Catégories
Expatriation Tourisme

Grandeur et misère de Patpong

patpong rabatteur pour massages tarifésCela fait plus d’un an que je vis à Bangkok, et s’il y a bien un endroit où je ne vais jamais, c’est le (trop) fameux soi Patpong

Cela fait plus d’un an que je vis à Bangkok, et s’il y a bien un endroit où je ne vais jamais, c’est le (trop) fameux soi Patpong. A voir ce qu’est devenu aujourd’hui Patpong, on a du mal à croire que cet endroit a été un jour un haut lieu des nuits de Bangkok.

Et pourtant dès que la saison touristique commence, cette ruelle sale et grouillante ne désemplit pas. Pourtant c’est probablement le pire endroit de Bangkok pour faire du shopping : ici n’espérez pas trop négocier les prix, car si vous n’aimez pas faire le pigeon voyageur, d’autres seront content de la faire à votre place.

Sans compter le désagrément d’être harcelé tous les cinq mètres par les rabatteurs qui ne doutent pas de votre envie d’assister à un « ping pong show » gratuit bien entendu. Si vous avez envie de vous délester de quelques milliers de Baths pour voire de grosses paysannes sortir de leur vagin les objets les plus improbables, Patpong est sans doute l’endroit qu’il vous faut. Sinon, un conseil : allez voir ailleurs.

Patpong est régulièrement présenté dans les blogs comme un « haut lieu » de la prostitution à Bangkok. En fait il y a longtemps que Patpong a été concurrencé par d’autres endroit comme Nana ou Cowboy.

Patpong 1 est la rue principale, comprenant de nombreux bars divers et variés. Patpong 2 bien que moins importante, comporte aussi de nombreux bars similaires. Tout proche, Soi Jaruwan, parfois appelé Patpong 3 mais plus connus comme étant Silom Soi 4 ou Soi Kathoey, est depuis longtemps le lieu festif de la communauté homosexuelle, tandis que le proche Soi Thaniya est constitué de bars à hôtesses thai onéreux, avec une clientèle masculine presque exclusivement japonaise.

Patpong tient son nom de la famille qui possède la majeure partie du quartier, les Patpongpanich (ou Patpongpanit), immmigrants de Hainan Island (Chine), qui ont acquis ce quartier en 1946. A l’époque il s’agissait d’un terrain peu développé aux abords de la ville. Seuls un petit klong (canal) et une maison en teck y étaient présents. La famille y construisit une rue – maintenant nommée Patpong 1 – et quelques emplacements commerciaux, qu’il mirent en location. Patpong 2 fut un rajout ultérieur, et ces deux rues sont en fait des propriétés privées ne faisait pas partie du domaine public de la ville (le quartier Patpong 3 et le Soi Thaniya n’appartiennent pas à la famille Patpongpanich).

La vieille maison en teck fut rasé il y a longtemps maintenant, et le klong fut comblé afin d’agrandir l’espace disponible pour créer de nouveaux emplacements commerciaux. À l’origine simple emplacement commercial, le développement importants des bars prit en grande partie le dessus sur les autres activités commerciales.

Vers 1968, une poignée de boîtes de nuit et bars existaient dans le voisinage, et Patpong trouva une utilité comme lieu de « R&R » (Rest and Recuperation : lieux de repos et de récupération) pour les troupes américaines servants dans Guerre du Viêt Nam, bien que la principale zone de « R&R » se trouvait aux abords de New Petchburi Road.

À ses débuts, dans les années 1970 et 1980, Patpong fut la première zone de vie nocturne dans Bangkok, et été renommé à cette époque pour ses spectacles sexuellement explicites. Au milieu des années 1980 Les sois (rues) furent le lieu annuel du « Mardi Gras de Patpong « , une foire de weekend dans les rues, qui récoltait d’importantes sommes pour les œuvres de charité tthaïlandaises.

Vers la fin des années 1980 cependant, la famille Patpongpanich commença à louer de petits emplacements au milieu de la rue de Patpong 1 pour permettre la création d’un marché nocturne.

Thai Property Group

Avatar

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire