L’économie thaïlandaise continue de payer un lourd tribut à la pandémie de COVID-19 et devrait connaître une croissance modeste de 2,2% en 2021, révisée à la baisse par rapport à la croissance de 3,4% prévue en mars, selon le dernier rapport de la Banque mondiale  Moniteur économique de la Thaïlande « The Road to Recovery » publié aujourd’hui.

Une assistance continue aux pauvres et aux vulnérables, y compris les travailleurs informels, sera nécessaire car la COVID-19 continue d’avoir un impact important sur l’économie thaïlandaise, estime la Banque mondiale dans son dernier bulletin de conjoncture consacré à la Thaïlande.

Les perspectives plus faibles de croissance en Thaïlande reflètent l’impact de la troisième vague du virus en cours sur la consommation privée et la probabilité que les arrivées de touristes internationaux restent très faibles jusqu’à la fin de 2021.

La Thaïlande a enregistré 40 millions d’arrivées de touristes en 2019, mais le nombre prévu d’arrivées de touristes en 2021 a été fortement révisé à la baisse par rapport à une prévision précédente de 4 à 5 millions à seulement 0,6 million.

« Le choc économique associé à COVID-19 a eu un impact négatif sur l’emploi, les revenus et la pauvreté, mais la réponse globale du gouvernement en matière de protection sociale a été impressionnante pour atténuer son impact », 

BIRGIT HANSL, DIRECTRICE PAYS DE LA BANQUE MONDIALE POUR LA THAÏLANDE

« L’espace budgétaire de la Thaïlande est encore suffisant pour permettre des mesures de soutien pour protéger les pauvres et les plus nécessiteux dans les mois à venir.

La Thaïlande s’est relativement bien comportée en termes d’ampleur et de rapidité de sa réponse budgétaire

Le gouvernement a élargi ce qui était auparavant un ensemble relativement modeste de programmes de transferts monétaires pour mettre en œuvre l’une des plus grandes réponses de ce type au COVID-19 au monde.

Des simulations préliminaires suggèrent que plus de 780 000 personnes supplémentaires auraient pu tomber dans la pauvreté en 2020 si le gouvernement n’avait pas renforcé l’aide sociale.

«La crise de 2020 a démontré la capacité de la Thaïlande à tirer parti de son identification numérique robuste et universelle, de sa plate-forme numérique sophistiquée et interopérable et d’un certain nombre de bases de données administratives pour filtrer l’éligibilité aux nouveaux programmes de transfert d’argent. À l’avenir, la Thaïlande devra consolider ces efforts et être mieux préparée à répondre à la crise en mettant en place un registre social. » a déclaré  Francesca Lamanna, économiste principale à la Banque mondiale .

La reprise pourrait être retardée en raison de nouvelles variantes de COVID-19

L’activité économique ne devrait pas revenir à ses niveaux d’avant la pandémie avant 2022, le taux de croissance du PIB devant atteindre 5,1%. Cependant, le rythme de la reprise dépendra des progrès de la vaccination en Thaïlande , de l’efficacité du soutien fiscal et de la mesure dans laquelle le tourisme international reprendra.

Les exportations de marchandises devraient soutenir l’économie thaïlandaise en 2021, en raison de la reprise de la demande mondiale de pièces automobiles, d’électronique, de machines et de produits agricoles.

Les risques sont encore plus orientés à la baisse, car la reprise du COVID-19 pourrait être retardée en raison de la résistance des nouvelles variantes du COVID-19 aux traitements ou aux vaccins.

Principales conclusions

Les vagues successives de COVID-19 ont perturbé l’économie thaïlandaise au premier semestre 2021, mais leur impact a été atténué par la reprise de la demande mondiale et un soutien budgétaire substantiel.

  1. Le choc de la deuxième vague a provoqué une contraction de l’économie de -2,6% au premier trimestre 2021, après une baisse de 6,1% du PIB en 2020, l’une des contractions les plus importantes parmi les États membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).
  2. Une troisième vague d’infections a émergé en avril 2021 s’est avérée particulièrement grave avec des mesures de confinement strictes réduisant la mobilité et affectant négativement la consommation et le sentiment des entreprises.
  3. Les exportations de marchandises ont apporté un soutien substantiel à l’économie thaïlandaise, tirées par la reprise de la demande mondiale de pièces automobiles, d’électronique, de machines et de produits agricoles.

L’activité économique ne devrait pas revenir à ses niveaux d’avant la pandémie avant 2022, et la reprise devrait être lente et inégale.

  1. Les prévisions de croissance pour 2021 ont été révisées à la baisse de 3,4% en mars à 2,2%, reflétant l’impact anticipé de la troisième vague d’infections au COVID-19 sur la consommation privée, et la probabilité que les arrivées de touristes internationaux restent très faibles jusqu’à la fin de 2021.
  2. La consommation privée devrait connaître une légère augmentation de 2,4%, l’impact des réductions de mobilité, des projections sur les progrès de la vaccination, des mesures de confinement et des pertes de revenus étant partiellement compensés par les mesures d’assistance sociale.
  3. La reprise devrait s’accélérer en 2022, le taux de croissance annuel du PIB devant atteindre 5,1 % en fonction de : (i) des progrès solides sur les taux de vaccination nationaux ; (ii) une amélioration de la trajectoire globale du COVID-19 suffisante pour permettre au tourisme international de se redresser partiellement ; et (iii) le décaissement intégral de la réponse budgétaire de 500 milliards de THB récemment approuvée.
  4. Le gouvernement prévoit de vacciner 70 % de la population (50 millions de personnes) d’ici la fin de 2021, et tout retard dans le calendrier de déploiement pourrait avoir un impact négatif sur la mobilité intérieure, la consommation et le tourisme.

Le choc économique associé au COVID-19 a nui à l’emploi, aux revenus et à la pauvreté, mais la réponse rapide du gouvernement a atténué son impact .

  1. Le taux de chômage officiel est resté à 2 % au premier trimestre 2021, contre 1 % au premier trimestre 2020. Plus de la moitié de tous les chômeurs travaillaient auparavant dans le secteur des services. Au premier trimestre 2021, il y avait 710 000 emplois de moins qu’au quatrième trimestre 2020.
  2. L’emploi dans l’agriculture a baissé de 10,9 %, mais l’emploi dans tous les autres secteurs a augmenté de 2,5 %, en ligne avec la reprise de la demande mondiale d’exportations de biens. Les industries de l’automobile et de la construction ont affiché les taux trimestriels de croissance de l’emploi les plus élevés, à 3,3 % et 7,5 %, respectivement.
  3. Les simulations de la Banque mondiale montrent qu’en l’absence des mesures d’allègement du gouvernement, le taux de pauvreté par habitant serait passé de 6,2 % en 2019 à 7,4 % en 2020, soit 700 000 personnes supplémentaires tombant sous le seuil de pauvreté, avant de retomber à 7 % en 2021. .
  4. Les taux de pauvreté auraient augmenté de 1,6% dans les zones rurales et de 1% dans les centres urbains, avec la plus forte augmentation dans le nord-est de la Thaïlande, qui avait le taux de pauvreté régional le plus élevé du pays en 2019. 
  5. Le gouvernement a affecté environ 1 000 milliards de bahts de dépenses publiques à la relance économique et au soutien des ménages les plus vulnérables. Environ 70 % des dépenses autorisées de réponse au COVID-19 ont été allouées au soutien des ménages, principalement par le biais de transferts en espèces et de subventions, une part plus faible étant destinée à soutenir la reprise du secteur privé.
  6. Entre les régimes d’assistance sociale et d’assurance sociale, plus de 44 millions de Thaïlandais ont désormais directement bénéficié ou indemnisé dans une certaine mesure. Les estimations préliminaires suggèrent que plus de 80 pour cent des ménages ont reçu de l’aide sociale en 2020.
  7. Le coût total des transferts en 2020 a été estimé à 386 milliards de bahts, soit environ 2,3% du PIB, ce qui porte l’aide sociale totale à environ 3% du PIB, soit plus du triple du chiffre de 0,77% de 2019. La majeure partie des transferts est allée aux travailleurs informels. et les agriculteurs qui n’auraient pas été considérés comme vulnérables avant la pandémie.
  8. En mai 2021, le gouvernement a annoncé l’approbation d’un emprunt supplémentaire de 500 milliards de bahts, qui financera un soutien supplémentaire aux ménages et pourrait augmenter le PIB d’environ 1,5 point de pourcentage par rapport au scénario contrefactuel.

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.