La Thaïlande est parfois surnommée de  manière un peu ironique le «pays téflon « , en référence à son exceptionnelle résilience face aux crises politiques.  Car en dépit d’une instabilité politique chronique, l’économie thaïlandaise continue d’enregistrer de solides performances. Mais pour combien de temps?

L’investissement immobilier en Thaïlande reste encore un placement recherché par les investisseurs  – même les étrangers ont fini par s’habituer aux troubles politiques qui secouent le royaume depuis une décennie – mais sur le long terme des conséquences négatives ne sont plus à exclure si la crise politique se prolongeait éternellement.

Des chiffres d’exportation médiocres, une augmentation de la dette des ménages, une baisse de la consommation et de l’investissement, s’ajoutent cette année aux  tensions politiques pour assombrir les perspectives économiques pour 2014 . Alors que la plupart des économistes s’attendent à ce que le PIB du pays en 2013 enregistre une croissance de moins de 4%, ils sont déjà en train de réviser les prévisions à la baisse pour 2014.

«Tous les regards sont maintenant tournés vers  les élections prévues pour le 2 février de cette année, car le facteur le plus important dans les perspectives pour 2014 est de savoir si la situation politique actuelle sera résolue de manière pacifique et dans un délai raisonnable », estime Mme Suphin Mechuchep, directeur général de Jones Lang LaSalle.

Malgré ces facteurs négatifs, le marché immobilier de Bangkok a traversé l’année 2013 relativement indemne, mais il pourrait commencer à ressentir l’impact de la crise actuelle en 2014, selon Jones Lang LaSalle, un cabinet de services professionnels spécialisé dans l’immobilier.

Selon Mme Suphin Mechuchep, directeur général de Jones Lang LaSalle

« Le marché de l’immobilier Bangkok a terminé en force en 2013 en dépit de conditions défavorables dans la majeure partie de l’année. La demande dans tous les secteurs de l’immobilier a été soutenue, comme en témoigne la croissance constante des prix de vente et les loyers, ainsi que l’introduction réussie de nouveaux projets.

Dans le secteur de la copropriété, la plupart des nouveaux projets lancés cette année ont été bien accueillis par les acheteurs, avec ceux situés à proximité des stations de transport en commun atteignant les taux de pré-vente les plus élevés, selon Jones Lang LaSalle.

Chart - Annual Take-Ups of Office Space in Bangkok
A Bangkok, le taux d’occupation des bureaux a atteint 90% alors que les loyers ont augmenté pendant neuf trimestres consécutifs

Les prix ​​de vente moyens ont continué de croître en 2013, bien que le taux de croissance ait été inférieur à celui de 2012 en raison d’une concurrence accrue ainsi que d’une importante quantité d’offre disponible sur le marché.

Le secteur de l’immobilier commercial de Bangkok avec une offre limitée et la forte demande a enregistré des prix et les loyers d’occupation records dans le secteur des bureaux du marché de détail.

A Bangkok, le taux d’occupation des bureaux a atteint 90% alors que les loyers ont augmenté pendant neuf trimestres consécutifs. Dans le marché premium de la vente au détail, l’occupation est supérieure à 94% tandis que les loyers ont augmenté ua cours de 13 trimestres consécutifs, en grande partie grâce à une offre limitée et à la forte demande des détaillants locaux et internationaux.

« Des fondamentaux solides ont contribué à sauver le marché de l’immobilier à Bangkok en 2013. Mais à ce stade, il reste difficile de prédire où le marché se dirige en 2014. La préoccupation majeure de la plupart des acteurs du secteur est la crise politique actuelle. Nous constatons une attitude des promoteurs immobiliers, propriétaires, investisseurs et occupants de plus en plus prudente, certains d’entre eux adoptent une approche attentiste. Le fait que certains promoteurs immobiliers sont devenus réticents à investir dans le marketing et les campagnes de promotion illustre cette tendance »,

dit-elle.

« L’expérience des crises précédentes auxquelles la Thaïlande a été confrontée au cours de la dernière décennie indique que les impacts à court terme sur le marché de l’immobilier ont été limitées,mais l’incertitude à long terme créé par ces événements commence à se faire sentir. Comme en témoigne le fait que la croissance des investissements directs étrangers de la Thaïlande n’a pas suivi le rythme de ses voisins de l’ASEAN au cours des dernières années « ,

a poursuivi Mme Suphin.

0/5 (0 Reviews)

2 Commentaires

  1. Si tu ne restes pas à Bangkok, il n’y a aucun problème pour toi. Je suis à Phuket et nous suivons de loin, les événements de BKK, qui ne nous atteignent pas et ne nous concernent pas.

Laisser un commentaire