Catégories
Tourisme

Pai, le choix de la tranquillité

Une fois débarqué dans le centre de Pai on commence enfin à souffler. A première vue rien de bien différent des autres quartiers touristiques : une profusion d’hôtels, de marchands de rue et de petits restaurants.

Des minibus lancés à fond de train sur une route de montagne sinueuse, quelques touristes malades et la pensée angoissante de finir écrasé au fond du prochain ravin. La route pour Pai est loin d’être le meilleur souvenir des voyageurs qui débarquent dans cette petite ville du nord de la Thaïlande.

C’est une fois débarqué dans le centre de Pai que l’on commence enfin à souffler. A première vue rien de bien différent des autres quartiers touristiques : une profusion d’hôtels, de marchands de rue et de petits restaurants.

Au détour de Walking street, l’artère principale de la petite ville, quelques farangs sirotent tranquillement une bière avec stir it up de Bob Marley en fond sonore. De l’autre côté de la rue, des agences proposent treks, ballades en éléphants et visites « d’authentiques » villages Karen.

Le soir venu la rues accueille un petit marché de nuit où l’on trouve bijoux, vêtements et autres babioles. Le guide de Lonely Planet parle même de Pai comme de la Khao San Road du nord du royaume.

Un havre encore épargné par le  tourisme de masse

Pourtant si la bourgade a connue un essor touristique important, elle reste en partie préservée et garde son charme. Alors que d’autres localités ont subit une urbanisation de masse consécutive au développement du tourisme, à Pai aucun complexe hôtelier ou centre commercial n’a encore troué l’horizon. Et détail qui ne trompe pas, il n’y a encore que deux 7eleven.

Ce qui surprend d’abord c’est le calme ambiant qui règne dans la ville, simplement rompu au coucher du soleil par le chant des moines dont l’enivrante mélopée s’échappe des temples de la ville.

Si la musique de quelques bars et les matchs de boxe du samedi soir viennent parfois troubler cette tranquillité, elle s’impose tout de même aux voyageurs réunis ici et là dans les guesthouse de la ville.

Une escale de choix pour les voyageurs en quête de tranquillité

De nombreux routards de tout horizons viennent à Pai pour échapper au tumulte des grandes villes de Thaïlande. Du septuagénaire australien au jeune voyageur fatigué des full moon party,  en passant par le hippie sur la route, la diversité des voyageurs de manque pas.

Certains y passeront seulement deux trois jours alors que d’autres, tombés amoureux de l’endroit, restent plusieurs mois.

Il faut dire qu’il est facile de succomber à l’ambiance farniente qui imprègne les lieux. Même si les activités ne manquent pas, certains restent simplement calés confortablement dans un hamac au bord de la rivière qui longe la ville tandis que d’autres apprécient les effets variables des substances illicites locales.

Très montagneuse, la région de Paï, offre une diversité géographique impressionnante. En pleine saison sèche la campagne se partage entre monts boisés très arides et jungle luxuriante au fond des vallées. Le soir les versants des montagnes rougeoient alors que les villageois déclenchent des feux contrôlés pour prévenir tout incendie.

Nombreux sont les touristes qui partent à vélo ou à moto à la découverte des richesses de la région : chutes d’eau, canyons, fermes isolées en rase campagne, communauté auto-gérées.

La région de Pai comporte aussi des plantations de café, mais surtout d’ail et d’oignons, et l’on croise sur les routes avoisinantes des pick-up chargés de ces légumes fraîchement coupés.

Pour ceux qui préfèrent la randonnée, Pai est également une destination réputée pour les départs de treks dans les montagnes environnantes.

Si la petite ville s’est métamorphosée en une dizaine d’années pour accueillir un flot de visiteurs toujours plus important, il flotte dans ses alentours un parfum d’authenticité que l’on retrouve rarement dans les hauts lieux du tourisme thaïlandais. Les petits villages agricoles éparpillés dans la région offrent d’ailleurs un aperçu assez réaliste de la vie rurale dans le nord de la Thaïlande.

  • Epargnée par le tourisme au sens ou la ville ne s’est pas trop transformée au contact du tourisme, oui mais il y a énormément de touristes à Pai ! C’est bien une destination de tourisme de masse, c’est juste qu’il lui reste ce soupçon d’authenticité et cette ambiance si particulière de ville de montagne qui font que l’on s’y sent bien. Bien entre touristes…

  • Quand aux “effets variables des substances illicites locales”, il n’y a pas pire bêtise à raconter… de quelles substances parlez vous Mr Devilliers..? héroïne, ya-baa ? opium? canabis ? quel intérêt à vendre de tels ragots ? le Triangle d’or et ses trafics d’opium des années 70,80,90 est bel et bien fini..
    les vieux hippies sur le retour qui vont à Pai pour se défoncer sont de plus en plus rares.. et pour cause, il est bien plus facile de trouver des drogues à Bangkok, Pattaya ou Phuket qu’à Pai.. quand aux conséquences en cas de problèmes avec les autorités locales, j’imagine que cela fait partie du pack “roots in thailand” sans doute une bonne expérience à vivre selon vous..

  • Tout d’abord pour qu’il n’y ait pas d’amalgames, je ne fais aucunement ici l’apologie de quelles que substances que ce soit, et je n’en parle nullement comme d’une bonne expérience. Je rapporte seulement ce dont j’ai été témoin.
    Sachez que ce que j’écris ici ne sont pas des ragots, peut être n’avez vous pas vu les même choses que moi.
    A Pai il n’est pas rare de tomber sur des personnes proposant du cannabis, qui se trouve même parfois dans certaines guest house de la ville, sans évoquer ce que ramènent certains voyageurs. Et sans oublier non plus les femmes d’un certain âge qui proposent différentes substances aux abords des lieux touristiques environnants; elles sont connues à Pai.
    Pour finir, je n’évoque pas le Triangle d’or, où le trafic de ya-baa et d’opium continue même si il a largement diminué en effet.

  • De passage à Paï le 18 mars , pour la deuxième fois , je n’ai pas remarqué de tourisme de masse , le petit marché de nuit est agréable et originale comparée celui de Chiang Mai et l’on ne s’y bouscule pas . Le soir la ville semble relativement déserte et trouver des substances illicites me semble possible pour les acharnés comme partout , malgré la possession de drogue est plus grave qu’un meurtre !!! . Malheureusement la zone était particulièrement enfumée A cause des ébocuages particulièrement nombreux . Par contre c’est vrai la route tourne beaucoup , plus de 1860 virages jusqu’à MaeHong Son , faut pas être pressé