Le point de vue d’Olivier Guillard, directeur de recherche à l’IRIS, directeur de l’information chez Crisis 24. Un bon résumé de tous les clichés sur la situation politique en Thaïlande.

Pourquoi la Thaïlande se retrouve-t-elle à nouveau sous tensions ?

Le royaume bouddhiste du souverain Bhumibol peine à prendre en compte les changements politiques intervenus depuis une quinzaine voire une vingtaine d’années. Autrefois tout-puissant, l’establishment politique traditionnel de cette monarchie constitutionnelle, façonné autour du palais royal, des élites urbaines, des milieux industriels et financiers – sans oublier une armée influente, en prise directe avec le souverain – s’adapte fort mal (et de bien mauvaise grâce) à l’irrésistible montée en puissance de formations politiques au discours moins élitiste, au programme plus populiste et tourné vers une Thaïlande plus modeste, celle des campagnes et des petites gens, des exploitants agricoles du nord, quelque peu laissés pour compte par des élites condescendantes, urbaines et lointaines.

Malheureusement pour cet ordre établi traditionnel et ses priorités, cette Thaïlande des petites gens use de son droit de vote avec entrain et, numériquement et démographiquement parlant, est majoritaire ; en votant pour le parti populiste de T. Shinawatra (le frère ainé de l’actuelle Première ministre Y. Shinawatra, richissime homme d’affaires et ancien Premier ministre, en exil ces dernières années), elle a par exemple confortablement – et sans fraude ni artifices divers – remporté les quatre derniers scrutins législatifs.

Cette tendance électorale lourde ayant peu de chance d’être remise en cause par la seule voie des urnes enrage donc l’establishment décrit plus haut ; pour tenter de revenir au pouvoir, les bureaux de vote et la règle démocratique ne suffisent visiblement plus aux anciens tenants du pouvoir ; d’où par exemple ces deux derniers mois et demi de chaos politique à Bangkok, frisant l’absurde, malmenant le gouvernement démocratiquement élu, le fonctionnement des institutions, perturbant la vie économique et fragilisant plus avant l’image extérieure de cette nation.

Lire la suite viaThaïlande : une situation sans issue ? – affaires-strategiques.info.

0/5 (0 Reviews)

9 Commentaires

  1. reponse pour eric miné
    en lisant votre blog je comprent que vous ete un nostalgique de la monarchie
    et que donner le droit de vote a de pauvres paysans inculte et ce laissent acheter si facilement
    pour quelque biens de consomation futiles, justifie bien un nouveau coup d etat.
    au nom d un retour a un mode de vie et valeur ancestrale ressemblent plutot a une dictature
    ou seul les grands de la société thaie comprenne ce qui est bon pour leur nation, a quoi bon ecouter la voix des urnes. le modele de société ancestrale avec des paysans nourrissent tout un pays, mais devent tout de meme envoyer leur filles bosser a pattaya pour survivre, doit surement etre quelque chose auquel ils sont très attachè

  2.  » sans fraude ni artifices divers » !!! 1000 bath soit 20 euros distribues dans chaque famille de tous
    les villages pour acheter les votes, les subventions pour les riziculteurs en dehors de toutes realites du marche, subventions pour le moment bloque dans les organismes provinciaux au profit de quelques fonctionnaires et oligarques, sans doute une oligarchie conservatrice surfe sur cette contestation, mais pour les habitants de Bangkok c’est un  » printemps Thai » qu’ils reclament en se mobilisant par les reseaux sociaux, une revolution Facebook, contre la corruption et l’appetit garguantuesque de la famille Thaksin et consort, cette analyse est totalement partiale comme d’ailleurs celle des medias occidentaux ignorants et celle des medias locaux auto-censuree…

  3. Demande très légitime.
    Ce point de vue reprend à mon sens les poncifs mille fois répétés par la presse occidentale. Cette analyse est partiale car elle omet volontairement deux éléments :
    Le scrutin majoritaire ne fonde pas obligatoirement la démocratie, il en existe fort heureusement d’autres modes d’expression.
    La crise que traverse la Thaïlande ne procède pas que de causes locales mais aussi, plus généralement, des interrogations – et conséquemment des conflits – que suscite à travers le monde la course effrénée au consumérisme, indissociablement liée à la mondialisation.
    Je développe ces idées dans des articles que j’ai publiés précédemment sur d’autres sites et que je reprends sur mon blog, ils y figurent parmi les plus récents :
    http://librattitude.blogspot.com/
    J’ajoute que ce sujet fait l’objet de la chronique mensuelle que je tiens sur le magazine « Gavroche », daté de janvier.
    Enfin, je suis globalement d’accord avec le billet d’Olivier Languepin paru récemment ici : « La révolution conservatrice thaïlandaise ».

  4. si cette analyse est partiale , il serait intéressant pour les lecteurs d’obtenir de la part des commentateurs plus amples informations.

  5. L’ IRIS est reconnue d’utilité publique, et perçoit des subventions. Elle se décrit comme offrant « l’expertise stratégique en toute indépendance ».
    Vivant en Thaïlande, je me permets de faire remarquer que, si tout n’est pas à rejeter dans cette analyse, elle est néanmoins très partiale.

    • tout a fat d ‘accord avec Éric,
      mais depuis combien d’années vivez vous en Thaïlande et ou ? « Mr olivier Guillard » comment pouvez vous dire que les élections en Thaïlande se sont déroulées « sans fraudes et artifices divers »
      si la situation du pays n était pas si triste aujourd’hui ce serait à mourir de rire,je vis depuis 25 ans dans ce pays (chiang mai) et je suis loin d ‘en connaitre toute la finesse et la complexité,mais j ai vu comment Mr thaksin et aujourd’hui sa « charmante » petite sœur ont pris le pouvoir en Thaïlande,et croyez moi dire que cela c est fait sans fraudes et sans artifices est une des meilleurs blagues que j ai entendu ces dernières années
      SVP,gardez vos certitudes et vos inepties pour les JT français,
      โง่ !!! si vous voulez apprendre le thaï,je vous envois ces deux petites lettres en toute amitié
      enfin, au moins ,moi et mes amis thaïes,vous nous aurez bien fait rire !!!
      peut être une carrière de comique,en perspective,qui sait ?
      si vous vivez en Thaïlande ,un conseil,faites attention au loup,petit chaperon rouge
      cordialement
      laurent

      • On n est pas dans la cour d ecole,a dire que celui qui a vecu le plus longtemps en Thailande a forcement raison!
        Le pouvoir,c est le Roi et ses conseilles(amat).
        L Armee va bientot siffler la fin de la partie.
        Le petit chaperon rouge va t il se tranformer en Tigre..

Laisser un commentaire