Catégories
Livres

Le dictionnaire des Khmers Rouges

dictionniaire des KREcrire un ouvrage facile d’accès sur un sujet aussi complexe que la dramatique histoire des Khmers Rouges, c’est le pari de Solomon Kane, journaliste et chercheur, qui a réalisé plus de 300 entretiens pour la rédaction de son dictionnaire des Khmers rouges

Écrire un ouvrage facile d’accès sur un sujet aussi complexe que la dramatique histoire des Khmers Rouges, c’est le pari de Solomon Kane, journaliste et chercheur, qui a réalisé plus de 300 entretiens pour la rédaction de son dictionnaire des Khmers rouges

Cet ouvrage sera d’une grande utilité à ceux qui s’intéresse à l’histoire des Khmers rouges, notamment si le fameux procès des rares responsables encore vivant, se tient un jour. Le dictionnaire des Khmers comporte des entrées nominales (les principaux acteurs de l’histoire des Khmers rouges), mais aussi thématique comme « bouddhisme », « médecine », ou « famine » qui apportent autant d’éclairages sur des points précis. Les articles sont pour la plupart courts (avec un maximum de 3 à 4 pages), ce qui facilite la lecture et l’apprentissage d’un des épisodes les plus sombres de notre histoire.

Plus de trente ans après la prise de pouvoir à Phnom Penh par les Khmers rouges, le procès des auteurs d’une des pires tragédies du XXe siècle est en passe de s’ouvrir avec sur le banc des accusés une poignée de vieillards, derniers compagnons de route de Pol Pot encore en vie. Des vieillards dont la mégalomanie aura coûté la vie à près de deux millions de personnes, un quart de la population du Cambodge de 1975.

Comment comprendre ce qui s’est passé pendant ces trois années, huit mois et vingt jours ? Comment comprendre la genèse de cette folie meurtrière ? Comment comprendre qu’au sortir de ces massacres la communauté internationale ait préféré offrir sa reconnaissance à leurs auteurs plutôt qu’au Viêt Nam qui les avait chassés du pouvoir ? Derrière ces atrocités, il y eut des institutions, des hommes, une idéologie et un contexte historique et politique.

Ce dictionnaire avec ses 370 entrées, son abondante iconographie et sa chronologie précise offre les clefs nécessaires au décryptage de ce drame. Ce travail sans précédent dissèque les rouages du mouvement, élucide le parcours des protagonistes, cartographie un territoire soumis à la terreur et met à jour les ressorts et les séquelles de cette aventure funeste. En perçant leur secret et l’hermétisme entretenus par les Khmers rouges à propos de leurs pratiques ce dictionnaire contribue efficacement à éclaircir l’une des questions fondamentales du monde contemporain : qu’est-ce qu’une administration politique criminelle ?

Dictionnaire des Khmers rouges Solomon KANE Introduction de David CHANDLER

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Editions IRASEC-Aux lieux d’être
Format : 16 x 22 cm, 462 pages, 35 €
ISBN : 2-916063-27-7

L’auteur

Solomon Kane, journaliste indépendant couvre l’Asie depuis 1992. Tour à tour en poste au Cambodge, au Viêt Nam et en Thaïlande. Il a rencontré à multiples reprises les principaux protagonistes de ce drame. Il est également l’auteur de Dico Rebelle (ouvrage dirigé par Patrick Blaevoet, Michalon, 2003), de Pirates et terroristes en mer d’Asie : un maillon faible du commerce mondial (avec Francis Martin, Autrement, 2005) et de La croix et le Kriss : violences et rancoeurs entre chrétiens et musulmans dans le Sud des Philippines (avec la collaboration de Felice Noelle Rodriguez, IRASEC – Les Indes savantes, 2006).

Le préfacier

David Chandler est l’un des plus éminents spécialistes du Cambodge contemporain. Depuis trente ans cet historien australien a publié de nombreux ouvrages et articles de référence. Il est notamment l’auteur d’études novatrices sur les Khmers rouges et le génocide qu’ils ont perpétué contre leur propre peuple dont S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges (Autrement, 2002).

L’Irasec

L’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine s’intéresse depuis 2001 aux évolutions politiques, sociales et environnementales en cours dans les onze pays de la région. Basé à Bangkok, l’Institut fait appel à des chercheurs de tous horizons disciplinaires et académiques qu’il associe au gré des problématiques. Il privilégie autant que possible les démarches transversales.

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire