Les Thaïlandaises peinent à s’imposer sur la scène politique

Les femmes en Thaïlande sont fortement représentées dans les plus hautes sphères de la vie économique et des affaires, occupant plus du tiers des postes de direction, ce qui est nettement supérieur à la moyenne mondiale.

Mais alors que trois femmes entrent dans l’enseignement supérieur pour deux hommes, le royaume se situe près du bas du classement mondial pour la représentation des femmes au parlement.

Une anomalie que les prochaines élections législatives ne devraient pas réussir à corriger, principalement en raison du manque de candidates.

Lors du scrutin du 24 mars, seulement sept des soixante-dix candidats au poste de Premier ministre sont des femmes, dont une est une candidate transgenre.

Pourtant en 1932, lorsque la Thaïlande fut transformée de monarchie absolue en une monarchie constitutionnelle, les femmes avaient obtenu le même droit de vote que les hommes dans la première constitution de 1933, faisant de la Thaïlande l’un des premiers pays asiatiques à accorder le droit de vote aux femmes.

Pourquoi les femmes thaïlandaises sont sous-représentées ?

Dans l’arène politique, toutefois, les femmes thaïlandaises sont sous-représentées. En 2006, 1 027 666 femmes de plus que d’hommes ont participé au scrutin, mais moins de 8,7% des députés étaient des femmes.

«En tant que journaliste, je n’ai jamais ressenti de discrimination dans mon travail, mais en politique, c’est différent. La culture thaïlandaise s’attend à ce qu’une femme ne discute que de sujets tels que l’éducation, les soins de santé, et laisse la part la plus sérieuse comme la défense, l’intérieur ou de la justice aux hommes »


Pannika Wanich porte-parole et candidate du parti Future Forward

Pour célébrer la Journée internationale de la femme, le Club des correspondants étrangers de Thaïlande (FCCT) a accueilli les candidates des partis politiques participant aux élections du 24 mars, afin de débattre des obstacles rencontrés par les femmes politiques et de leurs chances de jouer un rôle plus important dans la gouvernance du pays.

«La proportion de femmes au Parlement a maintenant atteint son plus bas niveau historique, à 3,3%, principalement parce que l’assemblée législative entièrement nommée par l’armée n’a jamais été élue»


Pannika Wanich, porte-parole et candidate du parti Future Forward

Pourquoi la Thaïlande a besoin de plus de femmes politiques

Un faible niveau de représentation politique entrave non seulement la réalisation de l’égalité des sexes, mais désavantage également les femmes thaïlandaises.

Je pense que le Parlement devrait refléter les différentes parties de la société et représenter toutes sortes de personnes, pas seulement le vieil homme politique avec une grosse Rolex, une grosse voiture et un chauffeur.


Pannika Wanich, porte-parole et candidate du parti Future Forward

Attitudes des politiciens et des partis politiques

Les barrières culturelles demeurent fortes dans la société thaïlandaise et reflètent les attitudes du public à l’égard des femmes qui, dans les médias et ailleurs, ont souvent été stéréotypées comme étant faibles, indécises, émotives, dépendantes et en quelque sorte moins productives que les hommes.

La culture asiatique s’attend à ce que les femmes restent sur le siège arrière et écoutent. Beaucoup de gens pensent aussi que la politique est sale et corrompue et qu’elle n’est pas un bon endroit pour les femmes.


La vérité est que les femmes sont plus éduquées que les hommes en Thaïlande, mais leurs capacités de leadership sont en retrait en raison des différences culturelles.


Tidarat Yingcharoen porte-parole et candidat du parti Pheu Thai 

Le faible nombre de femmes en politique en Thaïlande témoigne d’une longue tradition selon laquelle les femmes s’occupaient du ménage, tandis que les affaires publiques étaient prises en charge par les chefs de ménage, généralement des hommes.

Mais le faible taux de participation des femmes à la vie politique reflète également le fait que les dirigeants politiques ont peu de conscience ou de compréhension des questions de genre.

À l’Assemblée législative nationale actuelle, seuls 8 des 257 représentants sont des femmes (3%) et il n’y a que 6% de femmes au gouvernement.

En 2018, lors de la législation du parti démocrate, nous avions une proportion de 15% de femmes au Parlement et 10% au Cabinet. Aujourd’hui, un candidat sur quatre dans notre liste de parti pour la prochaine élection est une femme.


Siripa Intavichein porte-parole adjoint et candidate du parti démocrate

Lors des élections générales de 2006, 52,22% (12 000 372) des électeurs étaient des femmes, 47,78% étaient (10 972 706) des hommes mais seulement 8,7% des députés étaient des femmes.

En 2010, les chiffres étaient de 15%. Dans le 59ème Cabinet (le 20 décembre 2008), il y avait 8,5% de femmes (trois femmes, 32 hommes), dans le 58ème Cabinet (du 24 septembre au 2 décembre 2008), il y avait 14,2% de femmes (cinq femmes, 30 hommes).

Dans les circonscriptions électorales, nous avons eu du mal à trouver des candidates, a déclaré le porte-parole adjoint de Siripa Intavichein et un candidat du parti démocrate.

De plus, beaucoup de femmes ne veulent pas prendre le risque de la politique parce qu’elles n’ont pas assez d’argent ou de soutien financier, selon Tidarat Yingcharoen, porte-parole adjointe et candidate du parti Pheu Thai.

4.7/5 (3 Reviews)

Laisser un commentaire

34,304FansJ'aime
182FollowersSuivre
2,525FollowersSuivre
33,917FollowersSuivre
1,523FollowersSuivre
351AbonnésSouscrire

Récents

0/5 (0 Reviews)