Catégories
Économie

La Thaïlande mise sur la production de motos de grosses cylindrées

Aujourd’hui on trouve sept fabricants de cyclomoteurs en Thaïlande avec une capacité de production de 3 millions d’unités par an. Ducati, Triumph et BMW figurent parmi les grandes marques qui ont récemment ouvert des usines en Thaïlande.

Depuis les années 70, la Thaïlande est un des principaux producteurs de cyclomoteurs dans le monde. En 2013 le pays était classé comme étant le cinquième plus gros producteur de deux roues dans le monde avec deux millions d’unités produites.

Il suffit de quelques pas dans les rues dans Bangkok pour se rendre compte que les cyclomoteurs sont omniprésents dans la capitale.

Certains ne sont plus de première jeunesse et tournent encore avec un moteur deux temps (qui mélange de l’huile au carburant et produit une épaisse fumée bleue), plus gourmands en carburant et bruyants.

Une production annuelle de trois millions d’unités

Mais aujourd’hui les ventes de petits cyclomoteurs sont exclusivement constituées de modèles équipés de moteur quatre temps, beaucoup moins bruyants et polluants, et fait nouveau sur le marché thaïlandais, de grosses cylindrées assemblées sur place.

Aujourd’hui on trouve sept fabricants de cyclomoteurs en Thaïlande avec une capacité de production de 3 millions d’unités par an. Ducati, Triumph et BMW figurent parmi les grandes marques qui ont récemment ouvert des usines en Thaïlande.

Tous sont installés dans la région de Rayong – Chonburi, environ 200 km au sud est de Bangkok.

bigbike

La plupart des usines sont implantées dans les régions côtières, en général proches de ports, dans le but de faciliter les exportations.

Ainsi la production de cyclomoteurs en Thaïlande est en train d’évoluer, de passer de la production de petits engins à la fabrication de plus grosses cylindrées.

En effet, l’accroissement du revenu moyen de la population et les changements de mode de vie engendrent une augmentation d’achats de motos plus puissantes.

En se rapprochant petit à petit du modèle économique occidental, la population thaïlandaise fait de plus en plus d’achats de luxe, notamment en s’offrant des motos plus puissantes.

L’industrie thaïlandaise du deux roues se doit donc de rebondir pour ne pas voir sa production et ses revenus baisser.

En 2013, la Thaïlande était classée 5ème producteur de mondial de motos avec 2 millions d’unités, après la Chine (23 millions d’unités), l’Inde (16 millions d’unités), l’Indonésie (7 millions d’unités) et le Vietnam (3 millions d’unités).

asiamoto
La Thaïlande est le cinquième producteur de cyclomoteurs mondial, après la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Vietnam

Une opportunité pour l’industrie du cyclomoteur en Thaïlande

Les fabricants implantés en Thaïlande doivent donc produire des cyclomoteurs plus puissants, et logiquement plus chers, tout en gardant des coûts de production le plus bas possibles.

En 2012, le Board of Investment de Thaïlande (BOI) a mis en place un plan pour promouvoir la production de motocyclettes de plus de 250 cc, avec une exemption d’impôt à l’importation pour les machines et les moteurs et une franchise de 8 ans pour l’impôt sur le revenu des sociétés.

En quelques années la valeur des exportations de motos avec une capacité de plus de 250 cc a augmenté de manière significative; en particulier, de 250 à 500 cc.

Aujourd’hui les motos de cylindrées supérieures à 250cc représentent plus de la moitié des exportations de motos de la Thaïlande, avec près de 20% pour les motos de plus de 800 cc.

motoexportvalue

Les constructeurs de cyclomoteurs doivent également faire avec les nombreuses mesures environnementales récentes, visant à réduire la pollution ou les nuisances sonores, tout en restant compétitives.

La sécurité du conducteur doit aussi être privilégiée depuis de nouvelles mesures ont été mises en place au sein des pays de l’ASEAN.

Mais la Thaïlande possède les infrastructures adéquates pour produire des cylindrées à bas coûts par rapport aux chaînes de production basées en Europe et aux Etats-Unis.

Ces infrastructures peuvent être utilisées au maximum de leur capacité, augmentant leur productivité et attirant les fabricants, asiatiques notamment, de deux roues.

Laisser un commentaire