Catégories
Expatriation Visas

Comment devenir Thaïlandais ?

Qui n’a jamais rêvé de devenir Thaïlandais ? Plus besoin de visa, plus de tracas administratif pour rester au pays du sourire, plus besoin de Work Permit…

Qui n’a jamais rêvé de devenir Thaïlandais ? Plus besoin de visa, plus de tracas administratif pour rester au pays du sourire, plus besoin de Work Permit…

Et en plus la possibilité d’acquérir un terrain ou une maison en nom propre, d’exercer le métier qui vous plaît (Tuktuk Driver?), diriger et contrôler entièrement soi-même sa petite entreprise, mais surtout faire partie officiellement de la grande famille thaïlandaise.

Depuis 1992, des facilités ont été mises en place pour les enfants d’au moins un parent Thaïlandais, via le droit du sang.

Si l’un des parents a la nationalité thaïlandaise, alors son enfant recevra la nationalité s’il en fait la demande, y compris s’il réside hors du pays.

Une démarche longue et complexe

Pour les farangs, ceux qui n’ont aucun lien d’origine avec la Thaïlande, la démarche est un petit peu plus complexe mais le processus de naturalisation existe bel et bien, ce n’est pas un mythe!

Certains peuvent le confirmer, à commencer par William Ellwood Heinecke (PDG du groupe Minor en Thaïlande), certains hommes d’affaires et professeurs d’université ou encore l’avocat Robert W. Boulter.

Les heureux élus sont toutefois peu nombreux, entre 100 et 200 par année, principalement des candidats aux origines asiatiques.

Ainsi, pour devenir Thaïlandais, le chemin est long, fastidieux, coûteux et rempli de contraintes administratives. Il faudra avoir de réelles motivations, de l’ambition, de la patience, une bonne santé financière et de très bonnes connaissances de la langue et culture thaïlandaise.

Thai-Danish TV presenter Monica Sitapan Mol.lercredit photo : scandasia.com
La présentatrice Thai-Danoise Monica Sitapan Moller. credit photo : scandasia.com

Tout le processus de naturalisation consiste à savoir si vous serez bénéfique à la société thaïlandaise, par vos actions, vos manières et le montant de vos impôts.

Si l’envie est toujours là, voici notre guide (simplifié) de l’accès à la nationalité thaïlandaise.

Première étape : le permis de résidence

Si vous êtes célibataire, un prérequis sur le chemin de la nationalité thaïlandaise consiste à obtenir un permis de résidence.

Pour obtenir ce sésame, les critères sont draconiens (liste officielle sur le site immigration.co.th)

Parmi les informations essentielles, notez qu’il existe plusieurs catégories suivant le statut de la personne qui postule (investisseur – de 3 à 10 millions de bahts, expert académique, marié à un citoyen Thaïlandais, retraité, cadre).

L’une des premières règles est de posséder un visa non-immigrant (B ou O) ayant été renouvelé au minimum par trois fois, pendant trois années de suite.

En clair, si vous résidez dans le Royaume grâce à un visa touristique, étudiant, ou que votre visa non-immigrant n’est pas renouvelé et que vous en faîtes refaire un quelques temps plus tard, vous êtes déjà hors course.

De plus, il faut savoir que les places sont chères: un maximum de 100 personnes par nationalité et par an verront leur dossier de résidence permanente accepté.

Outre le renouvellement du visa, il faut justifier, via trois années de feuilles d’impôts en Thaïlande, gagner plus de 80 000 bahts par mois (2000 Euros) si vous êtes célibataire.

200.000 baht de frais

Les frais d’applications se montent à 7600 bahts (190 Euros). Si votre permis de résidence est accepté, il faudra enfin s’acquitter de la somme de 191 400 bahts en honoraires.

stacks_thai_baht

Si vous obtenez finalement votre permis de résidence (de 9 mois à plusieurs années d’attente), vous pourrez prétendre demander la nationalité thaïlandaise après cinq ans de résidence dans le Royaume.

Marié à un citoyen thaïlandais

Si vous êtes marié à un ressortissant Thaïlandais, que cela soit un homme ou une femme, la démarche est simplifiée. Vous pourrez postuler à la citoyenneté après trois ans de mariage ou seulement après un an si le couple a un enfant.

Les femmes mariés à un homme thaï sont les personnes acquérant le plus la nationalité dans la mesure où elles ne sont pas soumises au test de langue, ni à l’exigence de travailler.

Le mari doit simplement pouvoir justifier de 15 000 bahts par mois en revenu.

Pour les hommes mariés à une thaïlandaise, la démarche est déjà plus complexe, le mari devant justifier d’un salaire d’au moins 40 000 bahts (1000 Euros) en Thaïlande dans les trois dernières années, accompagné de son Work Permit et de ses feuilles d’impôts.

Il s’agit des conditions de base pour les couples mariés car les candidats devront ensuite se soumettre à d’autres étapes détaillées ci-dessous.

Le long chemin vers la citoyenneté thaïlandaise

Tous les dossiers dûment complétés de demande de nationalité doivent être déposés en personne au bureau de la branche spéciale de la police nationale à Bangkok, ou dans ses antennes régionales.

Les hommes célibataires doivent pouvoir justifier d’un revenu de 80 000 bahts par mois, d’un permis de résidence et de leurs fiches d’impôts des trois dernières années.

Par ailleurs, tous les postulants doivent obligatoirement fournir des récépissés de dons à des œuvres caritatives thaïes d’un montant total d’au moins 5000 bahts.

Bien entendu, si les dons ont été réalisés quelques jours ou semaines avant le processus de naturalisation, la demande peut être rejeté pour faute de sincérité.

Examen de langue et culture thaïe

alphabet-image

Comme on l’a vu, les femmes mariées à un citoyen Thaïlandais n’ont pas de test, mais les hommes mariés et les célibataires (femmes et hommes), doivent alors se plier à un examen qui comprend 100 points. Il en faut au minimum 50 pour passer à l’étape suivante.

Ce test comprend aussi bien des éléments du dossier (Âge, profession, diplômes, personnalité, etc.) que des connaissances sur la culture et la langue du pays.

Autant dire que si le niveau de langue est faible à ce moment de l’application, la probabilité de continuer l’aventure est infime dans la mesure où toute la conversation se déroule en thaï.

Si le test est réussi, la police et les services de renseignements étudieront en détail votre dossier, votre parcours et votre motivation. Ils enverront ensuite le tout au ministère de l’intérieur.

Le ministère de l’intérieur aux manœuvres

Une fois au ministère de l’intérieur, votre dossier est une nouvelle fois scruté. Le candidat sera ensuite appelé pour un entretien formel devant un panel de haut-fonctionnaires. Le seul hic est que l’attente pour ce rendez-vous peut durer de quelques mois à plusieurs années…

Pour les couples mariés, il s’agit d’un entretien formel où différentes questions sur le pays ou vos motivations vous seront posées. Pour les célibataires, la tâche est plus ardue puisqu’ils doivent en plus chanter dans un microphone l’hymne national et l’hymne royal.

Partant du principe que cette étape est réussie, l’application doit ensuite être approuvée par le ministère de l’intérieur et contresignée par le roi. Cette procédure à elle seule peut prendre de très long mois, surtout en période d’instabilité politique.

Le candidat sera par la suite convoqué pour prêter allégeance à la nation et au roi avant que nom n’apparaisse dans la gazette royale, stipulant qu’il est bel et bien Thaïlandais.

Au total, à partir du moment où l’on présente son dossier à la police, l’ensemble de l’opération dure de 18 mois à plusieurs années, sans la certitude d’être un jour approuvé.

Que les volontaires lèvent la main.

Laisser un commentaire