Accueil Culture Livres La Thaïlande vue par des auteurs étrangers

La Thaïlande vue par des auteurs étrangers

Dean Barrett, Christopher Moore, Stephen Leather, Colin Cotterill: tous ont un point commun. Ils sont écrivains de langue anglaise et vivent en Thaïlande, et ils ont publié un ou plusieurs romans dont l’action se situe en Thaïlande.

Certains connaissent ce pays depuis très longtemps comme Dean Barrett (Skytrain to Murder), dont le premier voyage à Bangkok remonte à 1966.


A l’époque Bangkok était une ville sans un immeuble de plus de 6 étages, et il y avait encore peu de romans dont la toile de fonds était Bangkok. Aujourd’hui il y en a un rayon entier dans n’importe quelle librairie de Bangkok. A l’époque le Bangkok Post publiait aussi régulièrement des nouvelles d’auteurs expatriés.

Nous sommes souvent critiqué pour utiliser le milieu des bars et de la prostitution comme toile de fond, mais c’est souvent un simple accessoire qui sert à développer une intrigue. Ce n’est pas parce que vous avez une gogo girls dans un roman que ce sera un roman pour sexpat. De toutes façons ce qui compte à la fin, c’est la qualité de ce que vous avez écrit”.

Ma danseuse particulière figure parmi les meilleures ventes de roman sur la Thailande. (en vente sur thailande-fr.biz)

Parmi les plus gros succès de romans dont l’action de déroule à Bangkok on trouve “Private Dancer” (Ma danseuse particulière) de Stephen Leather, dont les ventes dépassent les 15000 exemplaires par an depuis sa première publication. Ce livre à d’abord été en téléchargement sur le site de l’auteur, car il ne trouvait pas d’éditeur, et à été téléchargé selon lui plus de 60000 fois.

“Le milieu des bars est facile à utiliser pour un écrivain car il renvoie à un décor que beaucoup de gens connaissent, lorsqu’ils ont voyagé à Bangkok.”

L’histoire en elle même n’est pas très originale puisqu’elle raconte la déconfiture de Pete confronté aux mensonges et aux infidélités de sa fiancée thaïlandaise, mais il faut reconnaitre que l’auteur est bien documenté sur son sujet. Cette histoire d’amour ratée est aussi le prétexte pour mettre en scène le choc de deux cultures.

L’intérêt de ce roman réside donc surtout dans le fait qu’il est toujours écrit à la première personne, et que cette personne change à chaque chapitre. Tantôt c’est Pete qui fait office de narrateur, tantôt c’est Joy, ou encore d’autres personnages comme Sunan la soeur de Joy ou Bruce, un ami de Pete.

Cette astuce narrative permet de confronter les différents point de vue des personnages et de mesurer la totale incompréhension qu’il peut y avoir entre une fille thaïlandaise venue de la campagne travailler à Bangkok et son petit ami étranger qui veut à tout prix faire rentrer leur relation dans un cadre occidental. Selon Dean Barrett

“Private Dancer n’est pas un sexpat roman, c’est un très bon roman parce qu’au delà de l’intrigue, on sent que l’auteur à une profonde connaissance de la société Thaïlandaise”.

Pourtant dans un premier temps, la maison d’édition de Stephen Leather a refusé de publier Private Dancer et pendant de nombreuses années, Private Dancer a été uniquement disponible en téléchargement gratuit par l’intermédiaire du site internet de Stephen Leather (www.stephenleather.com).

“J’ai glané une grande partie de l’information pour ce livre assis dans un bar appelé Jool’s dans Sukhumvit Soi 4, juste en bas de la rue qui mène à Nana Plaza. Le propriétaire de ce bar, Big Dave, sait à peu près tout ce qu’il y a à savoir au sujet de la Thaïlande, et il est l’inspiration de Big Ron, un des personnages clé du le livre. J’ai décidé de publier le livre moi-même en Thaïlande, à travers ma propre société d’édition, Three elephants (les trois éléphants).”

(Three Elephants est un anagramme de Stephen Leather).

La photographie de couverture, d’une jeune fille nue tenant un rasoir coupe-gorge derrière son dos, a été prise au Anglewitch Bar dans Nana Plaza.

Dean Barrett a notamment publié

  • Skytrain to Murder
  • Memoirs of a Bangkok Warrior
  • The girls of Thailand
  • Kingdom of Make-Believe: A Novel of Thailand
  • Thailand: land of beautiful women

Stephen Leather a notamment publié :

  • Private Dancer
  • Tango One
  • The Bombmaker
  • Hot Blood

4/5


(1 Review)

Avatar
Redaction Bangkok
La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

1 commentaire

  1. Retrouvez John Burdett, Christopher G. Moore, Colin Cotterill… et découvrez Stephen Leather, Pico Iyer, Timothy Hallinan, Dean Barrett, Eric Stone, Tew Bunnag, Alex Kerr, Vasit Dejkunjorn et Collin Piprell dans la première anthologie de nouvelles noires ayant pour cadre la Thaïlande et Bangkok : http://bangkoknoirgope.blogspot.fr/

    Contrairement à d’autres métropoles, Bangkok n’avait jusqu’alors aucune littérature noire associée à son nom. “Bangkok Noir” y remédie.

    Ces 12 hsitoires, écrites par des auteurs anglo-saxons et thaïlandais, vous révéleront les côtés obscurs de cette grande ville asiatique où la vie d’une grande partie des habitants semble bien loin du paradis que suggère son nom thaï, Krungthep, la Cité des Anges.

    Un extrait ici : https://docs.google.com/open?id=0ByrmJFunjX-uaXVpWG5HRnQwRkE

Laisser un commentaire

34,622FansJ'aime
3,128FollowersSuivre
1,583FollowersSuivre

Les plus lus

Latest articles

0/5 (0 Reviews)