Le Vietnam envisage de supprimer les restrictions à la propriété étrangère de sociétés d’État et cotées en bourse d’ici fin 2019.

Hanoi souhaite ouvrir davantage son économie en manque de capital afin de soutenir une croissance rapide.

Le ministère des Finances prépare actuellement une refonte de la loi sur les valeurs mobilières du pays, la première modification majeure depuis 2010.

Les modifications prévues traduisent le souhait de Hanoi de voir les actions vietnamiennes faire partie de l’indice MSCI Emerging Markets, ce qui entraînerait un afflux de capitaux dans les bourses locales.

Les étrangers seraient en principe en mesure d’acquérir une participation majoritaire dans des entreprises publiques de secteurs non considérés comme critiques pour la sécurité nationale.

Il s’agit notamment de sociétés privées cotées en bourse et d’entreprises d’État privatisées, avec ou sans inscription sur les marchés boursiers.

PricewaterhouseCoopers prévoit que le Vietnam figurera parmi les 20 plus grandes économies du monde sur la base de la parité de pouvoir d’achat d’ici 2050.

La modification proposée laisserait aux gestionnaires et aux actionnaires les décisions concernant la propriété étrangère.

La participation étrangère est plafonnée à 49% en général, certains secteurs tels que les banques et l’aviation étant limités à 30%.

Ces derniers secteurs peuvent également voir des plafonds être relevés, mais ils resteront sur une liste d’entreprises dites conditionnelles, pour lesquelles le gouvernement vietnamien n’est pas disposé à laisser les étrangers en devenir propriétaires à part entière.

Source Asia Nikkei

3.5/5 (2 Reviews)

Laisser un commentaire