Catégories
Santé Tourisme

La Thaïlande cherche à stimuler le marché du tourisme médical

Le gouvernement thaïlandais cherche à s’implanter sur de nouveaux marchés, tels que la Chine, le Myanmar, le Laos, le Cambodge et le Vietnam, pour profiter de la demande croissante de soins dans ces pays

L’Asie continue d’être la principale destination mondiale pour le tourisme médical, sans doute car les destinations médicales asiatiques offrent des soins souvent meilleurs et moins coûteux que la plupart des autres destinations médicales.

Dans certains pays de la région comme Singapour et la Thaïlande, des organismes gouvernementaux ont été créés pour aider à commercialiser le tourisme médical à l’échelle mondiale.

La Thaïlande représente toujours la plus grande part de marché du tourisme médical en Asie, suivie par l’Inde et Singapour.

La Corée du Sud se situe au quatrième rang en 2016 et devrait presque doubler sa part de marché d’ici l’an 2022.

Le gouvernement thaïlandais cherche à s’implanter sur de nouveaux marchés, tels que la Chine, le Myanmar, le Laos, le Cambodge et le Vietnam, pour profiter de la demande croissante de soins dans ces pays

Les pays émergents aspirent à devenir l'hôpital du monde occidental
Les pays émergents aspirent à devenir l’hôpital du monde occidental

L’Autorité du Tourisme de Thaïlande (TAT) a récemment organisé un Showcase sur le thème “La Thaïlande, un paradis pour la longévité » pour promouvoir le Royaume en tant que destination pour les produits et services de santé à destination des seniors.

« Selon un rapport publié par VISA et Oxford Economics, la Thaïlande est considérée comme une des principales destinations du tourisme médical en Asie. La Thaïlande compte maintenant 58 hôpitaux accrédités par la JCI, plus que tout autre pays d’Asie du Sud-Est. »

a déclaré M. Noppadon Pakprot, gouverneur adjoint de la TAT  pour les produits touristiques et affaires.

La Thaïlande leader du tourisme médical dans les pays de l’Asean

De plus en plus de personnes choisissent la Thaïlande pour une procédure médicale car le coût d’une chirurgie de remplacement de la hanche à Bangkok est environ la moitié du coût pour une procédure équivalente aux États-Unis.

La Thaïlande leader du tourisme médical dans les pays de l'Asean
La Thaïlande leader du tourisme médical dans les pays de l’Asean

Des organismes indépendants comme Medigo se chargent d’aider les patients à trouver la destination et l’hôpital qui leur convient le mieux. Cette plateforme en ligne permet aux patients d’obtenir une seconde opinion médicale, ou de programmer des traitements médicaux de haute qualité à un prix abordable à l’étranger.

Un visa de 90 jours pour traitements médicaux

Pour encourager le tourisme médical en Thaïlande, le gouvernement a triplé la durée des visas pour les traitements médicaux de 30 à 90 jours.

Cette mesure adoptée au mois de mars permet aux visiteurs étrangers de programmer plusieurs procédures et de combiner éventuellement le traitement avec un séjour de loisir ou de récupération.

Il s’agit d’une extension d’une politique déjà en vigueur pour les citoyens des pays du conseil de coopération du Golfe (GCC), dont le Royaume de Bahreïn, l’État du Koweït, le Sultanat d’Oman, l’État du Qatar, le Royaume d’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis.

Même en comptant  le prix d’un billet d’avion, le coût d’un voyage en Thaïlande pour subir une intervention chirurgicale peut être beaucoup plus intéressant, et avec une qualité de service souvent égale, ou même supérieure, que celle disponible aux États-Unis ou dans la plupart des pays européens.

Au fur et à mesure que les coûts des soins augmentent dans les pays développés, les patients regardent de plus en plus à l’étranger avant d’effectuer un traitement médical.

La Thaïlande présente de nombreux avantages avec de faibles coûts et des médecins hautement qualifiés susceptibles de répondre à la plupart des demandes des «touristes médicaux».

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire