la Thaïlande, il ne fait jamais vraiment froid, ce qui offrent aux architectes la possibilité de s’en donner à cœur joie.

Ainsi, sur la centaine de resort éparpillés sur environ 80 km de routes, les couleurs fusent, les formes varient et l’originalité prédomine, aussi bien pour les hôtels de luxe que pour les petits resorts familiaux qui rivalisent entre-deux pour séduire le client.

Que cela soit des chalets multicolores au-dessus du lac Ratanaï, des bungalows en forme de tipis indiens, ou bien des constructions plus conventionnelles offrant une jolie vue, il y en a pour tous les goûts.

Souvent, les hôtels mettent également à disposition un champ ou une partie de leur complexe pour y planter sa tante. En somme, du camping.

Les charmes brumeux du camping

Car oui, les Thaïlandais de la classe moyenne découvrent lentement mais surement les joies du camping à la campagne. Il n’est ainsi pas rare de trouver juste à côté d’un énorme 4×4 ou une grosse berline une petite tente abritant un couple ou une famille entière.

La tente permet d’être au plus près de la nature. Elle permet également d’être réveillé tôt le matin pour observer… la fameuse brume matinale de Khao Kho.

brumes
La fameuse brume matinale de Khao Kho. Photo : http://amazing-thailand.tumblr.com/

Si en Europe, pendant les longs mois de froid, le brouillard peut être plus que pénible, à Khao Kho, le brouillard, c’est la véritable star que tout le monde attend dès l’aurore.

A l’instar d’un autre lieu connu dans la région (Phu Tubberk), l’idée consiste à poser sa tente au meilleur emplacement pour que le lendemain matin, on puisse assister au spectacle de la nature et contempler la mère de brouillard depuis un point surélevé.

Avouons-le, le spectacle est saisissant et les appareils photos crépitent. Sauf le nôtre, puisqu’on ne pensait pas en se levant si tôt pour aller voir du brouillard que cela valait une photo.

Mal nous en a pris puisque avec le temple de Wat Phra Sorn Kaew, la brume matinale est l’attraction par excellence de Khao Kho. Vous voilà prévenu, n’oubliez pas l’appareil photo !

Comment apprécier Khao Kho ?

Pour profiter de son séjour sur place, mieux vaut connaitre quelques petits détails avant d’y arriver.

Le premier est qu’il faut bien choisir son hôtel, pour avoir une jolie vue tout d’abord, mais idéalement pour être bien placé pour la fameuse brume matinale.

Les hôtels les mieux placés sont en général pris d’assauts le week-end, il faut alors choisir un hébergement non loin d’un point de vue car, croyez-moi, vous n’avez pas envie de la louper cette brume matinale !

Le deuxième détail important à connaitre est que sans votre propre moyen de locomotion, il sera difficile d’apprécier la richesse naturelle de Khao Kho.

En effet, il s’agit de la campagne, il n’y a pas de taxis, tout au plus quelques 4×4 équipés de sièges à l’arrière, les fameux songteaw qui ne passent d’ailleurs que rarement.

Par ailleurs, louer une moto ou une voiture sur place n’est pas chose si aisée, la demande étant faible puisque l’immense majorité des Thaïlandais viennent avec la leur.

Avoir sa propre moto ou voiture vous permettra d’explorer sans cloisons cette région. La Thaïlande est un petit peu comme la France, l’intérêt touristique majeure réside dans la possibilité de se balader n’importe où, un peu au hasard, car il y aura toujours une attraction, un temple, un restaurant ou une jolie vue pour vous enchanter, dans les montagnes de Khao Kho encore plus qu’ailleurs.

Laisser un commentaire